13/05/2013

Après la casier judiciaire: le casier médical !

dossiermedical.jpgLa compilation et l''agrégation de données médicales sur dossiers informatiques présente d'immenses avantages ... et autant d'inconvénients.

A quand un medicalfileleaks ?

Le fait que le patient demeure en tout temps le maître de son propre fichier ne le met pas à l'abri d'indiscrétions. Le secret médical, tel qu'il est violé chaque jour en Suisse (notamment par les assurances-maladie, au nom de la protection de  l'économicité des traitements) préfigure le stade où un tel dossier médical, d'abord facultatif, deviendra obligatoire et livrés aux mains des autorités médicales et à celles des agents  de l'Etat.


doctorholdingworld.jpgOn l'a vu dans le cas du "burnout" d'Yvan Perrin, conseiller national, le secret médical peut être violé par des adversaires politiques, toujours prompts à saisir la presse des faiblesses d'autrui pour le détruire.

Vous prenez des benzodiazépines depuis des années ? On vous a prescrit de "l'onguent gris" contre la blennorragie il y a 20 ans ?  Vous suivez une tri-thérapie ? Vous avez été évalué psychiquement au DSM IV il y a 15 ans lors de votre dépression ? Vous êtes victime d'un faux diagnostic ? Vous avez avorté trois fois ? Vous avez des crises de malaria suite à un voyage exotique ? Vous êtes un "fumeur récalcitrant" ?

Pas un seul détail ne manquera à votre dossier médical, accessible à vos assurances, à vos divers médecins, au personnel des cabinets médicaux, des hôpitaux et cliniques ! Puis, en cas d'accident de la route, à la police et à la justice. Cela fait beaucoup de monde et autant de risques de "fuites".

Le patient traînera désormais derrière lui son "casier médical" comme d'autres leur casier judiciaire. La liste des diagnostics stigmatisants est longue...

Prudence ! Pas de quoi pavoiser, Pierre-François Unger, quand on sait avec quelle légèreté vous avez joué avec les statistiques et les media pour leur faire croire que l'interdiction de fumer dans les lieux publics à Genève aurait entraîné une baisse spectaculaire des crises cardiaques et maladies connexes ! C'était, hélas,  un beau mirage.

Vous comprendrez que les Genevois soient des plus circonspects à l'annonce de votre dossier médical informatisé "pour tous".

Cette innovation mirobolante risque, de surcroît, de plomber le coût de ... la médecine.

Il serait intéressant d'avoir l'opinion du Parti pirate, truffé de "geeks" de haut vol, sur la question. (jaw)

partipiratech.jpg



PS: L'avis du Parti pirate, le voici: Un dossier médical à étudier de plus prêt

alexisroussel.jpg









Alexis Roussel, président du Parti pirate suisse

migrosmagazine.jpg




cerqui.jpg





» Migros Magazine: " La sphère privée va passer à la trappe", par Daniela CERQUI

secrecy.jpg








Nul n’est censé ignorer... que le secret médical doit être manié avec précaution

15:37 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

autant l'écrire soi-même son dossier en faire plusieurs copies avec dates à l'appuis,le médecin et la descendance éventuelle en possédant un aucune tromperie ne pourra être faite sur votre véritable état de santé.Un ordinateur ne doit pas uniquement servir à écrire à d'autres mais se pencher en premier sur ce qui concerne sa propre existence et ensuite seulement on peut si le coeur nous en dit continuer de blablater avec d'autres

Écrit par : lovsmeralda | 13/05/2013

J'apprécie beaucoup votre comparaison entre casier judiciaire et casier médical.
L'un et l'autre fixent des faits bien limités dans le temps alors qu'un individu est bien plus vaste.
En outre, les bilans médicaux sont un peu comme des photos instantanées mais ne disent pas ce qui anime vraiment l'individu et qui est en connexion avec ses symptômes. Le médecin connaît des détails qui sont capitaux mais ne seront pas inscrits dans le dossier qui sera, de ce fait biaisé.
A l'heure d'aujourd'hui, la plupart des assurés sont capable de tenir un dossier avec le double des analyses effectuées et des rapports de radiographie.
C'est à eux de le présenter au médecin et non pas à un cybersystème qui est une forme subtile d'assistanat. Si la patient a en main son dossier, c'est aussi à l'image qu'il tient en main sa santé, même s'il a recours à des aides de temps en temps.
Il faut ne pas bien connaître les rouages de l'informatique pour croire que le secret sera bien gardé!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 13/05/2013

Les commentaires sont fermés.