11/11/2011

Un "Nouvel Ordre Mental" pour psychiatriser le population mondiale ?

dsmivaddictedshrink.jpgLe Temps rèvèle ce jour ...l'indignation et la vague de protestation mondiale qui déferlent sur le DSM IV, "bible" des psychiatres américains dont l'usage s'est généralisé jusque dans nos Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Il s'agit d'une méthode très contestée, fondée sur le remplissage de questionnaires à choix multiples soumis aux patients. Un simple ordinateur vous sort en un millième de seconde (même sans entretien psy avec le patient !) des centaines de diagnostics psychiatriques. Fiabilité ? Zéro ! Nous avions le fast food. Voilà donc le "fast psy" qui vous réduit l'univers psychique complexe du citoyen lambda en pondant des diagnostics psychiatriques à la vitesse de machine à débiter les saucisses de porc.  De nombreuses voix s'élèvent contre cette méthode célérissime et déjantée qui permet d'économiser des heures d'entretien avec les patients et facilite leur étiquetage pathologique instantané. Ils ne se savaient pas fous mais ils le deviennent aussitôt grâce à cet instrument insultant la raison et le bon sens. L'abus de cette pataphysique est tel qu'un Manifeste contre le DSM IV a été lancé avant que sa version V, aggravée,  ne sorte des presses américaines. La première version( 1952), traitait les homosexuels de "malades mentaux". Depuis lors, les auteurs de l'opus, souvent liés aux labos pharmaceutiques, font mieux: ils pratiquent le "disease mongering", c'est à dire l'invention pure et simple de nouvelles pathologies. Pourquoi ? Pour booster le business médical et la vente de nouveaux médicaments. Il suffisait d'y penser. Les Américains l'ont fait !


 

bosch17.jpg
"Extraction de la Pierre de folie", de Jérôme Bosch (1453-1516)

Mieux vaut donc consulter la charmante astrologue Elizabeth Teissier (qui a de très belles jambes), se faire tirer les tarots ou lire son avenir dans le marc de café que de se soumettre aux questionnaires du DSM IV qui vous transforme n'importe quel citoyen parfaitement intégré dans la société en déviant ou fou dangereux ! La dérive psychiatrique ressemble à s'y méprendre à la dérive sectaire. Polymorphes et dogmatiques, les deux domaines précités se ressemblent comme deux gouttes d'eau.

La profession de psy prête à sourire, au même titre que celle de pasteur, de vendeur de voitures d'occasion et même... de journaliste. Mais à quoi bon faire dix ou quinze ans d'études en médecine pour en être réduit ensuite, fort de son titre de Dr en psychiatrie, à devoir recourir systématiquement au DSM IV au lieu de pratiquer une maïeutique humaine avec les patients ? Lorsqu'un travail manuel ou intellectuel peut être remplacé par un robot, il est vrai que ce dernier s'impose. Donc: plus besoin de psy. A sa place, la consultation online fera l'affaire. Mais pas celle des psys !  Avec le DSM IV en main, le psy s'épargne des heures d'écoute fastidieue des patients ! Le robot prend le relai pour décortiquer l'âme humaine. Le patient peut même se tester mentalement lui-même comme en politique sur Smartvote. Les entretiens avec les patients peuvent donc être raccourcis grâce au Manuel statistique de psychiatrie américain. Le rendement de ce commerce en blouse blanche s'en trouve ainsi  considérablement accru. Ce n'est pas là la moindre des qualités de l'opus magique, même si l'on obtient des résultats aberrants ! On avait déjà l'aspirateur-robot. Le diagnostic de santé mentale automatique s'est imposé depuis lors.

dsm-grows.jpgLe DSM IV, principal instrument des psys tels que les décrit Woody Allen avec l'humour qui s'impose, en revanche, est moins drôle puisqu'il permet à la pataphysique de s'exprimer et d'étiqueter à vie des patients qui feraient confiance à ces interrogatoires vit'fait sur l'gaz. Ceux-ci, il est vrai, apprenant soudain par le DSM IV qu'ils sont des malades mentaux qui s'ignoraient, acceptent aussitôt de grand coeur, avec une profonde gratitude, les "thérapies" diverses et les médicaments à gogo, servis sur un vaste plateau, ce qui fait tourner le business médical et pharmaceutique. Lesdits médicaments à doctes racines grecques ont été inventés vers 1950 pour calmer le bétail que l'on conduisait aux abattoirs de Milan:-) ! Et c'est la prescription de telles drogues d'origine historique vétérinaire qui représente la principale source d'autorité des psys et l'essentiel de leurs activités dans leur science aussi molle que la matière grise.

Le Temps vient donc de lever un lièvre et même de toucher à un tabou en révélant la toxicité de la machine à débiter des diagnostics faux ou déjantés. De véritables "casiers psychiatriques" sont ainsi établis et demeurent à vie dans les "dossiers médicaux" des hôpitaux publics ou privés, couverts il est vrai par le "secret médical": une véritable passoire dont la fonction filtrante va être encore obérée. Les assurances- maladie exigent en effet désormais la production de diagnostics complets au motif de vérifier l'économicité des traitements. Bonjour les fuites..bonjour les dégâts !

Au lieu de militer pour le boycottage des produits NOVARTIS, nos médecins seraient mieux inspirés de scruter de plus près le DMS IV et ses ravages. Jusques à quand cette imposture se propagera-t-elle sans être dénoncée, comme dans le conte d'Andersen, La Tunique de l'Empereur ? Qui osera enfin dire: Le Roi est nu ?

A Genève, la loi permet à tout patient de consulter son dossier médical. En ce qui concerne la psychiatrie, les HUG mettent même à disposition un médecin obligeant qui peut "expliquer" les diagnostics ou les termes du jargon médical au patient qui en fait la demande.  Ceux qui auraient rempli, même une seule fois dans leur vie,  les cases des interrogatoires proposés par le DSM IV, seraient bien inspirés d'appeler en renfort une cellue d'aide psychologique avant de lire leur dossier médical:-) !

Une personnalité genevoise active et très engagée  dans la politique a été quelque peu surprise récemment en découvrant dans son dossier médical concocté au DSM IV, qu'elle souffrait d'irresponsabilité et d'indifférence à l'égard des normes sociales" et d'un comportement rigide, mal adapté ou autrement dysfonctionnel portant sur un large éventail de situations personnelles ou sociales'". Cette patholgoie aurait "un impact défavorable sur l'environnement social" :-) !

Mieux vaut donc, à la réflexion, remplir les cases de quizz de la presse féminine pour savoir si on est jaloux, un bon ou un mauvais amant ou un procrastinateur:-! Un tel loisir ludique ne stigmatise ni le joueur ni n'insulte la Science.

On voit où de tels diagnostics du DSM IV peuvent conduire: le souvenir de la psychiatrie nazie et soviétique est encore dans toutes les mémoires.

"- Si vous baisez plus que votre psy, vous êtes un malade mental ! " nous a expliqué un infirmer en psychatrie (Bellelay-JU)

Jadis,, sous l'appellation usurpée de Science, les mêmes psys (Lavater et Gall) recouraient à la phrénologie (analyse des bosses du crâne) pour détecter les criminels innés. Tous les psys d'époque y croyaient. Comme ils croient aujourd'hui à la précision chirurgicale du DSM IV pour dire qui est fou et qui ne l'est pas.

En Allemagne nazie, comme on le sait, la morphologie du visage servait à déterminer qui était juif et qui ne l'était pas.

Même sous un régime démocratique, nous voici donc devant un cas d'école identique avec le credo au DSM IV.

Après le "casier judiciaire" - que l'on peut effacer au fil du temps- voici le "casier psychiatrique" indélébile !

Tous les détails ici sur l'acte de santé publique que représente l'article accablant pour le DSM IV du quotidien Le Temps.

Après les Etats-Unis et la France, la Suisse a enfin ouvert le débat public sur les abus psychiatriques imputables au DSM IV.

En attendant, si vous avez jamais consulté un service psychiatrique public en Suisse (HUG, CHUV etc), pour cause de dépression, par exemple, ayez le courage et la curiosité de demander votre dossier médical comme la loi vous l'autorise.

Peut-être serez-vous supris d'apprendre que vous êtes fou et que vous ne le saviez pas. Hi ! Hi !

Comme Monsieur Jourdain parlant en prose:-) ! (jaw)

Un Manifeste contre le DSM IV

Pour en finir avec le carcan du DSM IV

Medicating Normality: The Psychiatric Colonization of Childhood

 

 

 

angrydoc.jpg

TSR - Temps présent: Le Juge, le Psy et l'Accusé

"Les tribunaux font de plus en plus appel aux experts-psychiatres pour rendre leur décision. L'accusé est-il irresponsable? L'enfant dit-il la vérité? L'inculpé est-il dangereux pour la société? Le verdict du psy est parfois contesté mais toujours décisif. A travers cinq faits divers survenus en Suisse romande - dont l'affaire du Grand-Pont à Lausanne et le triple infanticide de La Chaux-de-Fonds - Temps Présent mène l'enquête sur les relations complexes qu'entretiennent la psychiatrie et la justice. Jeudi 31 mai 2007 à 20h05."

Le bazar psy d'un gourou patenté hypnotise la justice

Temps présent dénonce le gourou psy Gérard Salem

La psychiatrie sous enquête

Le CIM-10 de l'OMS vaut-il mieux que le DSM - IV ?

Le juge, le psy et l'accusé": Auto goal pour SALEM

Le rôle des experts dans le drame d'Outreau

 

18:08 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

Allez savoir pourquoi mais cette machine dont il est question me fait penser à celle utilisée par les Scientologues pour qu'ils soient sûrs que vous ne leur échappiez point.
De fait on est pas très loin des premiers appareils utilisés pour les radiographies ces fameux rayons x, utilisés eux en tout premier par des occultites comme Oudin .
On a critiqué l'ancienne psychiatrire dommage on sera entrain de manger des pissenlits et ne pourront découvrir dans 12 ans qui des patients ou des médecins seront alors soumis aux neuroleptiques,on penchera pour les seconds dirait un ancien et très connu directeur d'hopital psychiatrique, mais au nom du Saint Patron rendement que n'inventeraient pas les chercheurs médecins

Écrit par : lovsmeralda | 12/11/2011

La Scientologie est une des sectes les plus toxiques et dangereuses du monde, quoie l'une des plus repérées ! Elles sont toutes sous la surveillance constante des autorités. Elle s'est discréditée à jamais depuis longtemps. Ladite scientologie ne saurait donc exciper des erreurs, dérives et délires du DSM IV d'une certaine psychiatrie pour redorer son blason. Tout commentaire nouveau concernant la Sciento sera zappé du présent site. Les DDG défendent les libertés . La cause de la Sciento est entendue. Point/Barre.(jaw)

http://www.prevensectes.com/home.htm

Écrit par : jaw | 13/11/2011

Excellent article!

A ce sujet, la commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme internationale vient de réaliser un documentaire: "DSM - Le coup de poker le plus funeste de la psychiatrie".

Il est peut être commandé en écrivant à CCDH, CP 5773 1002 Lausanne ou par e-mail: cchrlausanne@gmail.com

CCDH Lausanne

Écrit par : CCDH | 13/11/2011

La Sciento nous prend-elle pour des c...? La "Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme internationale"(CCDH) est une émanation directe de ...la SCIENTOLOGIE !!! C'est même sous ce masque favori qu'elle recrute ses victimes ! Je ne recommande à personne de commander quoi que ce soit à l'adresse indiquée ni de fournir ses coordonées à l'adresse indiquée. Ce procédé est typique de la Sciento: se masquer pour avancer. Comme "Légion".

La psychiatrie, de nos jours, permet de calmer les patients en crise par l'usage de médicaments appropriés. C'est un progrès considérable !Elle a de grands succès à cet égard. Le DSM, seul, et son usage sont en cause.

Quant à la Sciento, elle est ni scientifique ni logique pas plus qu'écclésiale mais bien toxique par essence.

A bon entendeur salut !

Écrit par : jaw | 13/11/2011

@jettero,combien en avons nous soigné des victimes de la scientologie et d'autres mouvances sectaires car s'en est une ni plus ni moins surtout depuis qu'elle a compris comment piéger davantage en s'appropriant le nom du Christ et quand on voit le nombre de suicides liés au chantage suite a certains départs on ne peut et de très loin pas dire que la scientologie soit sans danger,c'est tout le contraire
Et si l'on demandait qui pousse tous ces jeunes à s'indigner y'a fort à parier qu'on y trouverait matières sectaires à disséquer

Écrit par : lovsmeralda | 15/11/2011

@Jettero,alors pourquoi la Scientologie fait-elle si souvent la une des tribunaux suite à des plaintes d'adeptes ?La Scientologie a déboulé dans notre pays avec l'arrivée du new âge et l'on sait toutes les conséquences que cette vague de nouveautés provoqua sur le psychisme de nombreux humains .Et nier le fait que des anciens adeptes portent plainte prouve votre mauvaise foi.
Mais chacun est libre ou non d'y adhérer cependant chat échaudé craint l'eau froide comme dirait un vieux mobard
Quand au réveil Juif désolée on a pas attendu la fin de la guerre pour savoir ce qui se passait réellement de plus les actualités Gaumont enseignaient déjà à des enfants d'â peine 4 ans les atrocités vécues ,on était mis devant la réalité.Tout se savait dèjà depuis 1920

Écrit par : lovsmeralda | 15/11/2011

J'ai shooté (avec plaisir ) le commentaire du scientologue "jettero" qui tentait de propager son prosélytisme en commentaire à la suite de notre texte. Il en ira de même en cas de récidive. A bon entendeur, salut !

Écrit par : whimsical | 15/11/2011

J'ai encore zappé une nouvelle ineptie de propagande scientologique ! Ouf ! En cas de récidive, je ne mentionnerai plus mes zappages.

Écrit par : whimsical | 15/11/2011

Les commentaires sont fermés.