15/09/2013

Élections : la plume, la pix ou la voix ?

urnege.jpgParmi les instruments de communication inter-humains, le Verbe demeure roi...après le poing levé, la nique, le soufflet sur la joue ou le verre d'eau au visage de l'adversaire, un soir de pleine lune... Touillés à la truelle par nos partis politiques en campagne, les mots chaotiques virent au concert de crécelles, au rythme de moulins à prières. Produits jadis à la plume d'oie ou maintenant sur un clavier virtuel de « tablette », les mots ne sont, à la réflexion, que de la pensée en gelée noire collée à du papier blanc. Qu'ils soient gravés dans la pierre ou projetés par un mégaphone, les mots peuvent générer amour ou haine mais, le plus souvent, dans la bouche des rhétoriciens, ils ne jaillissent que pour séduire, dominer et asservir. Surtout dans la bouche des avocats, prêcheurs divers et autres politiciens. Le peuple aurait donc de bonnes raisons de s'en méfier... Écrire et lire ? Trop fatigant pour les jeunes générations. La pix, le tweet, le texto et les clips sur youtube, voilà les instruments du jeune électeur. Quel usage nos partis politiques en font-ils ? Contre toute attente : aucune innovation majeure (mais une seule exception !) à signaler sur ce front !


 

bullhorn2.jpgLes copistes et les clercs, jadis détenteurs exclusifs du langage écrit pérenne  - donc du savoir -  ont dû se résoudre à renoncer aux enluminures et aux arabesques dès l'intrusion de l'iconoclaste Gutenberg, auteur de la pire révolution jamais imposée aux peuples : l'expression libre d'un individu rendu soudain capable de s'adresser simultanément à des milliers de ses semblables. Plus besoin de réunir les foules au Forum ou aux arènes, en rangs serrés dans les armées ou agenouillés dans les églises pour convaincre leur intelligence et persuader leur volonté. La belle invention de l'imprimerie allait aussitôt déraper : libelles, follicules et pamphlets circuleraient sous le manteau. Allait-on laisser commettre un tel abus impunément ? Ouf ! des panacées furent aussitôt administrées : l'imprimatur et le nihil obstat. C'était avant l'arrivée des « réseaux sociaux » sur le Net. N'importe qui peut désormais s'y exprimer, y compris les candidats aux élections.

  coureursaudepart.jpg

Pour arracher quelques parcelles de pouvoir, partis et candidats s'entre-déchirent à coups de subterfuges, de coups de griffes et de coups fourrés: un concert de grenouilles géant s'élève de la Ville de Calvin vers des cieux qui n'en peuvent mais... La mode est aux dazibaos sur nos trams. Comme les mouvements des véhicules  de nos TPG sont subventionnés par l'Etat, ces publicités politiques le sont aussi et personne ne geint.

tramstpg.jpg

delphinelejeune.jpgOn s'attendait à la mise en œuvre massive des nouvelles technologies dans la campagne électorale : il n'en est rien. De mornes affiches exhibant les candidats dans tous leurs atours ou déguisés en plongeurs en eaux troubles, des slogans lapidaires projetés par des frondeurs d'occasion, des trams TPG dénaturés  en véhicules-sandwiches, des trombinoscopes classiques où se distinguent quelques exquises blondes alléchantes, quelques gauleiter et tribuns à idées fixes en grand apparat sur de classiques affiches striées d'interjections, des stands érigés dans les marchés aux légumes pour y vendre des promesses pas toujours tenues, voilà les mornes plaines de la démocratie genevoise au XXIe siècle.

Un bon point tout de même pour le "Speed-dating électoral du 16 septembre 2013....les candidates se mettent à nu !" nous rappelle Delphine Perrella Gabus, candidate MCG au Conseil d'Etat (photo).  On suppose que les hommes sont invités:-)

delphine.jpg


 

 

Le Peuple ignore son vrai pouvoir (2) Français.jpg

Et tous ces petits clans hostiles nous promettent monts et merveilles. Ils sont 476 à briguer un siège au Grand Conseil qui ne compte que cent fauteuils. Votons vite un crédit pour des équipes de soutien psychologique et quelques bons couturiers pour tailler des vestes aux perdants.

Cette année, à ce stade de la campagne, les produits les plus visibles de la Propagandastaffel émanent du MCG et de l'UDC : deux copieux « journaux » sur papier à 240'000 exemplaires. Le premier regorge de slogans aussi percutants que simplissimes. Bon pour les émotions. Le second offre plus de matière à réflexion. Bon pour les neurones. Entre les deux : des guirlandes de mots qui, le 6 octobre prochain, retomberont à terre comme des fusées échouées dans la Rade après les feux d'artifice...

 

journauxmcgudcelections.jpg

 

Ces mornes plaines de la propagande ont été ponctuées d'un seul « happening » majeur : la traversée de la Rade par une candidate au Conseil d’État, Céline Amaudruz, présidente de l'UDC-Genève. Bravo pour ce « stunt » original rafraîchissant..

 

 celineflgastandindtrimphbis.jpg

La loupe du Parti Pirate pour déchiffrer les bulletins de vote imprimés en micro-caractères vaut son pesant de Hi ! Hi !

 

fresnelpartipirate.jpg

 

Le petit tram en carton de Rémy Pagani obtient un accessit dans ce bref concours riches en concurrents et pauvre en lauréats.

 petittramapagani.jpg

 

andrehurter.jpgEt n'oublions pas la démission spectaculaire du directeur des Services industriels de Genève, en pleine campagne électorale : on vous jure que c'est une fortuite coïncidence due au Hasard et à la pression de l'aléatoire et que nul n'a été assez tordu pour attendre ce moment psychologique pour révéler le scandale. Nul ne sait d'ailleurs à qui profiterait la révélation d'un gaspillage de CHF 46 millions pour des éoliennes dont nul l'a encore vu la couleur ou l'ébauche d'une pale. Qui avait intérêt à empaler ainsi André Hurter (photo) ?

 eoliennesdangers.jpg

Mais c'est du camp de l'UDC qu'est venue la vraie et unique innovation: à la place des classiques trombinoscopes muets, accompagnés d'autobiographies textuaires complaisantes, l'électeur peut cliquer sur des vidéos permettant de voir et d'entendre 38 candidats parlants (sur 52). Enfin de l'humain, du vivant...ou presque ! La prochaine fois, dans cinq ans,  en 3 D holographique:-) ? L'opus est signé Aimé Jolliet (photo) dont la réputation comme inventeur de la « simulation en architecture » lui a valu une notoriété planétaire. Bonne pioche de Céline Amaudruz que ce candidat encore vert et pondant des idées originales plus vite que son ombre  !

 

aimejollietcapturedecran.jpg

Il ne s'est pas contenté d'installer sa caméra devant les candidats pour en capter les propos et les expressions faciales. Peu habitués à débiter leur monologue à l’œil noir d'un objectif, ils ont tous été mis en confiance et pris en main, l'un après l'autre, avec douceur et respect. Seuls 38 candidats UDC ont pu ou osé l'épreuve de la caméra video. Puis un savant montage de leurs meilleurs propos, a été recueilli dans les meilleures prises comme un précieux nectar. Un travail original de bénédictin qui vaut 5 étoiles à notre palmarès, même si ce joyau n'a été rendu accessible que plusieurs jours après avoir été relégué au troisième sous-sol, dans les caves du site UDC:-)

 

captureecrandes38.jpg

 » Cliquez ici pour aboutir aux 38 pix ACTIVES, voir et entendre les 38 candidat(e)s UDC !

plrlogo.png



Pendant ce temps, du côté du PLR, on s'éclate en modestes portraits de couleur rose pastel dégradé...avec des biographies succinctes.

J'allais oublier la Revue PLR qui remporte un succès mitigé auprès du critique théâtral de la Tribune de Genève.  L'idée paraît pourtant excellente, originale mais l'événement n'attire-t-il pas que des convaincus alors qu'il s'agit de prêcher pour ceux qui ne sont pas encore convertis au nouveau couple formé par les choucroutards radicaux et les "parlent-pointu" de la Rue des Granges:-) ? Le PLR a-t-il escompté un "buzz" médiatique ? Il ne s'est point produit dans les média locaux ni sur les réseaux sociaux et aucun bon mot du spectacle n'est entré dans l'Histoire. Ce fut donc plutôt une bonne occasion de se retrouver entre militants fusionnés et fusionnels, l'espace d'une soirée...Une variante de la méthode Coué, tout simplement. Et l'opus n'a été joué que deux fois et n'a apparemment pas été capté en vidéo pour diffusion sur le Net. Dommage.

La critique de la TdG se trouve ici. A lire !

 

revueplr.jpg

 

Revue_PLR2013cuisine.jpg


pdc.jpg






 Le PDC présente ses poulains en noir et blanc. Accompagnés de brèves biographies informatives qui ne rebutent pas le lecteur par leur longueur et qui ne suintent pas l'auto-satisfaction.

Aucun parti ne s'est lancé à faire parler ses candidats uniquement en AUDIO. Il est pourtant plus commode d'écouter que de lire des textes en minuscules caractères d'imprimerie. La voix, la prosodie, la richesse du vocabulaire, la syntaxe, le style  et la diction en disent bien plus sur un individu que son propre éloge autobiographique. Le présent blog de La Tribune de Genève permet pourtant d'y inclure des AUDIOS et des VIDEOS. Nul n'a songé à exploiter jusqu'ici cette possibilité. Dommage !

Décidément, nos futurs députés ont la paperasse - qu'ils brassent à longueur d'année - collée au séant.

Comme jadis les mouches engluées dans les attrape-mouche au miel.

 attrapemouches.jpg

Qu'attendent-ils  pour se faire voir et entendre – comme ceux de l'UDC – eux aussi  ? Leurs lanternes magiques remontent au XIXe siècle et leurs prospectus et dazibaos au siècle passé. Les "soirées diapos", elles, remontent aux années 1950. Qu'attendent-ils pour vivre avec leur temps ?

Encore un effort, camarades ! (jaw)

 

01:34 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Merci de nous avoir prémâché ce menu électoral qu'il nous reste maintenant à digérer avec quelques préoccupations diététiques tout de même. On avalera tout cela avec une Boldoflorine pour en atténuer les effets.

Cordialement ! :-)

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 15/09/2013

Les commentaires sont fermés.