03/02/2011

"Fumée passive": vérités, vraisemblance, faux-semblants et réfutation

tensiometre.jpg«Un mensonge peut faire le tour de la terre le temps que la vérité mette ses chaussures.»  ( Mark Twain).

Suffirait-il aujourd'hui de se parer d'une blouse blanche et d'un titre universitaire pour se proclamer infaillible ? Non: encore faut-il consolider sa science, surtout lorsqu'elle est  molle, par une armure invicible: les statistiques. Comme le béton que l'on arme en le dotant de fers. Même nos cathédrales ne peuvent tenir debout par la force du Saint-Esprit sans le concours d'arcs-boutants. Il en va donc de même de la prose de nos nouveaux prophètes: seuls des chiffres sont capables de clouer le bec de détracteurs potentiels esprits forts et autres trouble-fête.  Un chiffre, voilà une flèche empoisonnée qui vous réduit tout récalcitrant à néant. L'arme de répression par excellence. Hélas, il se trouve toujours des esprits forts à oser contester de telles "preuves mathématiques, réputées  irréfutables. La Tribune de Genève qui avait, en toute bonne foi, publié de telles statistiques médicales pour étayer sa ligne rédactionnelle avouée anti-fumeurs, est tombée dans le piège d'une étude établissant un rapport de causalité entre la "fumée passive" et la prévalence de l'hypertension chez les enfants de parents fumeurs. Une étude made in Germany & Switzerland. L'illustre professeur Robert Molimard, inventeur de la "tabacologie" et grand connaisseur dans ce domaine, réfute ladite étude avec maestria et brio.


robert-molimard.thumbnail.jpg"Risque accru d’hypertension pour les enfants de parents fumeurs. C’est ainsi que La Tribune de Genève traduit les résultats d’une étude sur 4 236 enfants de maternelles du district de Rhin-Neckar en Allemagne. Cette étude a montré une tendance à l’hypertension artérielle chez ceux dont les parents fument, spécialement la mère..." Le Professeur Robert Molimard (photo), "père et fondateur de la tabacologie" réfute de manière probante une étude pataphysique."

 

Suite et fin de l'article du Prof. Robert Molimard  + commentaires ici

 


Les commentaires sont fermés.