20/11/2011

Eloge des pseudos

phasme.jpgpoisson_pierre_010003.jpgIl existe mille raisons légitimes de ne pas se promener nu et sans armes sur le domaine public, fût-il celui, virtuel de l'Internet au XXIe siècle.

Parfois, mieux vaudrait être phasme
( photo), cameléon ou poisson-pierre (photo) pour échapper à ses  mille prédateurs et empêcheurs d'écrire en rond.

- Allô ! C'est bien toi ? On t'a signé T.T en page 3 et P.L en page 7, ça t'ira comme ça ?


- Pas le choix ! Adopté !

Le premier pseudo m'est décerné par le chef des Informations d'un magazine parisien à gros tirage:

-C'est le vrai nom d'un ami, inspecteur du Yard à la retraite, je vais lui envoyer un numéro du magazine. Hi ! Hi !

Le second, P.L. est celui d'un agent de liaison parachuté de Londres sur le territoire de la France occupée. Décédé depuis longtemps. Cinquante ans plus tard, il m'arrive encore d'utiliser, avec un sentiment de reconnaissance émue,  ces deux pseudos décernés par un regretté journaliste français qui fut fort actif dans la Résistance.

Pourquoi ces pseudos dans des magazines à grand tirage où tant d'autres auraient souhaité signer des articles de leur vrai nom, en toutes lettres et si possible accompagné de leur photo ?

Par "principe de précaution" !

Et surtout: par état de nécessité.

Lire la suite

16:55 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

11/11/2011

Un "Nouvel Ordre Mental" pour psychiatriser le population mondiale ?

dsmivaddictedshrink.jpgLe Temps rèvèle ce jour ...l'indignation et la vague de protestation mondiale qui déferlent sur le DSM IV, "bible" des psychiatres américains dont l'usage s'est généralisé jusque dans nos Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Il s'agit d'une méthode très contestée, fondée sur le remplissage de questionnaires à choix multiples soumis aux patients. Un simple ordinateur vous sort en un millième de seconde (même sans entretien psy avec le patient !) des centaines de diagnostics psychiatriques. Fiabilité ? Zéro ! Nous avions le fast food. Voilà donc le "fast psy" qui vous réduit l'univers psychique complexe du citoyen lambda en pondant des diagnostics psychiatriques à la vitesse de machine à débiter les saucisses de porc.  De nombreuses voix s'élèvent contre cette méthode célérissime et déjantée qui permet d'économiser des heures d'entretien avec les patients et facilite leur étiquetage pathologique instantané. Ils ne se savaient pas fous mais ils le deviennent aussitôt grâce à cet instrument insultant la raison et le bon sens. L'abus de cette pataphysique est tel qu'un Manifeste contre le DSM IV a été lancé avant que sa version V, aggravée,  ne sorte des presses américaines. La première version( 1952), traitait les homosexuels de "malades mentaux". Depuis lors, les auteurs de l'opus, souvent liés aux labos pharmaceutiques, font mieux: ils pratiquent le "disease mongering", c'est à dire l'invention pure et simple de nouvelles pathologies. Pourquoi ? Pour booster le business médical et la vente de nouveaux médicaments. Il suffisait d'y penser. Les Américains l'ont fait !

Lire la suite

18:08 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

05/11/2011

Europe: la peur des peuples libres habite Sarko

swissflag100.jpg-sarkozy-cigare-736239.jpgVous êtes un Suisse et vous n'avez pas l'accent suisse !

Parmi les marques d'inculture de nos grands voisins, cet objet de leur étonnement est un classique. Ils ignorent que "l'accent suisse" n'existe pas et que nous nous appuyons non pas sur la "diversité" d'anciennes colonies mais bien sur la pluralité  de nos régions linguistiques. Ils ouvrent des yeux en boules de loto dès qu'on leur explique nos quatre cultures et nos 26 Etats et demi-Etats, tous  jaloux de leurs prérogatives au point de ne céder que parcimonieusement des miettes de pouvoir au gouvernement central de la Confédération.

- Votre capitale, c'est Zurich ou Genève ?

Là, il faut expliquer que la Suisse n'a pas de "capitale" mais tout au plus une Ville fédérale: Berne. Puis vient l'inévitable question sur "le Président". Comment éviter le trop latin primus inter pares qui ne ferait qu'ajouter à la perplexité de nos interlocuteurs français ? Je me contente donc d'un:

- Le Parlement en élit un nouveau chaque année.

- Et votre référendum d'initiative, c'est quoi au juste ?

-C'est comme votre gruyère d'emmental, une contradiction dans les termes !

Et nous voici sur le point de dispenser un cours de science politique improvisé sur un plateau de la chaîne de télé Antenne 2 à Paris au terme d'une émission. Nous sommes au début des années 1980. Tel un rare spécimen d'une tribu exotique, je dois satisfaire la curiosité émerveillée des cadreurs, maquilleurs, éclairagistes, assistants de plateau,régisseurs et cablemen. De la Suisse, ces gavés de stéréotypes ne connaissent que les banques, le chocolat et les horloges à coucous.

Lire la suite

22:46 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook