08/06/2012

Pourquoi Stauffer doit gagner

capsule.jpgCapsule électorale (XI)

Genève: les intermittents du spectacle... politique

Maudet soit qui mal y pense...


Parmi les mouches captives de leur bocal électoral, Maudet est la plus fébrile. Le moitrinaire mutiplie ses seances de m'as-tu-vu au rythme de son discours précipité, porteur de peu de sens. Son discours foisonnant staccato lui tient lieu de réflexion. Un discours enivrant de sergent-major inspectant le bon ordre d'une chambrée en caserne. Cet obsédé de l'ordre et de la propreté  dessinerait-il des organigrammes pendant ses loisirs ? Les électeurs qu'il racole  sur nos trottoirs, ne seraient-ils, en définitive, que de vulgaires tremplins pour hisser Sa Grandeur au niveau de ses ambitions ?


maudet.jpgOn le verrait bien, avec la même belle assurance, face au personnel de la General Electric, expliquer - sans la moindre chance de réplique ou de contestation- pourquoi son organigramme exige le dégraissage de 30'000 employés. Au nom de la survie de l'entreprise. Et surtout de la sienne. S'il y a de l'humanité au fond de ce jeune robot au pas cadencé,il faudrait du papier de verre à gros grain et un bon décapant pour en déceler la présence. Sans doute vaut-il mieux que l'image qu'il dégage. Mais je me méfie comme la peste d'un homme qui choisit la construction d'une prison comme priorité No 1 (parmi 20 !): " La construction rapide d’une nouvelle prison est la priorité n°1. Pour permettre à la police d’y envoyer les délinquants qu’elle est trop souvent obligée de remettre dans la rue, faute de place disponible."

Pousser la démagogie à cette extrémité à de pures fins électorales est peu digne d'un candidat au Conseil d'Etat.

Maudet veut même, dans son élan de grandiloquence..."être responsable devant l'Histoire"! Et le voici  qu'il se valorise en citant "  des personnalités telles que Rousseau, Voltaire, Henri Dunant, Elie Ducommun, James Fazy, Georges, Favon, William Rappard, Jean Piaget"comme si cette proximité de personnages illustres allait lui conférer de nouveaux talents. Cet exercice ridicule de "name dropping"  "peut être interprété comme une forme de snobisme entendu, d’humanisme kitsch. Je regretterais qu’il en soit ainsi car ces hommes – de même que des femmes telles que Emilie Gourd, Germaine de Staël, Marguerite Frick-Cramer, Jeanne Hersch, Ella Maillart, attestent le rôle particulier de Genève dans l’histoire du monde." (lol !)

Pour ce morceau d'anthologie, nous lui décernons le Premier Prix, toutes catégories confondues, de la présomption.

(J'avais voté pour lui au Conseil administratif de la Ville. Il m'a déçu.)

Torracinta, Mère-Partage

torra.jpgDe l'humanité, la candidate en a quand elle sourit. Rarement. Sous ses airs d'institutrice zélée, la "fille de..." est une laborieuse qui croit utile de se proclamer "intègre", comme si ses concurrents ne l'étaient pas ou l'étaient moins qu'elle. Elle veut agir "pour toutes et tous, sans privilèges" ce qui est admirable pour une privilégiée qui possède "maison et couche molle" comme disait le poète. La pénurie de logements ? Facile à résoudre: forcer les communes à construire et punir en les taxant celles qui se soustrairaient à son impérial et impérieux dogme.

Engagée, au côté du singulier camarade Rielle, dans la persécution des fumeurs (30 % de la population !), elle nous tire des larmes en promettant de s'occuper des "personnes de plus de 50 ans" au chômage ou "des jeunes sans expérience professionnelle". Cette enseignante en histoire, bien née, bien logée (dans un logement qu'elle possède) et bien nourrie est appuyée par Carlo Sommaruga, l'homme qui incite à dénoncer ses voisins fumeurs aux régies immobilières ! Elle s'indigne que "près de 15 % de la population renonce à des soins de santé pour des raisons financières". Ces bons sentiments l'honorent. Mais je crains que cette Mère-Partage ne fasse danser l'anse du panier si elle devait être élue au Conseil d'Etat. La générosité irresponsable avec l'argent des autres avait creusé un trou de ...CHF 46 millions dans la Trésorerie de l'Hospice général. Anne n'y était pour rien et n'avait rien vu venir puisque cette impéritie fut le fait de son illustre papa.


Faire taire Stauffer-le-fier-à-bras ?

stauffer.jpgIl fait du bruit, s'agite, se démène, dénonce et accuse. Et c'est bien cela qui vaut à notre fier-à-bras une persécution acharnée de l'Establishment. Une sale campagne de dénigrement frappe injustement cet homme qui "ne l'envoie pas dire". Il n'est ni avocat ni analyste financier pas plus qu'il n'émarge au budget du Bureau de l'Egalité (lol!) et ne vit pas, comme d'autres candidat(e)s d'argent public. La restauration de la sécurité publique à Genève lui tient à coeur et il en fait son argument principal de campagne.

L'esprit d'entreprise qui l'anime lui réussit puisqu'il est parvenu, ex nihilo, à lancer son Mouvement des Citoyens genevois (MCG) avec succès. Fort de ses 17 députés au Grand Conseil, Stauffer, plus que tout(e) autre, a donc vocation de représenter "le peuple". Populiste il est et il l'assume. Il fut le premier à dénoncer - là où d'autres se taisaient - le traitement exorbitant d'un militant du Parti socialiste délégué à la Direction des Services industriels de Genève (SIG): CHF 420'000.- pour un poste à 40 % !!! On comprend que la capacité de nuisance aux "combinazione" de l'Establishment déplaise à ceux qui prônent une société "sans privilèges".

Certes, il arrive à Stauffer de commettre quelques maladresses et inconvenances (le verre d'eau projeté à la face d'un adversaire en pleine séance du Grand Conseil) mais sur le fond, son talent à porter le fer là où le bât blesse est d'une efficacité prophylactique redoutable dans une République où "copains et coquins" se pourlèchent devant le gâteau de CHF 8'000'000'000.- du budget cantonal annuel.

Et ce n'est pas Stauffer qui va lever servilement la main, sans coup férir, pour approuver le renflouement des caisses de pension des fonctionnaires de l'Etat pour un montant estimé à 6 milliards de francs.

Notre chien de garde des finances publiques mérite donc mille fois d'être soutenu, nonobstant ses idiosyncrasies. Sa seule présence au sein du Conseil d'Etat sera dissuasive. Et comme il n'est pas habité par mille inhibitions, il ne se gênera pas d'aller fouiner dans affaires des autres départements, animé qu'il est par un souci de transparence.

A elle seule, la persécution ignoble dont Stauffer est la cible durant cette campagne, incite à voter pour lui. C'est ce que j'ai fait alors que mon penchant naturel et atavique pour les "outsiders" et "underdogs" aurait, à l'origine, plutôt favorisé Le Pirate.


Qu'ont-ils donc à cacher, les partis adverses, paniqués, pour redouter la venue d'Eric Stauffer au Conseil d'Etat et avoir mobilisé une telle machine de guerre contre un candidat qui gère parfaitement bien les affaires municipales d'Onex ?


Voilà donc passés en revue, les 3 candidat(e)s donnés pour les plus papables par les media à l'unisson. Nous nous occuperons des autres ultérieurement.


Et n'oubliez pas d'aller voter..même s'il ne s'agit que de pourvoir un seul et unique siège au Conseil d'Etat durant 16 mois.


Un siège unique d'intermittent du spectacle...politique !(jaw)

capsule.jpg

 

Capsule électorale (I): Maudracintasmes...

Capsule électorale (II): Un boudoir dans les cordes...

Capsule électorale (III): Les bonnes mœurs de Stauffer et...le Pirate !

Capsule électorale (IV): un test obligatoire pour tous les candidats ?

Capsule électorale (V): Le brevet de vertu à CHF 50.-

Capsule électorale (VI): Maudet-Torracinta à pile ou face, comme au Casino ?

Capsule électorale (VII): Maudet, un ambitieux "génétiquement programmé"

Capsule électorale (VIII): Une certaine idée de...Guillaume Maudet

Capsule électorale (IX) Stauffer: aux fers ou aux affaires ?

Capsule électorale (X): Anne-la-Rose, cigale prodigue



tuowarmany.jpg

 

18:26 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

... et vous pensez vraiment qu'une majorité de citoyens Genevois soit assez plouc pour envoyer ce grossier personnage au CE ? Vous rêvez !

A dimanche prochain et vous verrez la couleur des fesses à Stauffer !

Écrit par : Galileo | 09/06/2012

Eric Stauffer : l'homme à abatttre ?
Mais pas du tout, il finira par tomber tout seul comme un fruit mûr.

Écrit par : Michel Sommer | 09/06/2012

La critique, c'est bien connu, est un art difficile ! Elle suppose effectivement de connaître un tant soit peu ce dont on parle.
Anne Emery Torracinta, n'est effectivement pas l'une de mes "alliées" politique. Je combats donc ses idées même si nous nous sommes retrouvés ici ou là à défendre les mêmes choses.
Mais je ne peux en aucune manière accepter que le débat d'idées déborde sur des attaques personnelles contre son père. J'ai siégé avec bonheur et intérêt sous la Présidence de Claude Torracinta à l'Hospice Général. Affirmez comme vous le faite, sur la base d'un article de Fabiano Citroni, que Claude Torracinta a creusé un trou de 46 millions est une absolue contre vérité que chacun des membres du Conseil d'administration de l'époque pourra confirmer.
S'il fallait chercher un coupable de ce déficit, je vous suggèrerais de regarder un peu plus méticuleusement du côté du Conseiller d'Etat qui à l'époque, chapeautait l'Hospice Général...

Écrit par : Renaud Gautier | 15/06/2012

Monsieur le Député,

Effectivement, le "trou" de 46 millions de francs creusé à l'Hospice général avait échappé à la vigilance de toutes les personnes chargées du contrôle de gestion de cette admirable institution. J'ignorais que vous en fissiez partie et comprends mieux que mon commentaire n'eût point rencontré votre agrément.

La Commission des Finances du Grand Conseil, l'Inspection cantonale des finances, la Cour des Comptes et le Conseil d'Etat, je vous le concède, n'y avaient vu que du feu. Mais le premier responsable de la béance comptable impunie en fut bel et bien le Président du Conseil d'administration de l'Hospice général, espèce apparemment protégée.

Ce qui est en cause dans mon texte, c'est la désinvolture chronique généralisée avec laquelle les élus gèrent - et souvent gaspillent - l'argent des autres, de tous..c'est à dire de personne.

Je m'explique plus longuement sur cette mentalité de "prodigalité altruiste" irresponsable à cette adresse URL sous le titre de "Anne-la-Rose, cigale prodigue..."

http://humoresques.blog.tdg.ch/archive/2012/05/23/capsule-electorale-x-anne-la-rose-cigale-prodigue.html

Pour ce qui est de ma source de référence(F. Citrioni du Courrier), j'ai bien essayé de la compléter par une mémorable interview de Mise au Point. (TSR). La journaliste y parlait face à l'intéressé de "gestion calamiteuse" de l'Hospice général mais cette interview video a disparu des archives:

http://www.rts.ch/video/emissions/mise-au-point/428475-rsvp-invite-claude-torracinta-president-de-l-hospice-general-de-geneve.html

Certes, nul "fils de.." ou "fille de..." ne saurait être rendu(e) responsable des agissements de ses géniteurs mais en l'occurrence, je crains néanmoins, le danger d'une imprégnation osmotique par piété filiale et endoctrinement familial ou, mieux encore... clanique :-)

Veuillez croire, Monsieur le Député, à l'expression de ma parfaite considération.

jaw/DDG

Écrit par : J.-A.Widmer | 15/06/2012

"Certes, nul "fils de.." ou "fille de..." ne saurait être rendu(e) responsable des agissements de ses géniteurs mais en l'occurrence, je crains néanmoins, le danger d'une imprégnation osmotique par piété filiale et endoctrinement familial ou, mieux encore... clanique :-)"

Pas de souci, personne ne comptait sur vous pour la faire élire dimanche.

Écrit par : Johann | 15/06/2012

Les commentaires sont fermés.