28/04/2014

La Ville de Genève se fait tirer l'oreille...

aurisunrecto.jpgUne pièce anatomique humaine dans mon courrier ce matin ! Une oreille, oui, en quatre couleurs, dans ma boîte aux lettres ! Pfoui ! Une pub de l'Orchestre de la Suisse romande ? Une pub pour durs d'oreilles ? Il faut retourner l'opus en bristol de luxe pour comprendre que c'est la Ville de Genève qui veut ainsi se faire entendre. Et remarquer. L'opération est réussie. Au verso de l'oreille publicitaire : une douzaine de lignes d'auto-satisfaction : « Il y a moins de bruit et ça s'entend » ! Hi ! Hi ! Que voici un singulier auto-satisfecit de la dispendieuse Ville de Genève. Celle-ci prétend textuellement « assainir le bruit routier » (sic!) L'auteur de cette facétie somptuaire est inconnu.


aurisunrecto.jpgAh !oui, ce message nous rappelle que la Ville, sans que nul ne l'y ait invité, vient d'autorité de doter le Quai Capo-d'Istria d'une revêtement anti-bruit. Il s'agit d'enduire la chaussée, à grands frais, d'une couche d'enrobé pour que le chuintement des pneus de voitures produise encore moins de bruit. Une idée géniale et bienvenue, certes, mais cette solution n'est efficace et perceptible qu'à partir d'une vitesse de 30 km/h. Or, en l'état, le Quai Capo d'Istria est complètement engorgé en permanence et il est bien difficile de l'emprunter en dépassant la vitesse de 20 km/ h. Les ambulances des HUG le savent bien qui, toutes sirènes hurlantes, préfèrent éviter ce goulet d'étranglement et passer – en sens interdit ! - par la rue de la Colline ou par la rue de l'Aubépine pour gagner le giratoire du Pont de la Fontenette !

aurisdeuxversodef.jpgUn bel exemple de pur gaspillage qui ne présente que des avantages pour le fournisseur du bitume silencieux et l'entreprise qui l'applique.

Pourquoi, sur sa lancée et au nom de l'égalité de traitement, la Ville de Genève n'a-t-elle pas posé ce bitume miraculeux sur les pistes cyclables avoisinantes ?

Le plus ridicule, c'est que le Conseil administratif ose se vanter de ce douteux exploit en envoyant une oreille tranchée (comme le font les mafias pour prouver qu'elles détiennent un otage) à tous les citoyens en se rengorgeant ...

Peut-être conviendrait-il en priorité « d'assainir le bruit » auto-glorificateur de nos édiles ?

Un mystère demeure : combien cet humour potache auriculaire a-t-il coûté au contribuable ?

 

sirene.jpg

Mieux vaudrait doter chaque citoyen de boules de cire pour ne plus entendre la mélopée agaçante de ces sirènes que nul n'appelle de ses voeux et dont les vantardises ajoutent à la cacophonie urbaine.

Le bruit de leur tapageuse gloire factice nous casse vraiment les oreilles... et les burnes !

 

boasting.jpg


Ces gaspilleurs patentés mériteraient vraiment, oui, qu'on leur tire les oreilles.

 

moneyintheloo.jpg


16:45 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Entièrement d'accord avec vous au sujet des ambulances.

Habitant à proximité des HUG, il est normal d'entendre des ambulances.

En revanche, à point d'heure au milieu de la nuit, alors que le trafic est inexistant et que les rares utilisateurs de la chaussée peuvent très bien détecter les quatre feus giratoires bleus sur l'ambulance, je me demande si le conducteur de cette dernière n'est pas un salopard qui jouit à l'idée de réveiller inutilement des citoyens qui ont, comme tout le monde, droit au sommeil...

Ou est-ce pour rassurer le malade transporté et l'empêcher de s'endormir?

Écrit par : Keren Dispa | 30/04/2014

@ Keren : Quel plaisir de vous lire! La thématique du bruit infernal, stressant, meurtrissant du bruit des sirènes des ambulances en général et en particulier autour des HUG a été traitée sur mon blog ici que vous avez peut-être vu avant émigration. Vous pouvez toutefois le retrouver sous :

http://danijol.wordpress.com/2014/04/18/sirenes-dambulance-la-torture-des-habitants-du-quartier-des-hug/

avec tous les commentaires. J'aimerais bien y voir le vôtre s'ajouter...

Merci.

Écrit par : Danijol | 30/04/2014

Les commentaires sont fermés.