01/12/2013

Ecouter ou regarder les femmes battues sur Léman Bleu ?

rogerdeneys.jpgA l'approche de Noël, voici que Léman Bleu gâte ses téléspectateurs: désormais, les titres des objets débattus au Grand Conseil défilent sur un déroulant au bas de l'écran. De plus, le nom de chaque orateur et celui de son parti sont incrustés pendant toute la durée de son intervention. Et pour rendre hommage à la plastique de chaque élu, le spectateur est prévenu que les images sont diffusées en format 4/3 et non en 16/9. On comprend enfin, par exemple, que le député socialiste Roger Deneys n'est pas aussi monstrueux qu'il n'y paraît, amplifié en 16/9. Je craignais jusqu'ici qu'il ne fût, pour des raisons de santé, bouffi par la cortisone. Il ne s'agissait que d'une déformation optique. Ouf ! Cette déformation tératogène se corrige en modifiant les paramètres de son téléviseur. A la réflexion, je ne vais pas prendre le risque de déstabiliser les paramètres de mon Samsung connecté à sept sources pour si peu,  l'embrouillamini de câbles résistant déjà assez mal au plumeau iconoclaste de ma femme de ménage..


lemanbleu.jpgMais, à la réflexion, l'amplification latérale imputable au format 4/3 lu sur un écran en 16/9 n'est-elle pas capable de mettre en valeur la poitrine de nos nouvelles élues ? Je suis très attentif aux premières prises de parole de nos jeunes députées (dont certaines se révèlent d'excellentes oratrices..et pas moches à regarder) et à leurs galbes: rien de réjouissant détecté à cet égard. Il nous faudra donc attendre l'été pour que ces dames consentent à en montrer davantage pour pouvoir en juger...Et qu'aucune féministe acariâtre ne vienne maudire mon innocente curiosité contemplative de vieillard libidineux assumé ! Elles se donnent en spectacle: le citoyen a donc le droit de les scruter au face-à-main...

faceamain.jpgPuisqu'il n'y a rien à voir sinon des images déformées, autant écouter que de regarder le Grand Conseil en session. Le son sans l'image est souvent plus révélateur que la synthèse des deux stimuli. Plutôt que d'ouvrir un "écran dans l'écran" et regarder les débats en TNT sur mon PC pendant que je rédige des textes au clavier, je me contenterai du son. Si quelqu'un s'avise de jeter le contenu de son verre à la face de son adversaire ou si Menoud dérape encore, je me précipiterai au salon pour savourer la scène... Il n'en fut rien. A vrai dire, Menoud ne siège qu'au Conseil municipal de la Ville de Genève... Ouf!

Une fois de plus, j'ai pu me convaincre que ce qui parasite grave la télé, c'est...l'image !

Je n'ai jailli du fauteuil de mon bureau pour me précipiter devant mon téléviseur au salon qu'à de rares reprises: une première fois, au point 164 de l'ordre du jour modifiant la loi anti-fumeurs (LIF) pour permettre au Conseil d'Etat de frapper d'une amende administrative pouvant s'élever à CHF 60'000.- les patrons de bistrots qui laisseraient fumer par oubli, négligence ou inadvertance, un seul client dans leurs établissements.  La parole n'a pas été demandée et cet abus législatif de taille a été approuvé sans coup férir par 57 OUI, un NON et 7 abstentions. En n clin d'oeil notre République est devenue celle de la délation.

callpolice.jpgLes patrons de cafés de Genève sont ainsi devenus des indicateurs de police malgré eux. Il en va de même des barmaids, en l'absence du gérant, qui omettraient de téléphoner à la police pour signaler la présence de crimino-fumeurs surpris la clope au bec. Mais qui, parmi les 100 députés, a eu l'audace et l'indépendance d'esprit de s'opposer à cette mesure législative aberrante ou de s'abstenir ? Impossible à dire: le résultat du vote électronique n'est jamais apparu à l'écran. Honte à la masse crédule des élus jobards et bravo aux huit députés qui n'ont pas gobé cette vilenie !

kunzlerdeux.jpgLa seconde fois où j'ai tenu à voir l'image, c'est au moment où j'ai perçu le son des sanglots émouvants, mal réprimés, de la pathétique Michèle Künzler. Son échec lui a enfin conféré un air d'authenticité ! Derrière son air buté, son ton de sergent-major, ses fausses assurances, ses accents toniques systématiquement mal placés, se cachait donc une femme douée d'humanité. Elle a enfin laissé transparaître son vrai "moi" "à la onzième heure" comme il est dit dans une parabole de la Bible, ouvrage que notre théologienne déchue dans la politique doit bien connaître.

La gorge nouée par l'émotion, elle énumère ses propres triomphes: les nouveaux trams, la future usine enterrée des Cheneviers (je l'ignorais !) et quelques autres travaux d'Hercules glorieux que je ne peux énumérer car la vidéo de la séance du 29 novembre 2013 n'est pas disponible sur le site de l'Etat de Genève. Et qu'il est interdit, sous menace pénale, de "capter ou enregistrer de quelque manière que ce soit les séances du Grand Conseil". Bonjour à la transparence ! Il faut saisir tous les propos au vol pour pouvoir les citer dans un compte-rendu. Ou attendre un mois la video en différé ou pire...le Mémorial trois mois plus tard.

Heureusement que cette femme battue sait faire son propre battage tambour battant pour nous vendre son mirifique bilan au Forum de RTSun en ce dimanche 1er déc. 2013: "C'est la faute aux médias...C'est la faute à Décaillet

engelberts.jpgJ'écoute encore le panégyrique onctueux à la gloire des deux femmes battues. Entendons-nous: "battues" aux élections et non dans leur cuisine par un mari irascible pas plus qu'à la faveur de jeux érotiques en alcôve conjugale ou extra-conjugale. C'est Marie-Thérèse Engelberts (MCG, ex-PDC) qui prend la défense des deux victimes du peuple ingrat en laissant entendre que ces salopards de bonshommes ont réservé les plus sales besognes à ces pathétiques femmes innocentes. Elle le dit en termes plus galants mais c'est bien là son message.

Philippe-Joye-1.jpgA peine ai-je repris mes travaux au clavier de mon PC qu'une voix pas inconnue frappe mes tympans. Je bondis devant l'écran de ma télé au salon et découvre un revenant ou un sosie... J'écarquille les yeux pour me convaincre que c'est bien Philippe Joye, l'ancien conseiller d'Etat PDC, chargé jadis des Travaux publics ! Tiens, je vois que le sympathique Babar a cessé de plaire au PDC pour embrasser la cause du MCG à Stauffer. La dernière fois que je l'ai aperçu, c'était aussi sur Léman Bleu. Il y brandissait un éléphant en peluche, sa marque de fabrique de plantigrade sur le retour. J'essaye de suivre les méandres de notre plantigrade, à peine amorti par les années, pour comprendre qu'il trouve, lui aussi, que les 25 commissions du Grand Conseil sont pléthoriques alors que les Chambres fédérales, chargées de questions nationales combien plus importantes, n'en comptent que 15. Notre senior épanoui paraît désinhibé et nous réserve probablement encore de bons mots...

rochat.jpgPuis j'entends encore, en prime, l'amorce du discours d'Isabel Rochat, toujours aussi composée, polie, "comme il faut", drapée dans son bouclier de femme bourgeoise bien élevée et très digne. Quelles vérités profondes va-t-elle nous livrer après son cruel échec ? Je ne le saurai jamais: à Léman Bleu, l'heure c'est l'heure. Au milieu de sa deuxième phrase, la diffusion est coupée sèchement. Même pas une speakerine pour s'excuser de ce "locutus interruptus".

Je vais voir si La Tribune du Genève publie aujourd'hui ou lundi les extraits des discours de nos deux femmes battues. Sinon, j'attendrai que l'Etat de Genève me permette d'accéder à la vidéo de la séance historique des adieux aux anciens conseillers d'Etat.

Pour l'instant, l'administration couve son spectacle video et le soustrait à la curiosité du peuple, comme jadis, du côté de Pigalle, des vendeurs à la sauvette, vous proposaient à voix basse, enveloppées dans des étuis protecteurs en cellophane, des "photos spéciales".

Décidément, les vitrines de la politique genevoise demeurent obscures. (jaw)

 

theend.jpg

 

08:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Excellent article et pauvres politiciens/rire
Mais une question demeure,pourquoi donc encore créer des troupes de théâtre?

Écrit par : lovsmeralda | 02/12/2013

Les commentaires sont fermés.