06/03/2011

La coûteuse Pravda de la Ville de Genève

urneavoter.jpgLe pendule, le marc de café  et le vol des corbeaux ne sont que de piètres instruments pour choisir celles et ceux qui, demain, exerceront leur influence sur votre vie quotidienne durant quatre années dans votre commune genevoise. Il y en a 45...de communes et, paraît-il, 1800 (candidat(e)s pour... 906 sièges à pourvoir.

Il faut donc beaucoup de jugement pour choisir les meilleur(e)s.

Et quelques paquets de mouchoirs pour sécher les larmes des laissés-pour-compte.

Le plus simple est de "faire comme d'habitude". La loi du moindre effort, c'est à dire, prendre telle quelle une liste de parti sans la modifier. Les électeurs qui agissent de cette manière sont du pain béni pour les partis. Pourtant, le paysage géo-politique change à une vitesse insoupçonnée car les citoyens ne se laissent plus faire comme jadis: on votait volontiers pour le parti de papa, par tradition et atavisme. La donne a changé avec l'apparition de nouveaux partis et de nouveaux mouvements tels que e Parti des Pirates :-) !


colinmaillard.jpgOn peut aussi choisir ses autorités en scrutant les trombinoscopes, la profession, l'âge. Le jeu est certes amusant mais l'enjeu n'est pas aussi anodin que celui d'un test psychologique de magazine hebdomadaire à grand tirage. La Ville de Genève dispose, par exemple, d'un budget qui dépasse le milliard de francs. De quoi laisser aux élus pendant quatre ans toute latitude pour claquer des centaines de millions en projets dispendieux, inutiles ou mal pensés que personne n'avait appelé de ses voeux... Exemple: le Stade de Genève, et l'édition du magazine municipal: Vivre à Genève.

Dans sa dernière édition, les deux magistrats sortants, Patrice Mugny (Vert) et Manuel Tornare (PS), à défaut d'ériger deux statues équestres à leur propre gloire pour services rendus à la Ville de Genève, s'accordent cinq pages illustrées pour célébrer une singulière auto-glorification. Kim-il-Sung ne procédait pas autrement:-)

C'est ainsi qu'on apprend de Manuel Tornare: "Mes 12 années en Ville de Genève ont été émaillées de rencontres lumineuses". L'opus est agrémenté de 6 photos-couleurs du magistrat en compagnie de "grands de ce monde". Touchant, certes, mais tout de même un peu narcissique pour un pays où le culte de la personnalité, sans être interdit, n'a pas cours.

Le lecteur préférera peut-être les 3 pages, sans grande auto-critique non plus, de Patrice Mugy qui se rengorge (sur une page entière) sur son inoubliable triomphe: il a fait diminuer de moitié les "absences non planifiées" dans son Département ! Que voilà un triomphe culturel mémorable !

pravda.jpgLes actualités du Conseil municipal , elles, n'ont droit qu'à une page unique, la pénultième de la revue Vivre à Genève qui est fidèle à son surnom: La Pravda.

De même qu'il existe une navigation de plaisance, la Ville de Genève a sa presse de complaisance et même d'auto-complaisance.

Si vous préférez l'audio-visuel municipal, vous pouvez savourer la prose de la Maire de Genève, Sandrine Salerno, qui confie son auto-publicité et ses états d'âme à sa propre administration pour propager son image sur le WEB. Ainsi donc, les contribuables paient les adieux des magistrats et sa propre campagne électorale pour la Mairie ! Il suffisait d'y penser:-)

A l'inverse, le petit groupement des Dissident(e)s de Genève (DDG) ne peut compter que sur ses maigres ressources pour faire valoir son idéal libertaire qui ne se borne pas, comme l'affirment abusivement ses adversaires hygiénistes, à défendre le "droit des fumeurs".

Association indépendante poltiquement mais non apolitique, les DDG participent activement à la formation de l'opinion depuis juin 2008, date  de leur fondation. Sur leur site, ils défendent toutes celles des libertés personnelles et collectives de plus en plus menacées. C'est un combat sans cesse recommencé avec le concours de quelques élus pour l'instant. Honneur à eux qui ont compris que l'érosion des libertés est une cause qui vaut bien celle de deux statues équestres pour nos deux magistrats en partance.

Un détour s'impose...


boasting.jpg

 

 

 

 

 

 

M'as-tu-vu, m'as-tu-bien-vu dans La Pravda de la Ville de Genève ?

Fleurs, applaudissements et cantatrice pour le Grand Leader:-)

 

tornareun.JPG
tornaredeux.JPG
mugnyabsences.jpg

(Extraits de "Vivre à Genève", la Pravda municipale, édition NO 39 de février 2011)

Les commentaires sont fermés.