25/11/2012

Vaud zappe ses malades mentaux

vaud.jpgOn connaît la réponse prudente du Vaudois auquel on demande s'il est content du repas qu'on vient de lui servir:  Je dis ni oui ni non...et j'en ai déjà trop dit !

Le flou, le mou, le "on verra ..." , le "pas tant que ça" prédominent et persistent au Pays du Major Davel.

Voici que le peuple vaudois rajoute une couche de saindoux lénifiant à ses strates de litotes et euphémismes en zappant deux obscénités de sa Constitution: désormais, grâce au vote populaire, les maladies mentales et la faiblesse d'esprit auront définitivement disparu !

Pour cela il a suffi de modifier le lexique local et d'en lisser les aspérités. Au nom de la justice, de l'égalité et de la décence.

Lire la suite

17:14 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

15/11/2012

Editeurs, ne tirez plus sur Google !

En Italie, la coutume de facturer le "pane e coperto" ("pain et couvert")  au client qui s'assied à la table d'un restaurant, a de quoi surprendre le touriste.

rotativespapier.jpgPourquoi, dans la foulée de cette prédation, ne pas y ajouter un "droit de siège" à ceux des clients qui n'aiment pas manger debout :-) ?

Les jérémiades des éditeurs de journaux se plaignant du pillage de la presse imputé à  Google ne sont pas fondées.
Qu'on le veuille ou non, Google demeure le meilleur moteur de recherches sur l'Internet. S'll s'est imposé sur le marché mondial, c'est qu'il offre un excellent service. Il est vrai que c'est aussi le moteur de recherches le plus inquisiteur puisque ses usagers offrent mille détails sur leur personne, leurs habitudes, leurs goûts, au point qu'au fil du temps, il est possible, à leur insu, de dresser d'eux un portrait psychologique fort détaillé. Ces précieuses données sont vendues à prix d'or par Google.

Lire la suite

04:04 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

09/11/2012

Pourquoi cacher aux familles les dossiers médicaux de patients décédés ?

poggia.jpgLe Grand Conseil de Genève examinera les 15 et 16 novembre prochain la motion explosive de Mauro Poggia (MCG) et all. qui pose la question de savoir s'il convient de fournir aux familles qui le demandent la teneur, partielle ou totale, des dossiers médicaux de patients décédés. En principe, le secret médical protège aussi la mémoire des disparus. Oui, les morts ont encore des droits, est-il nécessaire de le rappeler ?

Les membres de la Commission de la santé se sont étripés sur cette question de société qui présente des aspects judiriques, médicaux et éthiques insoupçonnés. Et par un prompt renfort, les blouses blanches  qui répugnent à ce que des profanes viennent fouiner dans leurs affaires et leurs pratiques, sont d'avis qu'il ne faut pas légiférer.  La motion Poggia et all. visant à à intégrer dans la législation genevoise les fondements d’un accès, par les proches d’un patient décédé a été rejetée par 6 voix contre 2 et deux abstentions.M. Poggia s'est empressé de déposer un rapport de minorité, ce qui laisse présager de vives empoignades (verbales) entre les défenseurs des patients et ceux du business médical.

Lire la suite

04:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

04/11/2012

Ca Fait Froid (CFF) dans le dos: démocratie à vendre...

lococff.jpgAinsi donc, nous révèle une fois de plus la seule presse hebdomadaire dominicale alémanique, les CFF vont louer leurs espaces en gare à des tiers. Les marchands du Temple sont innombrables. Parmi eux figurent les modestes collecteurs de signatures pour toutes sortes de pétitions, initiatives, référenda et autres bonnes causes d'intérêt public.

Les CFF mettent tous ces payeurs potentiels dans le même sac: qu'ils vendent du chocolat, des préservatifs, du tabac, des journaux ou des nains de jardin, ils doivent cracher au bassinet.

iStock_000021607335XSmall.jpgNon olet ! Et pour uriner, relâcher des faeces en urgence, c'est le même prix.

Il ont pourtant oublié l'essentiel: les (rares) poubelles et les (rarissimes) cendriers pour fumeurs récalcitrants: ceux là sont encore gratuits mais pour combien de temps  encore ?

Le marketing des CFF avait oublié une catégorie d'usagers abusifs de leur espace: les citoyens qui font marcher la démocratie en recueillant des signatures pour exprimer la vox populi. Ceux-là étaient soit interdits d'action soit contraints à la clandestinité. Les voici chaudement invités à payer leur station debout dans les gares.

Ne reste plus qu'à installer des automates délivrant des billets pour...ne pas voyager mais battre la semelle dans les gares construites par nos ancêtre du XIXe siècle. Avec le reste de notre réseau ferré.

J'espère ne pas être le seul à élever une vigoureuse protestation contre ce nouveau racket des CFF dirigé contre la citoyenneté ...et son libre exercice.

Les espaces où se pressent les foules appartiennent au peuple et non aux maîtres du marketing CFF, sales petits prédateurs embusqués et payés au mois pour concevoir de telles facéties.

Les CFF ? Cette société de droit public dont la majeure partie appartient à la Confédération est donc donc virtuellement la chose de tous les citoyens suisses. Si les CFF existent, c'est bien grâce à la Confédération, elle même garante des droits démocratiques.

Quel parlementaire genevois aura-t-il le cran de remettre cette société confédérale au pas en lui rappelant ses devoirs civiques ?

Vendre de la saucisse grillée et de la bière dans le dédale de nos gares, oui.

Y vendre la démocratie et favoriser les partis les plus opulents: NON !

Que ces génies,  frais émoulus de l'Ecole d'économie de St Gall, aillent prendre quelques cours de rattrapage en civisme et qu'ils retirent aussitôt leur sinistre projet tarifant - comme celui des hétaïres - l'exercice des droits démocratiques.

Il ne reste donc plus aux collecteurs de signatures qu'à s'acheter un billet simple course Genève-Versoix avant d'interpeller leurs concitoyens dans les gares CFF dès l'aube au crépuscule.

A moins qu'il ne soit interdit d'adresser la parole à ses concitoyens sans payer une redevance aux CFF. 

Ou de leur transmettre un flyer ou un stylo et une feuille de signatures.

Que les penseurs des CFF commencent, de grâce, à garantir une place assise dans leurs trains à chaque détenteur de billet ou d'abonnement avant de se muer en rapaces affamés.

Ce serait là un grand progrès, plus conforme au coeur de leur mission.

Oui, les vautours sont entrés dans nos gares. (jaw)

vautour.jpeg

SonntagsZeitung: SBB zocken Parteien ab

sonntagszeitung.gif

21:58 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook