08/10/2013

La femme-leurre, attrape-mouches de l'électeur ?

attrape+mouche_19303.jpgGenève entretient une coûteuse danseuse : le Bureau de l'Egalité. Ces fliquesses du langage sont bien capables de vous accuser de discrimination coupable devant les tribunaux si vous omettez de vous référer aux sages-hommes ou aux femmes-grenouilles. Elles s'accrochent et imposent leur langage épicène jusqu'à l'absurdité. Il en va différemment dans les campagnes électorales. Dans cet exercice, des femmes-leurres sont convoquées sur les affiches. Comme autant d'attrape-mouches gluants. Une fois leur image exploitée, on les jette comme des kleenex usagés à la poubelle, au nom de l'intérêt supérieur du Parti. Démonstration...


Huit candidates au Conseil d'Etat figuraient sur les listes de Partis au premier tour de scrutin :

 

MCG-membre-1.jpg

Céline Amaudruz (UDC), Anne Emery-Torracinta (PS), Michèle Künzler (Verts), Magali Orsini (Ensemble à gauche), Delphine Perrella Gabus  (MCG), Isabel Rochat, (PLR), Sandrine Salerno PS), Salika Wenger (Ensemble à gauche)

Les voici, parées de leurs plus beaux atours, s'employant à séduire le corps électoral en plastronnant sur des affiches géantes ou collées sur le cul de bus ou roucoulant devant les caméras chez Descaillet.

Si vous avez accordé vos suffrages à Mmes Künzler, Orsini, Salerno ou Wenger, vous vous retrouvez Gros-Jean comme devant. La première a jeté l'éponge, les autres ont été purement et simplement escamotées du débat. Tout simplement zappées ou auto-lysées !

 

celine_amaudruzencampagne.jpgdelphineglasses.jpgParmi les survivantes en lice ne restent plus que : Isabel Rochat, conseillère PLR sortante, Céline Amaudruz (UDC)( à g.) et Delphine Perrella Gabus (MCG).(à dr.)

A la faveur d'un accord entre le MCG et l'UDC, le premier parti se réserve sur l'affiche commune deux candidat(e)s et le second un(e). Céline Amaudruz (UDC) arrivant en tête des 3 candidats de son parti, devant MM. Nydegger (UDC) et Leyvraz (UDC), c'est elle qui devrait figurer sur le ticket MCG-UDC. Quant au MCG qui présente deux candidat(e)s sur la même affiche commune, il zappe Delphine Perrella Gabus pour ne présenter que deux hommes : Mauro Poggia et Eric Stauffer !

doorslamming.jpgUne femme fait donc encore les frais de cette combinazione. Elle est purement et simplement zappée sur l'échafaud dressé par les notables masculins de son Parti. A l'approche du but, on découvre qu'elle ne correspond plus au casting. La vraie victime de la manoeuvre...c'est le PEUPLE auquel on a fait miroiter les mérites d'une candidate pour mieux l'escamoter quand elle a "servi". Traitée comme une poule pondeuse dont le rendement fléchit. Le tribun qui ne cesse de parler « AU NOM DU PEUPLE » et son complice de plaideur privent ainsi le peuple de Genève d'une rare occasion d'élire une femme très compétente au Conseil d'Etat. Les goujats ne savent-ils pas ouvrir et tenir une porte ouverte à une femme pour la laisser passer ? Sans doute que les mauvaises manières font les bons politiciens.

Loin de nous l'idée d'imposer des quotas comme cela se pratique chez le parti de...La Cigale.

Les bonnes manières auraient pourtant dû suffire pour laisser l'une des deux places du MCG à Delphine Perrella Gabus, très familière des rouages de l'Etat puisqu'elle y occupe une place dirigeante à la Promotion de l'Economie de la République et Canton de Genève. Qui mieux qu'elle eût été capable de soutenir l'économie locale, source de notre fragile prospérité ?

Comment ose-t-on à la fois prêcher la préférence pour les « indigènes » genevois en matière d'emploi tout en privant « le peuple » du droit à porter une femme compétente du MCG au Conseil d'Etat ?

attrape+mouche_19303.jpgLes candidates vendues par les Partis ne seraient-elles que des leurres pour électeurs, du genre attrape-mouches gluants ?

Oui, je suis déçu comme citoyen. J'avais voté pour Céline Amaudruz (UDC) que je retrouve au second tour (Ouf!) et pour Delphine Perrella Gabus (MCG) qui m'a été en quelque sorte arrachée des mains, comme une bonne carte dans mon jeu.

Ce faisant, l'Etat-major du MCG a contribué à faire le lit de La Cigale puisque c'est l'une des rares candidates au Conseil d'Etat considérées comme papables...avec l'acratopège et huppée Isabel Rochat (PLR), flanquée de deux forts-à-bras.

Il ne fallait pas oublier que la moitié des électeurs sont des ...électrices.

Pendant ce temps, le singulier Bureau de l'Egalité, impuissant, ergote et glose à grands frais sur ses aspirations à l'égalité.  Et gémit chaque année dès qu'apparaissent d'affriolantes créatures appuyées sur le capot d'élégantes limousines au Salon de l'Auto. Hi ! Hi ! (jaw)

02:18 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

... et exulte probablement quand elle peut lire sur le blog d'un socialiste une prose "égalitaire" du genre de celle-ci:
"l'élection d'un-e seul-e, ni même de deux, candidat-e-s de gauche."
Comme quoi (comme l'in dit chez nous) les efforts des socialistes au gouvernement n'auront pas servi à rien.

Écrit par : Mère-Grand | 08/10/2013

Tss tss, Jacques-André! J'ai lu que Delphine Perrella Gabus s'était retirée et n'avait donc pas été évincée. Serait-ce un bobard? D'accord avec toi sur les interventions du «singulier Bureau de l'égalité». Mais chut! Ce n'est pas politiquement correct de le dire ou l'écrire! Tu vas te faire voler dans les plumes par les flics/fliquettes de la pensée unique...

Écrit par : Martin Leu | 08/10/2013

Les commentaires sont fermés.