19/10/2011

Nos "indignés" oisifs et sans cause feraient mieux d'aller voter !

indignes.jpgLa jeunesse suisse, gavée et repue, cohorte d'enfants gâtés, a trouvé mieux que de manifester la nuit pour maintenir sa boîte de nuit, le MOA, à Genève: le campement dans le parc des Bastions ! Les "moaistes" avaient eu gain de cause en quelques jours: la République et Canton de Genève, après avoir déclaré que le MOA présentait de graves failles de sécurité et qu'il convenait de le condamner, s'était empressée de racheter la parcelle et sa vénérée boîte de nuit pour éteindre le foyer de sédition !


oisivetent.jpg

Ces manifestants à but égoïste ont fait la place à une pire espèce: les...indignés (à bon compte) ! Le combat des aide-soignant(e)s aux HUG pour de meilleurs salaires paraît mieux ciblé et plus légitime:-) !

Nos "indignés" de Genève ont fait donc mieux: ils s'indignent, squattent nos parcs et grommellent sous leurs tentes contre le capitalisme et ses excès. De l'honorable combat contre les moulins à vent.  En fait, il s'agit plutôt d'une auto-thérapie: mécontents d'eux-mêmes et de leur incapacité à militer pour une cause concrète, ils noient leur "spleen" de moitrinaires en pratiquant le camping sauvage dans nos superbes parcs publics. Une solution comme une autre pour meubler la béance de son esprit et donner un sens à sa vie. D'autres jouent au golf, se massent sur les gradins d'un stade de foot en vociférant ou collectionnent les opercules des rations de crème à café...

Les autorités municipales et cantonales, comme tétanisées, laissent faire ! Indignés et bottellonistes trouvent donc grâce aux yeux de nos édiles . Certes, ils ne menacent aucun intérêt supérieur de la société puisqu'ils n'ont ni cause ni objectifs concrets. Indigno ergo sum ! Le fumeur persécuté est poursuivi devant les tribunaux pour s'en être allumé une dans une zone interdite. Les indignés s'approprient le domaine public impunément. Il est vrai que leur indolence passive n'est pas létale, elle.

Seuls les criminels de rue et les acratopèges indignés ont donc la bride sur le cou. Et la population genevoise ne devrait se faire aucun souci car elle est victime d'une simple illusion, d'une hallucination et que d'un fallacieux  "sentiment d'insécurité" ds lors qu'elle ose s'élever contre la criminalité urbaine quotidienne.  Allez dire aux octogénaires qui subissent des blessures et arrachages de sacs qu'il souffrent d'une nouvelle pathologie: le sentiment d'insécurité  !

Les indignés n'ont donc ni leader ni  théorie de l'indignation. Ils protestent par plaisir suave et jubilatoire intérieur. Ils montrent qu'ils existent et se le prouvent à eux-mêmes.  Et chaque soir, ils découvrent la preuve de leur existence sur les petits écrans qui rendent compte de leur militantisme à vide, stérile, dérisoire et pathétique. Ces écervelés qui croient incarner le pendant des "révolutionnaires arabes" ne sont que les victimes de leur propre mimétisme contagieux: ça se fait ailleurs que de s'indigner. Donc suivons le mouvement ! Faisons comme les autres. Imitons les ! Ces têtes de linotte grégaires ignorent pour la plupart que la Suisse est en train de se choisir de nouvelles autorités pour quatre ans. Bien sûr, ils ne vont pas voter. Ils préfèrent aux urnes de la démocratie, traîner leurs savates sur la pelouse et souiller le gazon de nos parcs. Et pourtant, au sein de notre jeunesse se trouvent des jeunes qui ont compris l'enjeu des élections fédérales. Certain(e)s osent même se présenter au corps électoral. Beaucoup plus efficace que l'indignation de cette bande d'oisifs oniriques, fût-elle sottement relayée et amplifiée par les media...Nous  vous rappelons le cas exceptionnel d'une jeune candidate au Conseil national. Elle aussi s'indigne. Mais elle a de vraies causes à défendre. Et son indignation est suivie d'action. Voici les objectifs de Céline Amaudruz (UDC - Liste No 9), 32 ans, licenciée en droit, députée au Grand Conseil de Genève. (Photo ci-dessus) Une indignée qui sait ce qu'elle se veut et qui agit, elle  !  Soutenons-la car elle le mérite ! "Oui, c'est à Berne que nous pouvons agir pour Genève ! " nous rappelle-t-elle, en vaillante combattante et présidente de la section UDC de Genève. Les autres partis pratiquent le lardage de leurs listes électorales de quelques jeunes candidat(e)s à doses... homéopathiques aussi. On ne peut que s'en féliciter. Rien de tel qu'un bâton dans la fourmilière pour casser le ronron parlementaire à Berne.

celineamaudruzrsr.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Mon combat contre l'insécurité dans nos villes (VIDEO)

 

Test 2.jpg

Oui, c'est à Berne que nous pouvons agir pour Genève ! (manifeste de Céline Amaudruz, 32 ans, députée, présidente UDC/GE

 

M. Duraton et la pub électorale (VIDEO)

 

Au lieu de grommeler et de s'indigner de manière passive et stérile, allons donc tous voter ! (jaw)



 

17:43 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

Commentaires

existe-t'il meilleur moyen que d'aider les jeunes à prendre de bonnes décisions,les aiguillant vers certains partis sans pour autant être membre,on devrait être remercié rire...quel boulot vous n'avez aucune idée dés les premières affiches ,sur le Matin il fallu en busculer beaucoup ne serait-ce que pour leur faire prendre conscience de la chance qu'ils avaient de vivre dans ce pays,même si c'est pas rose tous les jours.Quand on a été scout on sait aussi pour se rendre encore un tant soit peu utile secouer le panier des internautes rouspéteurs et râleurs comme le font tous les nantis.
Mais Sacré Monti ouf c'est fini ,et que le meilleur gagne!
bonne soirée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 19/10/2011

Bonsoir

je trouve quelques unes de vos phrases un peu réductrices.

Toutefois, ces braves jeunes gens, pour la majorité, ne travaillent probablement pas encore, ils ne paient donc pas non plus d’impôts, ou si peu, ils ont déjà leurs idées, mais ces dernières vont probablement encore pas mal changer avec l'expérience du monde "après études".

Accessoirement, je pense que l'on peut admettre que les étudiants ont une assez forte tendance à voter bien à gauche, et se la jouer idéalistes. Le fait qu'ils ne votent pas encore en masse n'est, à mon avis, peut être pas si mal que ça.

Cordialement.

Écrit par : alfred | 19/10/2011

Eux aux moins ont des idéaux, une véritable volonté de changer le monde et non pas le désirs de s'enfermer dans leur petite frontières suisses et de rejeter la faute de tous leurs maux sur les étrangers. Votre visions du monde basée sur la peur et le rejet de l'autre est tellement limitée que je vous pleins. Je ne peux que vous encourager à ouvrir les yeux et a comprendre cette phrase de Gandhi que les indignés appliquent chaque jour. "Sois le changement que tu veux voir arriver en ce monde"

Écrit par : André | 20/10/2011

Ah! L'exaltation de la jeunesse révoltée contre le capitalisme et la mondialisation, que c'est beau. Ils ont même de l'humour. Ca tombe bien moi aussi.

Et après ce beau samedi ensoleillé du 15 octobre, quand il fera froid et qu'ils auront faim parce que la nuit sera tombée, ils rentreront bien sagement tous chez papa et maman. Ils ouvriront alors leur frigo fabriqué en Corée du sud, en sortiront les légumes venus d'Espagne et la viande d'Argentine, ils allumeront le gaz venu de Russie sur leur cuisinière allemande et se feront la popote. Popote qu'ils mangeront devant leur écran plat fabriqué au Japon, dans leur canapé suédois, en se faisant un bon film américain sur leur lecteur blue ray fait à Taïwan. Comme les pauvres chéris auront encore un peu froid, ils monteront le chauffage obtenu avec du mazout issu du pétrole Lybien et n'oublieront pas de s'emmitoufler dans leurs habits chinois.

A la fin du film, ils seront fier comme des coqs de consommer pour le dessert leur banane "commerce équitable" ou leur yogourt bio-local-bobo-durable dans un pot de terre cuite; juste avant la glace Hagen-Dass ou le tiramisu Nestlé, cela va sans dire.

Bien sur, ils se réuniront tous les samedis -et que les samedis- dans le futur, pour discuter de la plaie qu'est le capitalisme; c'est qu'en semaine il faudra bien se résoudre à poser un peu son séant sur les bancs des facultés de droit, économie, HEC, HEI, sciences politiques ou de médecine. Sinon, comment pourraient-ils se payer demain le double de ce qu'ils consomment aujourd'hui?

Ah, désolé, je dois stopper mon téléphone sonne! J'ai un des indignés anticapitaliste qui était aux bastions le 15 octobre qui m'appelle depuis son Iphone, il est en vacances 10 jours aux Maldives dans un hôtel 4 étoiles, et, comme il n'a pas internet sans coupures là-bas, il a besoin de moi pour pouvoir poster sur sa page facebook une publicité antimondialisation, il faut que je réponde......

Écrit par : mais tout à fait | 21/10/2011

Mais quelle belle description. Digne de "Tintin et le secret de la Licorne" de Spielberg. Vous savez ce film qui mélange le titre du même nom et le crabe aux pinces d'or. C'est l'amalgamme tout comme votre approche.

Dès lors, pour faire un révolution ou dénoncer il ne faut pas avoir :
-internet
-Iphone
-Compte bancaire

Soyez sérieux, ce sont que des outils utilisés pas de la même façon que tout le monde. Mais utilisé comme dans les pays arabes. Quand vous parlez de jeunes il y a aussi des plus vieux. Si vous aviez fait un séjour par HEC vous auriez compris comment fonctionne le système financier. Peut être que c'est le cas et que vous n'avez pas compris ou alors vous vous en foutez parce que pour vous c'est pas votre problème mais celui des prochains. Belle mentalité!
La description que vous présentez peut être juste pour certain. Je veux bien vous le concéder. Mais dans tout les cas votre description représente bien plus celle de la jeunesse dorée qui claque 400.-- à 500.-- minimum pour une bouteille dans une discothèque au bord du lac. Alors je préfère des gens qui s'indignent et qui utilise leur voix de citoyen plutôt que leur voix sur des feuilles de papier.

Écrit par : plume noire | 24/10/2011

Chacun peut mettre son pt grain de sel. Indignons-nous! C'est simple :
- Lorsqu'on va faire les courses alimentaires :
Regardons bien les étiquettes et évitons certaines marques de grandes multinationales qui exploitent le monde. Regardons la provenance des aliments comme par exemple les boîtes de conserves (souvent le produit est chinois).
Le film documentaire "Le cauchemar de Darwin" sur la perche du Nil est terrible. Et il y a plusieurs documentaires du même genre qui expliquent ce que la société ne sait pas.
On dit toujours "achetez des fruits et légumes de saison". Ce n'est pas pour rien.
Aussi, c'est bien de regarder dans les congelés la provenance du produit et se renseigner sur le produit.
Les poissons et fruits de mers congelés d'origine chinoise après avoir conquérit les marchés canadiens arrivent en Europe, notamment en Espagne. Ils cassent les prix.
- Lorsqu'on achète de l'électro-ménager,
souvent on a pas le choix. Cela vient de l'Asie. Gardons le plus longtemps possible ces produits avant d'en acheter d'autres.
- Lorsqu'on achète des outils informatiques :
Idem
- Lorsqu'on achète des vêtements, chaussures, accessoires. Regardons l'étiquette. Il y a des habits fabriqués en Europe. En ce qui concerne les chaussures, mettez-les sous votre nez avant de les acheter. Si ça sent la colle ou une autre forte odeur dérivée cela veut probablement dire que c'est chinois.
Tout cela ne veut pas dire que l'on va vivre mal. On se fait aussi plaisir avec ce que l'on a sur le marché en évitant les excès.

Écrit par : Azor | 25/10/2011

Les jeunes s'expriment et même si ça n'est pas toujours de la bonne façon il faut savoir les écouter et comprendre leur volonté profonde.

Écrit par : nail art | 26/02/2012

Les commentaires sont fermés.