10/02/2013

Genève: les partis, des "groupies" de la fonction publique ?

tug-o-war.jpgJamais objet de votation n'avait fait une aussi parfaite unanimité des partis à Genève: "Oui, nous assénent-ils depuis des mois, "il faut voter la loi de renflouement des caisses de pension des fonctionnaires genevois. Il n'y a pas de plan B.". Pourquoi une telle unanimité pour une loi qui va obérer les finances publiques de plus de 6,4 milliards de francs en quarante ans aux dépens de besoins plus urgents (logement) des contribuables genevois ? Avec un premier versement annuel de CHF 800 millions en guise d'apéritif ! La raison en est simple: il y a longtemps que nos députés et gouvernants, à force de côtoyer l'Administration, sont devenus de fervents "groupies" des fonctionnaires. A la moindre menace, couinement ou agitation des syndicats d'enseignants, de policiers, de laborantins aux HUG, voici le Grand Conseil et le  Conseil d'Etat apeurés qui cèdent aux premiers abois d'une catégorie de salariés la mieux lotie de la République et Canton.... Le salaire médian du fonctionnaire genevois s'élève à CHF 9'000.- par mois. Les deux tiers des cotisations sont versés par l'Etat. Qui dit mieux en "Europe" ?

Il est donc réconfortant de constater en lisant Le Matin-Dimanche que quatre personnalités genevoises de premier plan osent dire: Le roi est nu ! et recommandent de voter NON à la monstrueuse et somptuaire "loi instituant la Caisse de prévoyance de l'Etat de Genève (LCPEG) (10847) votée par le Grand Conseil le 14 septembre 2012.

Suite et fin de notre commentaire ici

18:19 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.