30/01/2013

Données fiscales genevoises livrées à des privés : plaidoirie accablante !

maudet.jpgIl aura fallu quatre jours au Conseil d'Etat de Genève pour produire une plaidorie auto-accusatrice, brinqueballante et pas convaincante, pour tenter de se disculper dans l'affaire accablante des données fiscales genevoises livrées en pâture à des agents d'une entreprise privée. La perception et la gestion des recettes fiscales est une tâche régalienne qui ne souffre aucune immixtion étrangère à l'appareil de l'Etat.

 

Plus étonnant, le Conseil d'Etat à chargé le « bleu » Pierre Maudet, chef du Département de la Sécurité (DS), de la rédaction du communiqué officiel alors que les conditions favorisant la violation du secret de fonction étaient établies bien avant son accession à sa fonction. A plusieurs reprises, le Mouvement des Citoyens Genevois (MCG) avait dénoncé les dangers de telles sous-traitances.

 

Le plaidoyer pro domo du Conseil d'Etat, plutôt que de dissiper les doutes sur la sécurité des systèmes informatiques de l'Etat, ne fait que les renforcer.

 

Nous commentons (en italiques) le galimatias d'arguments avancés par le jeune magistrat au nom du Conseil d'Etat..

Lire la suite

18:55 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

29/01/2013

Le tabac entre attirances et répulsion au XIXe siècle...(II)

fumeuse.jpgDDG/jaw/26/12/2013: Nous poursuivons la lecture de l'ouvrage du Dr G.-A. Henrieck, médecin du XIXe siècle qui a écrit une Somme sur le tabac, ses avantages...et ses quelques inconvénients si l'on abuse de sa consommation. De "fumée passive", il n'est point du tout question encore. L'invention de cette "escroquerie absolue" remonte au IIIe Reich.  Même si le XIXe siècle ignorait encore tout du microscopee à balayage électronique, le scanner pour tous, les analyses de substances par chromatographie en phase gazeuse et l'existence de l'ADN, la lecture de son ouvrage (en fumant des cigarettes ou des cigares) est un excellent remède pour la rate qui se dilate... Un siècle où l'Académie des Sciences traitait Louis Pasteur d' "hérétique" scientifique lorsqu'il osait prétendre que des micro-organismes - et non  la "génération spontanée" - était à l'origine des moisissures. - Vous nêtes pas médecin. Vous n'êtes que chimiste ! Taisez-vous Pasteur !

Avec l'excellent et lyrique Dr G.-A.Henrieck, nous allons donc encore naviguer dans la physiologie d'époque qui valait bien, tout compte fait, les billevesées et simagrées alarmistes de nos pseudo-scientifiques modernes, jongleurs émérites qui vous concotent en moins de temps qu'il ne faut à leur nez pour s'allonger, des bouillabaisses de statistiques, savamment  écrémées pour conforter leur slogan à la "fumée passive létale".

Pour avoir su décrire si bien les sentiments hédonistes qu'apporte le tabac à son usager, on peut supposer que cette blouse blanche de 1864 devait tirer de temps en temps sur un cigare de qualité. A défaut, il ressemblerait à ces prêtres, condamnés à la chasteté, qui vous serinent avec aplomb que ceux des coïts sans intention d'enfanter,  des rapprochements qui ne se conforment donc pas à leurs canons, sont des "péchés", des offenses à Dieu lui-même. Ne faut-il pas avoir goûté au fruit défendu pour être capable d'en juger :-) ?

Lire la suite

20:50 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

27/01/2013

Des médecins-politiciens veulent supprimer tout "fumoir" à Genève !

docandpatientfag.jpgGenève demeure le canton le plus répressif de Suisse en matière de consommation de tabac dans les lieux publics. Depuis plus de vingt ans, la République et Canton de Genève gaspille jusqu'à CHF 1'000'000.- par année en remettant une telle somme au CIPRET du Dr Rielle (militant du Parti socialiste). Cette organisation préventocratique de bon rapport pour son animateur, ne vit que de l'argent public. Et pourtant elle viole constamment la Loi fédérale  sur les médicaments (art 32, 2/litt a)en faisant une publicité tapageuse dans l'espace public  pour un médicament de sevrage tabagique  "sur ordonannce seulement" : le CHAMPIX. Ledit médicament provoque parfois des poussées au suicide et des hallucinations. Aux Etats-Unis, plus de 2600 procès ont été intentés par des plaignants qui se disent victimes de cette molécule vantée par Rielle & Consorts. Le premier de ces procès a été évité puisque le laboratoire en cause a préféré une transaction à l'amiable avec les plaignants. Le niveau des dommages-intérêts versé par le laboratoire Pfizer n'a pas été révélé.

Lire la suite

17:35 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

25/01/2013

Des bienfaits du tabac, par le Dr G.-A.Henriek

Le tabac entre attirances et répulsion au XIXe siècle...


tabaclogo.jpg(/DDG/jaw/janv13) Parfois, il convient de se boucher les oreilles à la cire pour ne plus entendre les sirènes stridentes des rabat-joie, celles qui vous aspirent dans le gouffre d'une vie stoïque dont tout hédonisme serait banni. Entre l'angoisse et l'extase doit bien exister une zone de voluptés d'autant plus attirantes qu'elles sont interdites... L'histoire des interdits est aussi vieille que la Genèse. Le premier interdit, attribué à Dieu par l'homme, survient quelques dizaines de versets après la Création: "Tu peux manger les fruits de n'importe quel arbre du jardin sauf de l'arbre qui donne la connaissance de ce qui est bon et mauvais. Le jour où tu en mangeras, tu mourras".

Depuis lors, se prenant pour des dieux ou pour Dieu soi-même, l'homme n'a cessé de s'inventer des interdits propitiatoires selon la conception qu'il se fait du bien et du mal. Deux notions fort fluctuantes selon le point de vue de l'observateur et le Zeitgeist.

Nos préventocrates hystériques du XXIe siècle n'ont rien inventé bien qu'en Occident, aucun fou n'ait encore osé réclamer la peine de mort pour les fornicateurs et les fumeurs. Encore un effort, camarades hygiénistes, et vous y parviendrez :-) ! Remontons au XIXe siècle et voyons ce qui se disait à propos du tabac dans un ouvrage qui mériterait d'être lu dans son intégralité.

lunettes.jpg




Lire ici un extrait du livre du Dr G.-A. Henriek

 

Si vous préférez écouter le même extrait de texte, c'est ici en AUDIO:

cortnetacoustique.jpg





podcast

tabacpapierpersan.jpg

19:05 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

22/01/2013

Vaud: "l'amour des lois" et la crédulité active dominent le Grand Conseil

onearmbandit.jpgFidèle à lui même, le Grand Conseil du Canton de Vaud a gobé tout cru la dernière billevesée qui circule dans le camp des purificateurs obsessionnels: celle d'une double addiction: au tabac et aux jeux de hasard.

En excipant de cette alléguée double tare, le Grand Conseil vaudois a décidé: pas de machines à sous dans le fumoir du Casino de Montreux !

Les peuples heureux n'ont pas d'histoire: ils ont des interdits propitiatoires.

Il aura fallu trois débats pour en arriver à cette décision historique dérisoire. Et c'est la gauche, sous l'empire de l'argumentation fallacieuse à la prétendue "fumée passive létale" de Pierre-Yves Maillard, président du Conseil d'Etat, qui s'est révélée la plus liberticide.

vaud.jpg


La diffusion des trois débats en VIDEO vaut le détour ici

bullhorn.jpg







Mais avant tout,voici notre commentaire en AUDIO: (cliquez sur MEDIA)
podcast

17:12 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

15/01/2013

Nos hôpitaux sans fumée lavent au savon toxique:-)

 

soap.jpgNous n'allons pas savonner la planche sur laquelle les Directions du CHUV et des HUG glissent déjà vers l'abime du ridicule. A force de surfer sur la mode des Verts-Nuisants, on ne se contente plus de pousser les patients à consommer cinq fruits et légumes par jour, à s'éclater sur les pistes VITA et à imputer aux seuls fumeurs, ostracisés, méprisés et exclus, des tomberaux de maladies à cause multifactorielle.

 

 

Après le tabac, voici donc le savon bio hospitalier toxique, ce grand maudit.

Pour laver nos hôpitaux de tout soupçon, voici notre commentaire AUDIO...
podcast


 

 

01:32 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

13/01/2013

1979 : Yalta sur neige à Mégève

retroviseur.jpgDepuis que Le Nouveau Quotidien et Le Journal de Genève se retournent dans leurs tombes et exhument leurs articles que l'on croyait archivés ad aeternam, voici le passé heureux ou malheureux qui reflue sur nous comme une marée d'équinoxe porteuse d'encombrantes épaves de l'Histoire. Les excavatrices du binaire immortalisent tous les textes pour les générations futures. Suffit de pêcher au lancer pour attraper du menu fretin ou du gros calibre. Aucun droit à l'oubli désormais pour les héros de faits divers ou d'exploits politiques qu'on croyait broyés dans les laminoirs de l'Histoire. De même que l'on trouve des chaussures en cuir bouilli au fond des marais que l'on cure, il arrive aussi que l'on y tombe sur quelques joyaux authentiques lâchés par une amoureuse distraite en gondole, extasiée par les accents d'une barcarolle il y a cinquante ou cent ans de cela... Trois clics de souris et vous y êtes... Il me souvient...

Lire la suite

18:52 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

03/01/2013

Tueur en série valaisan: la psychiatrie locale est-elle malade ?

vigousse.jpgLe fait divers tragique de Daillon (VS) et sa charge émotionnelle intense va donc occuper nos media durant plusieurs jours. La Suisse ne semble donc pas épargnée par les "serial killers" puisque l'ATS et Newsnet en ont recensé dix-sept cas depuis 1986.

Ce qui distingue ce cas des autres, c'est que son auteur était parfaitement connu de la psychiatrie locale, que sa dangerosité était même si reconnue qu'il avait été désarmé après un séjour dans un hôpital psychiatrique.

Quels traitements médicaux lui ont-ils été prodigués ? Sous l'effet de quels médicaments était-il au moment de son crime ?

Comme d'habitude, il n'y aura pas d'autre coupable que l'auteur de la tuerie elle-même. Il n'avait pas de complices et a agi seul. L'enquête suit son cours. On vous en révélera les conclusions  dans une année quand le soufflé sera retombé.

Pendant ce temps, on exploite avec jubilation l'épisode dérisoire de "la pierre à Varone" .

Pourtant, à la réfexion, l'opinion est en droit de se demander si les "soignants" du fou sanguinaire de Daillon ont bien fait leur "travail". Ils se disent "experts" devant les tribunaux qui recourent en toute confiance à leur science molle pour expliquer l'inexplicable.

La responsabilité - sinon la culpabilité - de ces "experts" savants paraît donc bien engagée dans le survenance de ce drame.

Ces "experts" légitimés par la justice ne seraient-ils pas, à la réflexion, des imposteurs pratiquant la médecine à la manière des médecins de Molière ?

La question se pose avec acuité en Valais: la psychiatrie valaisanne a fait l'objet d'un article accablant dans une publication marginale, dissidente et même un peu hérétique: Vigousse.

Nous vous en proposons la lecture pour permettre à chacune de se faire une opinion.

Lire la suite

16:25 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook