20/03/2014

Après la disparition du secret bancaire, voici celle du secret médical !

secretmedic550.jpgLe meurtre de la sociothérapeute de La Pâquerette par un désaxé sexuel multirécidiviste déjà à moitié oublié, voici nos autorités décidées à empoigner le problème par la racine. D'abord rassurer l'opinion publique: on nomme un expert et l'on redessine l'organigramme pour le brandir comme un trophée...ou une panacée ! Oui, vous avez bien lu: le régime psychiatrique pénitentiaire sera réorganisé et placé sous une seule et même autorité. L'Oeuf de Colomb !

Pour faire bon poids, d'un trait de plume, on supprime le secret médical comme on l'a fait du secret bancaire en livrant clients et personnel bancaire à des autorités étrangères.

Où est passé le sens éthique ?

Que fait le Conseil d'Ethique Clinique des Hôpitaux Universitaires de Genève ?

Qu'en pensent les médecins eux-mêmes ?


maindanslamain.jpgL'essentiel n'est-il pas d'innover ? Et de soigner l'image du "tout répressif" cultivée par deux militants du même parti, MM. P. Maudet, conseiller d'Etat et Olivier Jornot, Procureur général, agissant la main dans la main en invoquant à leur manière la sacro-sainte séparation des pouvoirs:-) ? Quittes à embastiller à la pension déjà fort fréquentée de Champ-Dollon de dangereux promeneurs sans papiers...

A y regarder de plus près, ce remède ressemble fort à un emplâtre sur une jambe de bois ou du bouillon pour les morts. Un "repentir", comme disent les artistes-peintres.

Ah mais ils vont construire Curabilis, établissement de 60 lits, destinée aux " patients réputés dangereux ayant commis un crime en relation avec leurs troubles mentaux !"

- C'est une prison-asile où la "flichiatrie" agira sous le contrôle de la police ! Quel rapport avec la médecine ? objectent les plus sensés.

 

jambedebois.jpg

1) Le secret médical est déjà une véritable passoire. Les assurances-maladie ne devraient confier les dossiers des assurés qu'à des médecins-conseils. En pratique, tout le personnel administratif y a accès pour venir à bout du monceau quotidien de données. A quoi bon d'ailleurs vouloir supprimer un secret qui est déjà de facto évanescent ?

2) La psychiatrie a démontré depuis des décennies son inaptitude crasse à déterminer si un sujet sur le point d'être libéré de prison est dangereux ou non pour la société. Cette singulière spécialité médicale se sert essentiellement de questionnaires à choix multiples (DSM) pour énoncer ses prédictions et mancies.

banniere_se_1_ora_prisonnier_2small550pix.jpg



» Suite et fin sur le site des Dissident(e)s de Genève (DDG)

05:17 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Ce que dit l'avocat Genevois au sujet des médecins psychopathes n'est pas tout faux .Mais si les psychiatres le sont alors que penser des dentistes ou chirurgiens.Qui sans le sang de leurs patients ne pourraient pas survivre?
Tout le monde a un coté psychopathe plus ou moins évolué qui n'a pas écrasé avec plaisir un moustique qui après plusieurs tentatives afin de vous laisser une trace indélébile sur la paupière a enfin trouver main frappeuse pour l'éliminer avec joie et délice pour enfin terminer une bonne nuit de sommeil?
Et tous ceux qui édictent des lois et amendes en prenant la nature en otage afin de faire croire au peuple que celle-ci doit rester intacte pour les jeunes de demain et qui par derrière construisent des maisons qu'un tremblement de terre de 6 sur l'échelle de Richter aura vite soufflé ,non sans avoir détruit auparavant des maisons de Maitre rénovée dont les murs ont connu des siècles sans jamais s'écrouler,ceci prouve aussi que dans de nombreux domaines elle peut se manifester de différentes manières
Personne n'est à l'abri surtout de nos jours ou le bruit peut transformer un être docile en véritable missile tueur
Quand aux sectes elles mêmes d'ordre religieux ou environnementalistes elles sont toutes atteintes d'une psychopathie incurable.Elles culpabilisent l'humain rien que par le seul fait d'avoir tué un insecte soi disant et jamais certifié représenter l'âme d'un défunt, interdisent leur destruction mais invitent tout de même à les manger ce qui est gravissime pour les tubes digestifs européens
Donc psychopatologiquequement parlant ou se situe la frontière exacte entre le réel et l'irréel ou la folie douce et la folie complète ?
Car après avoir lu que la disparition de l'avion était un jeu addictif ceci prouve encore une fois les nombreux degrés de pathologie incluant le terme psychopathe comme le fameux il y a 4000 ans bientôt qui vit naitre etc etc
toute belle journée pour vous Monsieur Widmer

Écrit par : lovsmeralda | 20/03/2014

Voous avez raison, Jacques-André Widmer, de nous demander où a passé l'éthique?! Il semble que le tout et n'importe quoi l'emporte désormais. Un espoir: dès l'enfance, faciliter, stimuler le dialogue de l'enfant avec l'adulte, les autres sfin que cet enfant puisse se sentir compris, agréé, inclus: "en être" (de notre monde): apprécié. Combien de criminels n'avoueront qu'"aprés" le délit ce qu'il aurait fallu pouvoir confier "avant"!
Françoise Dolto disait une chose extrêmement bien observée: "¨De l'enfant qui pose problème on parle plus qu'on ne parle avec lui"!

Écrit par : Agathe | 20/03/2014

Les commentaires sont fermés.