11/07/2013

Suisse: les dossiers médicaux pires que les casiers judiciaires !

flichiatrie.jpgComme le révèle l'article fort bien documenté du Nouvel Observateur, la législation et la pratique de la rédaction et de la conservation des dossiers médicaux sont plus que lacunaires en Suisse. Le secret bancaire vole en éclats... les données fiscales des Genevois sont semées aux quatre vents par les autorités et le secret médical est une passoire ! Qui dit mieux en matière d'impéritie?


ordinateur-croix-rouge.jpgUne fois de plus, les autorités genevoises démontrent, s'il en était encore besoin, leur illettrisme en matière de protection de la sphère privée à l'ère de l'informatique et des réseaux sociaux.

Il est donc urgent que le statut des données privées conservées par l'État et ses agents soit modifié pour que la sphère privée des citoyens bénéficie enfin d'une protection digne de ce nom.

Le Conseil d'État de Genève, en 2013, avait dû admettre que les données fiscales de tous ses citoyens étaient gérées par une entreprise étrangère, sur sol étranger. Plus naïf...on trouve... à la Cour du roi Pétaud !

Que fait le Conseil d'Etat pour remédier à cet état de fait ? Il ampute le budget des Préposés à la protection des données à la suggestion de Pierre-François Unger (PDC) ! Les secrets de la Banque du  Vatican, décidément, sont mieux gardés.

Une telle nonchalance, une telle impéritie, auraient mérité d'être dénoncées sévèrement devant le Grand Conseil. Il n'en fut pas question puisque le Conseil d'État a préféré calmer le vacarme protestataire médiatique en promettant de redessiner l'organigramme des services informatiques. Tant pis pour les erreurs passées et les conséquences d'une telle pétaudière: on s'occupe de votre avenir ...

Seul le nouveau Parti Pirate dispose en son sein de spécialistes hautement qualifiés, capables de prévenir de nouveaux abus et d'instaurer une vraie protection de la sphère privée : la classe politique, en général, souffre d'illettrisme en matière informatique ! Le seul Parti à considérer la protection de la sphère privée comme prioritaire dans son programme est ce nouveau Parti Pirate (PP) qui, si son appellation prête à sourire, sait de quoi il parle en matière de viol systématique de la sphère privée des citoyens depuis l'ère de l'ordinateur pour tous. Déjà présent dans une soixantaine de pays, le PP a dénoncé plus d'un abus criant dans son domaine et obtenu des correctifs et des rustines pour colmater les béances les plus criantes.

Les données personnelles des citoyens, qu'il s'agisse de leurs comptes en banque, de leurs dettes,  de leurs déclarations fiscales, policières, administratives ou de leur dossier médical sont hyper-sensibles. Elles méritent mieux que d'être gérées par des apprentis sorciers capables d'acheter n'importe quel matériel informatique et n'importe quel logiciel - à n'importe quel prix - sans en connaître le code source. Les acheteurs en chef de l'Etat n'achètent donc que des boîtes noires, sur la foi des seuls arguments de leurs vendeurs pratiquant la novlangue et parfois même le volapük. Les scandales d'achats de matériel informatique inadéquat ou pourri sont aussi fréquents que de trouver du pain à la boulangerie. La Confédération vient d'avouer un nouveau scandale à ses dépens...

De tels abus mériteraient une sanction. Hélas les auteurs de ces négligences coupables paraissent hors d'atteinte puisqu'ils se trouvent au sommet de l'État et tiennent la barre du navire en folie d'une main tremblante dès qu'on leur signale un iceberg en proue.

La Suisse qui se veut à la pointe du progrès technologique est lanterne rouge pour ce qui est de la protection de la sphère privée de ses citoyens.

Il est temps que cela change !

Quel parti aura-t-il l'audace de proposer une nouvelle loi cantonale pour la protection des données des citoyens et de l'inscrire à l'ordre du jour du Grand Conseil du 29 août 2013 ?

L'affaire est urgente d'autant plus que les béances, nonchalances et impérities frappent la collectivité depuis des années. A son insu !

De surcroît, une telle démarche animerait la campagne électorale avec bonheur.

La Suisse refuse la société de voyeurs !

(jaw)

nouvelobservateur.jpg



» Article accablant du Nouvel Observateur sur la déficiente protection des dossiers médicaux en Suisse

pplogo.jpg

partipiratepub.jpg

»Transparence du fonctionnement du Conseil d’Etat, tel que la conçoit le Parti Pirate genevois

 

initiative_sphereprivee.jpg

 

 

 

 

L'initiative fédérale (PLR-UDC) pour la protection de la sphère privée peut être téléchargée, imprimée et signée ici.

Seuls les Suisses peuvent signer. Une feuille par commune !

 

01:09 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Hormis signer une initiative il faut écrire tous ces maux depuis la naissance avec dates à l'appuis et noms de médecins qui ont accompagné vos premiers pas.
Ceci me parait plus judicieux que voter encore et encore. Il faut aussi que le patient ou citoyen apprenne a se responsabiliser sans toujours mettre la faute sur le dos des autres
S'occuper de soi en premier vaut la peine. Surtout quand on sait les nombreux dossiers manuscrits envolés faute d'avoir été pris au sérieux par les médecins ayant remplacé certains généralistes
En prenant le temps d'écrire et analyser l'environnement et le comportement des gens qui vous ont vu grandir est un excercice de haute voltige cérébrale mais qui vous fera découvrir vraiment qui est votre être intérieur ou vos petits démons comme celui du succés en essayant sans cesse d'accuser des gens qui de nos jours travaillant ne se doutent pas qu'ils sont entrain de s'entourer de fils barbelés invisibles soit ,tellement insidieux qu'ils en perdront leur autonomie et leur vraie personnalité.
Surtout quand on sait les nouvelles ampoules dites économiques avec du gaz Mercure je plains le monde du travail! Beaucoup ont péri sous les douches du gaz Ziklon ,les humains d'aujourd'hui vivent en différé ce qui a été montré du doigt depuis la fin de la guerre ,drôle d'époque et pauvres humains
Les mots économie et écologie n'ont plus qu'un sens, éradiquer la moindre envie de réfléchir par soi avant de prendre au premier degré ce qui ressemble de plus en plus à une forme de télé-évangélisation de l'environnement.
Fallait bien innover dans le domaine de la peur celles du petit Chaperon Rouge n'ayant plus d'effet
toute belle journée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 11/07/2013

Mon généraliste, tout content d'apprendre que j'étais dans l'informatique (terme vague) m'informe avec une grande fierté que ses dossiers (McIntosh, Apple) sont stockées sur un "cloud" .

Ne soyez pas étonnés de mon annonce suivante ...

J'ai changé de médecin, pourtant celui-ci c'était un bon.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 11/07/2013

Oh la barbe pour finir!

Écrit par : Assez | 11/07/2013

Hélas il n'y a pas que la protection de la sphère privée qui pose problème en Suisse.
Le système informatique de la DFAE n'a-t-il pas été piraté il y a 3 ou 4 ans ?
Les forces terrestres n'ont-elles pas acheté un système qui ne permet pas de coder les échanges ?
Apparemment, nos élus qui ne connaissent que le traitement de texte prennent des décisions sur des problèmes informatiques qui les dépassent et font appel à des société privées sans avoir établi un cahier des charges détaillé et complet qui les eut de toute façon dépassé.
Il serait donc temps que la confédération se dote d'un département informatique musclé et professionnel pour développer lui-même l'informatique fédérale et cantonale.
Ca fait 10 ans que je sonne l'alarme mais tout le monde s'en fout.

Écrit par : Lambert | 12/07/2013

Les commentaires sont fermés.