15/03/2011

Trop de femmes au Conseil fédéral ?

iStock_000006321032XSmall.jpgA voir leurs réactions de souris apeurées, on peut désormais se poser sérieusement la question de savoir s'il n'y a pas trop de femmes émotives au Conseil fédéral. Un séisme suivi d'un tsunami s'abattent sur le Japon et les voilà qui s'identifient aussitôt à ce qu'elles voient aux journaux télévisés. De graves dysfonctionnements provoqués par cette double catastrophe naturelle dans des centrales nucléaires ("Acts of God", comme disent les police d'assurance rédigées en anglais) et en voilà une qui bloque aussitôt non seulement sa propre respiration mais aussi toute allusion aux futures centrales nucléaires dont elle nous disait hier encore que la Suisse avait un urgent besoin ! La Chancelière allemande, Angela Merkel, dans le sillage de ses soeurs helvétiques, tout aussi prompte à prendre des décisions au pied levé, décide illico de fermer sept "vieux réacteurs" qui fonctionnaient pourtant parfaitement dans un pays qui ne connaît ni séismes ni tsunamis ! Souvent femme varie, bien fol qui s'y  fie ! Une révolution se produit-elle dans un pays arabe et voici notre chef de la diplomatie qui jubile sur le mode: Voyez comme j'avais raison. Et c'est moi qui ai arraché les otages suisses des griffes de Kadhafou. Le tyran n'est pas encore à terre et elle sabre déjà le champagne ! C'est ce qui s'appelle vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué...ou plutôt attendu qu'il soit mort ou qu'il ait déguerpi.

Il n'y avait aucune de raison de pavoiser ni de danser la carmagnole avant que le Minotaure ne rende le dernier soupir.

L'émotivité n'est jamais bonne conseillère.


politicienne.jpgQuelle bonne initiative la responsable de notre diplomatie prend-elle ensuite pour parachever sa gestion de crise ? Elle décrète: "Les intermédiaires financiers sont soumis à l'obligation de procéder immédiatement au blocage et à une annonce de (telles) relations d'affaires à la Direction du droit international public (DDIP) du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) conformément aux prescriptions de l'Ordonnance instituant des mesures à l'encontre de la Libye. "

On ne légifère pas sous l'empire de la panique !

La veangeance n'est jamais bonne conseillère.

Quelques jours plus tôt, ces dames du Conseil fédéral avaient dressé une liste de Libyens infréquentables, donc proscrits. Or dans leur proscriptions, elles avaient inclus des gentlemen libyiens parfaitement respectables qui s'adressent maintenant aux tribunaux, accusés à tort par ces têtes de linote d'accusatrices publiques au petit pied !


"Jamais la Suisse n’aura exhibé devant le monde une politique étrangère aussi étrange, décousue et défaillante que celle que mène Madame Calmy-Rey
", écrit le juriste et politologue Faouzi Mellah.

Il est vrai qu'il faut accumuler les maladresses pour entraîner une personnalité telle que Kofi Annan dans une aventure aussi peu glorieuse que celle du Forum humanitaire mondial qui a fini en faillite.

Quant au Plan de Genève, jolie fiction virtuelle latente, nul n'en a encore vu les moindres effets positifs au Proche-Orient.

Quant à la Talleyrand des Grisons, elle remet en cause le secret bancaire et terrorise le Conseil fédéral  en lui conseillant de se soumettre sans discuter aux nouvelles exigences de l'Europe, faute de quoi l'économie suisse risque de s'effondrer. En outre, "malgré les milliards de pertes fiscales, le Conseil fédéral ne veut pas faire marche arrière avec la réforme de l'imposition des entreprises en vigueur depuis janvier. Eveline Widmer-Schlumpf a douché les espoirs de la gauche lundi en répondant à une série de questions au Conseil national. "

Jusqu'ici, seule Simonetta Sommaruga, parmi les quatre conseillères fédérales,  a fait un bref parcours sans faute.

Pourvu que ça dure !

Et si nous jetons un coup d'oeil dans le rétroviseur, nul ne saurait applaudir au bilan de Ruth Dreifuss (système à primes d'assurance-maladie exorbitantes) ni à celui d'Elisabeth Kopp (contrainte à la démission pour ses bavardages et indiscrétions).

drogueslegales.jpgLes affaires du business médical et pharmaceutique n'ont jamais aussi bien marché que depuis la Lex Dreifuss: la LAMAL et sa clientèle captive.

Ruth Metzler ?  Bof... Elle restera dans l'Histoire pour avoir recouru trop souvent à l'hélicoptère confédéral (gratuit) pour rentrer chez elle en week-end...plutôt que de prendre le train comme le vulgaire.

Ne serait-il pas grand temps d'imiter Nestlé qui a remercié brusquement la mirifique Nelly Wenger après que son nouvel  et mirifique emballage de chocolat, conçu par l'architecte Jean Nouvel, a fait perdre quelques cinquante millions de francs à ce fleuron de l'économie suisse ?

Hier, ces dames ministres pavoisaient en comptant sur leurs doigts, au motif infantile qu'elles étaient majoritaires parmi nos sept Sages ! Une première dans l'Histoire suisse, qu'elles nous serinaient comme des gamines se disputant des friandises dans des cornets -surprise à la récréation.  Allait-on leur ériger de leur vivant, par gratitude publique, des statues monumentales au Grütli au seul motif que leur sur-représentation allait faire plaisir aux  Bureaux de l'Egalité ?

francismatthey.jpgN'oulions pas l'épisode de Francis Matthey, régulièrement élu au Conseil fédéral par l'Assemblée fédérale le 3 mars 1993. Ce choix avait déplu aux militantes embusquées. Dans l'ombre de leurs officines, arborant le signe de leur obédience - un soleil - elles ont ourdi mille intrigues florentines pour tenter de placer la meilleure d'entre elles: Christiane Brunner. Personne n'en a voulu au Parlement. Que faire ? Au terme de manoeuvres que n'aurait point désavoué Machiavel, elles parviennent à imposer une candidate plus acceptable et soutenue par un autre lobby: Ruth Dreifuss. Francis Matthey, pourtant pblébiscité, reste sur le carreau, victime d'un féminisme s'appuyant sur de telles menées occultes. La volonté de l'Assemblée fédérale fut ainsi bafouée. A quand la Journée de l'Homme Brisé ?

ladycar.jpgPendant ce temps, la Maire de Genève, la bouche en cul de poule, se rendait sur la pointe des pieds au Salon de l'Automobile qui vient d'accueillir 700'000 visiteurs. Pas un mot sur la beauté des limousines. Pas un mot sur les progrès technologique des véhicules du XXI e siècle. Aucune réflexion sur l'apport économique du Salon aux finances de Genève. Mais une petite moue écoeurée et quelques avanies à l'adresse des hommes qui persisteraient à apprécier la présence de pimpantes hôtesses appuyées lascivement sur les capots...

Qui osera rétablir l'équilibre séculaire au Conseil fédéral lors de son renouvellement en décembre prochain par l'Assemblée fédérale ?

Que personne ne se hasarde à faire des futures non-réélues des oblates et martyrs ! L'opinion n'a rien passé ni à Hans-Rudolph Merz ni à Leutenegger et ses zemtim' klimatik.

Au nom de cette égalité revendiquée à cor et à cris, un traitement identique s'impose à nos ministres.

Oui, décidément, il y a trop de femmes émotives et brouillones au Conseil fédéral.

Osons le dire en espérant qu'il sera mis rapidement un terme à l'actuelle imposture.

06:21 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : conseil, fédéral, femme, trop, erreurs | |  Facebook

Commentaires

C'est toi qui porte la culotte à la maison ?
;-)

Écrit par : Damataire | 15/03/2011

Les commentaires sont fermés.