21/09/2013

Elections genevoises : la démocratie se contente du tout-venant

urnege.jpgPour piloter un vélo-moteur en Suisse, il faut un permis. Pour être capable de promener son chien: des cours et un examen certifiant. Et pour se présenter aux élections genevoises ? Rien ou quasi-rien : un certificat de bonne vie et moeurs, un extrait du casier judiciaire et l'assurance donnée qu'on a payé ses impôts. Et, bien sûr, jouir de ses droits civiques.

Peu importe donc l'état physique et mental des candidat(e)s, leur savoir, leurs diplômes, leur solvabilité, leurs capacités relationnelles, cognitives, leur jugement, leur philosophie, leur religion.

La démocratie se contente donc du tout-venant.


cesmaladesquinousgouverneent.jpgIl arrive que des couacs se produisent et que des Républiques soient dirigées par « ces malades qui nous gouvernent » pour reprendre le titre d'un best-seller d'un auteur genevois.

Il peut arriver, pour reprendre le vocabulaire de Frédéric Dard, qu'un élu « se tire une gonze aux gogues » un soir de fête et que, sous la pression de magistrats puritains, en soit réduit à démissionner. Un tel écart, s'il témoigne d'une belle vitalité, est réputé sous nos cieux incompatible avec la dignité de la fonction. Sous l'Ancien régime et dans moult régime présidentiel actuel, de telles pratiques étaient pourtant respectivement légales et bienvenues (droit de cuissage) et si fréquentes à l'échelle des amours ancillaires que s'en priver passerait de nos jours pour un défaut de virilité. D'ailleurs, les vraies responsables de ces fredaines ne sont-elles pas les séductrices au premier chef:-) ? Vite une loi réprimant « l'abus de séduction féminine » !

Quant aux bons mots entendus chez les militants, Place du Molard, on peut s'étonner qu'ils ne soient pas régulés par la présence d'une police du langage. Jugez-en plutôt en cliquant ici

Les fous et les libidineux au pouvoir, c'est donc aussi banal que de trouver du pain à la boulangerie ou des mensonges dans la propagande électorale.

ces_fous_qui_nous_gouvernent-964d0.jpgFaut-il, sur la foi de précédents historiques notoires, trier le bon grain de l'ivraie en amont pour réserver l'accès à la res publica à quelques happy few ?

La question se pose au fur et à mesure que l'espérance de vie s'allonge en Occident. Certes, de Gaulle, Macmillan et Adenauer étaient très âgés quand ils ont dirigé l'Europe avec succès mais tous les hommes n'ont pas la chance d'entrer dans le troisième et quatrième âge en pleine forme physique et mentale. Et les Jean d'Ormesson ne courent pas les rues !

 

historique.jpg


Par mesure de précaution (comme disent les « préventologues » de toute espèce), ne conviendrait-il pas de soumettre désormais tous les candidats à une charge élective publique à examen préalable – comme à l'armée – avant de les déclarer « aptes » ou « inaptes » à s'occuper des affaires publiques ?

 

madschrink.jpg

Mais comment choisir les examinateurs ? Confier cette tâche à des psychiatres fouillant dans les âmes en se servant d'un simple questionnaire à choix multiples tel que le DSM V ? Laissons cette corporation de déjantés manger son chapeau alors que les obsèques d'Adeline n'ont pas encore eu lieu.

dsm-grows.jpg

Recourir à une Commission interpartis ? Bonjour les règlements de comptes et les combats de coqs !

Mieux vaut, à la réflexion, conserver le statu quo sans Fourches Caudines.

impeachment.jpgEn revanche, l'adoption d'une procédure de destitution rapide de magistrats incapables ou déjantés s'impose. Les Américains confient à la Chambre des Représentants la procédure dite d' « impeachement ».

Nos Constituants genevois n'ont – que je sache – rien prévu de tel. C'est une lacune quand on songe que des partis politiques genevois ont eu l'impudence de recruter deux candidats âgés dont le comportement devant les caméras étonne et consterne.

Le peuple triera donc lui-même. Par essence, il est réputé le plus apte à trier le bon grain de l'ivraie.  Même s'il lui arrive d'être trompé par ceux qu'il a imprudemment élus.

17:11 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.