22/12/2011

Les inconvenances de Céline Amaudruz au Conseil national...

celinecn.jpgAu fil du débat parlementaire sur l'initiative fédérale de la Ligue pulmonaire, désireuse d'imposer une quasi Prohibition du tabac en Suisse, le comportement et le langage d'une nouvelle élue au Conseil national a pu frapper l'observateur.

A peine assermentée et incorporée dans la Commission des finances, voici que la Genevoise Céline Amaudruz (UDC), une blonde de 32 ans, a surpris la vénérable assemblée plénière en se hissant à la tribune pour y pratiquer une rhétorique audacieuse, critique, ironique et narquoise. Elle a su porter le fer là où ça fait mal.  Les anciens avaient dû pourtant bien lui dire de la boucler durant une année avant de prendre la paro
le. Si elle est animée par un tel  "impératif de désobéissance", la démocratie ne peut que s'en féliciter !


consnatfisheye.jpgRompant en visière avec les usages des Chambres fédérales, la voici en "bretteuse " aguerrie (si l'Académie nous permet cette féminisation du terme) qui se présente en se proclamant "ni fumeuse  ni au service de l'industrie du tabac pas plus qu'hypocondriaque !" Ce bref auto-portrait dressé, elle rappelle qu'un Suisse sur deux a fumé au cours de sa vie et attaque:

"Doit-on pour autant, en vertu du sacro-saint principe de précaution, s’en prendre une nouvelle fois aux libertés résiduelles de nos concitoyens fumeurs, pour satisfaire au discours et diktats alarmistes d’une armée d'hygiénistes et de préventocrates agissant en bande et souvent par métier ?" (sic !)

Le ton est donné...Il tranche avec les litanies du choeur antique des bien pensants vertueux et non-fumeurs qui ressassent leurs mantras sur la prétendue "fumée passive létale" et gémissent sur le sort des pauvres sommeliers condamnés à  oeuvrer dans des lieux de travail enfumés. On croirait lire du Zola..  Neyrinck (PDC/VD) et Singer (VE/VD), pathétiques dans leurs suppliques,  s'emploient à tirer des larmes de l'Assemblée comme s'ils avaient eux-mêmes sué toute leur vie dans des bistrots à porter des chopes de bière à des clients fumeurs et à se faire pincer les fesses par des clientes avinées lubriques !

Les vertueux élus non fumeurs lancent aux quatre points cardinaux  quelques pourcentages et chiffres de prétendus "morts virtuels" tirés de rapports  pataphysiques, à l'appui de leurs élucubrations, dans la pure tradition du Sieur Jean-Charles Rielle. Ce personnage unique de son espèce a quitté aec bonheur, de son propre chef, le Conseil national au terme de son bilan consternant de politicien oisif-non-fumant.

La jeune élue genevoise effrontée, elle, poursuit avec aplomb sur sa lancée, nullement intimidée par l'océan de l'hygiéniquement et du politiquement correct où elle baigne désormais, victime de son succès électoral.  Elle sort à peine du sujet en s'exclamant : " "A Genève en tous cas, le législateur s’est montré beaucoup plus préoccupé par l’abolition de la fumée passive que par les dégats réels et concrets causés par la prolifération de coup de couteaux et les décès liés aux agressions, ce qui en dit long sur la pertinence du débat actuel", ajoute-t-elle pour se faire bien comprendre.

"Faut-il aujourd’hui céder aux appels des sirènes puritaines, qui cherchent à tout prix à stigmatiser et à attiser une culture de haine envers les fumeurs -parias ? L’exemple de la prohibition de l’alcool aux Etats-Unis nous démontre au contraire que l’interdiction n’amène jamais rien de bon et qu’il vaut mieux réglementer sans proscrire et prévenir plutôt que punir", ose-t-elle encore.

Consternation dans les rangs des normopathes. Ce clan est représenté en majorité par des éus socialistes et des Verts.

S'agissant de l'augmentation  de prix "préventive" du paquet de cigarettes, Céline Amaudruz en dénonce les effets secondaires dont personne n'a jamais parlé: "Le seul effet de cette mesure a été d’ouvrir la porte de la Suisse aux importations parallèles et à l’écoulement de produits de contrebande, dont le contenu peut s’avérer bien plus nocif que celui qu’on tente aujourd’hui d’éradiquer de nos commerces et de nos lieux."

"Interrogez nos garde-frontières: ils vous diront qu’il n'y a pas que la cocaïne et le haschich qui s’écoulent illégalement aux travers de nos frontières, mais également d’importantes quantités de tabac toxique de contrebande !"

Et la jeune élue genevoise  insolente ajoute ( in cauda venenum): "C’est à se demander si les Ayatollahs de nos estomacs et de nos poumons ne réclameront pas qu’un jour, chacun soit soumis à son 18ème anniversaire à un examen théorique et un examen pratique pour obtenir le permis de vivre en société…"

Aux innocent(e)s, les mains pleines ! C'est ainsi qu'une "bleue" à l'esprit indépendant a fourni le meilleur moment d'un débat qui aura duré trois heures. Et qui s'est terminé par le rejet d'une initiative "excessive", pour reprendre les termes de Didier Burkhalter, conseiller fédéral.

A n'en pas douter, Céline Amaudruz dont le culot, les inconvenances calculées et la  liberté de langage en auront surpris plus d'un en ce 22 déembre 2011, est appelée à compter parmi les 200 élus du Conseil national.

Caveant consules !

Pour un "maiden speech" d'une "maverick", c'était réussi ! En français spv ? Ouais...Pour une "bleue" c'est un discours inaugural " réussi...

Comme vous pouvez le voir sur le site des Dissident(e)s de Genève, nous lui donnons un excellent carnet:-) !

 

celinecn.jpg

Céline Amaudruz, cons.nat. (UDC/GE): une bretteuse qui commence en fanfare !

 

16:13 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

Commentaires

Oui, mais il n’en reste pas moins que tout un chacun a le droit de fumer si cela lui chante dans environ 99% des endroits où il vit. Donc prétendre que l’on est cerné par des lois liberticides sur le sujet est de la pure démagogie ce qui ne peut pas nous étonnés venant de l’UDC.

Écrit par : Gilliéron PA | 22/12/2011

Woaw, j'y crois pas, pour la première fois je suis tout à fait d'accord avec un (une en l'occurrence) représentant(e) de l'UDC.

Bravo à Céline Amaudruz, on ne se battra jamais assez pour nos libertés individuelles (enfin ce qu'il en reste).

Écrit par : Vincent | 22/12/2011

Cela fait vraiment plaisir qu'une personne peu importe le parti à laquelle elle appartient se batte pour le peu qu'il en reste de nos libertés individuelles.

Un énorme BRAVO à Céline Amaudruz qui comme d'habitude utilise sa position à bon escient.

Écrit par : Jacquier Cathy | 22/12/2011

Et en plus elle est pas mal.

Ca peut faire une bonne reproductrice... avec de la conversation.

Écrit par : anonyme | 22/12/2011

C'est marrant de parler de "liberté individuelle" quand le sujet dont il était débattu est la "liberté d'enfumer les autres dans des lieux publics"...

Écrit par : Lulu | 22/12/2011

@ Lulu : Ne croyez-vous pas qu'il peut y avoir, dans notre vaste choix de restaurants chics, de bistrots populaires, d'estaminets, bars et autres troquets de campagne, un lieu public pour les fumeurs ? La liberté individuelle de fumer ou de ne pas fumer peut aussi s'accompagner de la liberté d'entrer ou de ne pas entrer dans un bistrot éventuellement autorisé aux fumeurs.

Écrit par : Christiane Favre | 23/12/2011

Et il serait bon que les élus de la Ville de Genève prennent connaissance de ces interventions, histoire de réaliser comment ils sont dépassés par les événements.

Notamment en matière de sécurité où ils doivent revoir urgemment la situation, afin de remettre de l'ordre et de la discipline et surtout que les belles paroles prononcées AVANT les élections ne partent pas....en fumée !!!

Écrit par : Sir de St-Cyr | 24/12/2011

Je vois pas comment on peut se définir "à contre courant" en défendant l'industrie du tabac... c'est pathétique.

Fumer est optionnel, respirer non. Penser aux gens avec des problèmes respiratoires, merci.

La solutions "des endroits pour les fumeurs, des autre pour les non fumeurs" ne fonctionne pas, elle crée une concurrence déloyale entre les établissements et ne résous pas le problème de l'exposition du personnel.

Écrit par : gagarine | 04/01/2012

@gagarine : Vous êtes patron d'un établissement gastronomique ? Chaque restaurant ou bistrot ferait ainsi concurrence déloyale à ... ses concurrents? Alors c'est quoi la concurrence loyale? Faut-il interdire la vente de pizzas à emporter, de Big Macs ou de sushis ? Faut-il mettre tous les restaurants à la même enseigne et aux mêmes prix ?
Et si le personnel veut travailler dans un resto fumeur parce-qu'il aime fumer, vous voulez interdire ça ?

Écrit par : benpal | 10/02/2012

Les commentaires sont fermés.