13/06/2013

Fumeurs coupables: les barmaids à la place des flics ?

fumeusecigar.jpgSi P.-F. Unger, conseiller d'Etat genevois et président du DARES avait voulu plomber la campagne électorale de son Parti démocrate-chrétien (PDC), il ne s'y serait pas pris autrement qu'en proposant un projet de  loi anti-fumeurs qui ferait obligation aux barmaids de réprimer les "fumeurs récalcitrants" à la place des flics dans nos bistrots !

Voilà un homme qui excellait aux Urgences des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et qui multiplie ses bourdes depuis qu'il crée des catastrophes dans le secteur politique. Cet ancien fumeur "repenti" sous la pression de son ami et compère J.-Ch. Rielle (CIPRET), imagine qu'il va apporter des voix aux candidats PDC au élections cantonales d'octobre, tout en se mettant à dos l'ensemble des cafetiers-restaurateurs et hôteliers de Genève. Ainsi que leur clientèle fumeuse sur terrasses (30 % de la population).

A l'appui de son nouveau projet de loi scélérate, il excipe du fait que "certains établissements se moquent complètement de la loi sur l'interdiction de fumer".


podcast
(AUDIO) Les patrons de cafés contraints de dénoncer leur clientèle fumeuse ?


brainssthetoscop80.jpgSi cette assertion était vraie, nous, Dissident(e)s de Genève (DDG) n'en serions pas réduits à tenir nos Assemblées générales au Passage du cinéma Plazza (Bar Seven), aux quatre vents, exposés à tous les passants, faute de trouver un espace fumeur dans tout le Canton de Genève !

Et notre jeunesse ne serait pas condamnée à se rabattre sur la cocaïne lors de soirées en boîte. La poudre blanche n'émet ni fumée ni odeur. Elle est autrement plus voluptogène ...et addictive que le tabac. A cause de la Lex Unger, Genève occupe la deuxième au podium des villes suisses les plus grosses consommatrices de cocaïne.

cocainanddollar.jpg


Bravo aux Unger, Rielle, Humair, Etter et à leurs affidés ! Ces têtes de linotes butées n'avaient pas prévu ces effets secondaires toxiques !

Il est vrai que P.-F. Unger n'en est pas à son premier sophisme, à-peu-près, et slogans de propagande empruntés au IIIe Reich, tels que celui, purificateur, de la "Passivrauch", déjà matraqué sur le peuple allemand, comme prélude à une "purification totale".

Wollt ihr ein totales Rauchverbot ? Jawohl Herr Unger, sehr ehemaliger Aktivraucher: Ihr Passivrauchgesetz macht frei !!!

L'amende prévue de CHF 60'000.- pour ceux des cafetiers incapables de faire respecter la loi par les "fumeurs récalcitrants" pose un problème de fond: les cafetiers devraient-ils vraiment faire le travail de la police ? Une police qui peut pourtant, de par la loi, entrer à n'importe quel moment, sans crier gare, dans n'importe quel établissement public pour y vérifier que la loi y est respectée. Une police dont c'est la mission régalienne.

Si Genève manque de flics ou que ceux-ci aient d'autres priorités en tête que celle de persécuter une poignée de fumeurs "récalcitrants" dans nos bistrots, est-ce bien là une raison suffisante pour recruter des barmaids sans uniforme et les forcer à se substituer aux forces de l'ordre pour satisfaire à la névrose obsessionnelle (à la pureté) de P.-F. Unger et de son parti, le PDC ?

Unger veut donc transférer une mission de la force publique aux mains des cafetiers !

Et punir les cafetiers et non plus les fumeurs !

glozunezrouge.jpgCette méthode fascisante est intolérable. Nous le lui avions déjà écrit en ces termes lors de la procédure de consultation sur la loi anti-fumeurs (LIF). Il avait alors réduit le montant maximal de l'amende prévue par son premier projet. Le voici qui a des "repentirs"avant de quitter le navire. Quelle bravoure !

A l'approche de sa disparition politique, le voici qui remet la compresse et propose des amendes délirantes de CHF 60'000.- frappant les CAFETIERS et non les FUMEURS !

Ce magistrat a-t-il fumé la moquette ou été séduit par une nouvelle argumentation de son compère Rielle, son confrère-médecin  ? Ou carbure-t-il à la Ritaline ? Où est-il allé prendre son mot d'ordre à l'Evêché ou au Vatican (comme d'autres allaient le prendre à Moscou, jadis) ?

Le roué magistrat PDC profite donc de sa disparition imminente de la politique genevoise pour envoyer ce coup de pied de l'âne au résistant peuple des fumeurs !

Nous disons "roué" parce que ce personnage en fuite (vers Rome pour s'acheter une indulgence ou vers le Valais parce que fisc y est moins gourmand  ?) a déjà défrayé la chronique en annonçant Urbi et Orbi que sa loi anti-fumeurs avait provoqué une baisse soudaine et miraculeuse du nombre de crises cardiaques à Genève. Pour avancer cette ineptie, il avait chargé un haut fonctionnaire, le Dr Humair, employé des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) de brasser les statistiques de telle manière qu'un tel miracle soit rendu vraisemblable et plausible ! Nous avions dénoncé ce grossier "mirage" dont tous les média ont été dupes, faute de temps et de moyens pour vérifier ce beau conte de fées à la Unger.

Les "ungeriades" vont de la simple répétition de mantras, récités au rythme de moulins à prières, à plus grave: la pure et simple distorsion de la vérité.

Nous avions pris le soin, lors de la procédure de consultation de la loi cantonale sur l'interdiction de fumer (LIF) de réfuter les plus gros des mensonges invoqués à l'appui des considérations.

Nous en avions fait de même pour ceux du sieur Rielle, compère-médecin d'Unger, ce dernier allouant au premier  chaque année une subvention (en pure perte) de CHF 1'000'000.- pour son travail préventif de gougnafier. Une sinécure qui rapportait CHF 92'000.- à ce compère-médecin pour un "travail" à temps partiel !

Ledit compère, avec l'argent public alloué par Unger, ne cesse pourtant de violer la Loi fédérale qui interdit toute publicité pour ceux des médicaments que l'on ne peut obtenir que sur ordonnance. Ledit compère, ancien directeur et actuel "président d'honneur"du CIPRET "se moque complètement" de ladite Loi fédérale en vantant la varénicline (le Champix) et d'autres molécules "d'aide au sevrage tabagique". Actuellement, c'est le Dr J.P. Humair, oeuvrant à temps partiel pour les HUG (sous la tutelle d' Unger) et à temps résiduel pour le CIPRET (Rielle & Consorts) qui viole la Loi fédérale sur les médicaments !

 

cipreta550.jpg


Ces blouses blanches liées par leur serment d'Hippocrate (ou d'hypocrites) seraient-elles soudain au-dessus des lois ?

Nos mises en garde sur le présent site des DDG demeurant sans effet contre cet violation flagrante et récidivante de la loi fédérale, nous avons adressé (en priorité)  un signalement au Médecin cantonal de Genève.

Le DARES, le Procureur de la République et Canton de Genève, le Médecin cantonal, l'Office fédéral de la santé publique semblaient avoir des peaux de saucisson sur les yeux pour ne pas détecter cette violation flagrante et chronique de la Loi fédérale sur les médicaments. Y en aurait-il "de plus égaux que les autres" en Suisse :-) ?

Accessoirement, le Parti démocrate chrétien (PDC), girouette de la politique, n'est pas servie par la loi Unger qui veut transformer nos petites gérantes de cafés-bars en fliquesses-amateurs.

Des félicitations tout de même pour clore ce commentaire: Merci à P.-F. Unger de ne pas se représenter aux élections en octobre. C'est là une sage décision qui fera le bonheur du corps électoral.

La République et Canton de Genève sera enfin libérée de ce jésuite moustachu-déchu, renégat du peuple des fumeurs.

Et ayatollah de l'Eglise des Hygiénistes.

Son projet de loi fascisant (car il incite les patrons de cafés à dénoncer leur clientèle) est du même tabac que la propagande du CIPRET incitant à dénoncer ses voisins fumeurs. L'opus est signé d'un conseiller national socialiste, le camarade Sommaruga. Ecoeurant.

Il n'y a pire zélateur que le converti.

De magistrats de cette espèce, Genève n'a point besoin.

Ouf !

Veuillez applaudir, je vous prie !

Merci.

(jaw)

womancrushing

La Lex Unger charge les barmaids de la "police des fumées".



17:18 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Ce sont les dérives de la politique ... les uns engraissent les autres et après cela ils dénoncent les petits gens à l'A.I., les chômeurs, etc.

Comme si les Rielle ne gagnaient pas suffisamment leur vie comme socialistes.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 13/06/2013

a trop d'interdits le peuple fait exactement le contraire ,voire pire très souvent.Heureusement ,réfléchir par soi n'est pas encore compris dans ces lois dictatoriales sinon bonjour la cour martiale pour juger les désobéissants .Confondrait-on Armée et peuple?
Quand on est parent ou qu'on l'ait été,on sait qu'a trop souvent répéter ,c'est l'inverse qui se produira.Transgresser fait partie de l'intelligence humaine,seuls les animaux obéissent au sifflet de leurs maitres pour ensuite aussi les mordre si ceux-ci exigent trop d'eux

Écrit par : lovsmeralda | 14/06/2013

comment

Écrit par : george | 19/06/2013

Les commentaires sont fermés.