24/09/2014

BB, tu fus exquise, drapée dans ton manteau de vison rose...

brigittebardote.jpegLa scène est demeurée gravée dans mon esprit depuis 1966. Rien vu de tel depuis lors : des dizaines de paparazzi se bousculant pour s'approcher de la « diva », Brigitte Bardot, venue tourner à Londres « A Coeur joie », film de Serge Bourguignon. Debout sur les tables d'un salon du Westbury Hotel, les paparazzi font voler les nappes damassée de ce cinq-étoiles, piétinent les tapis d'Orient de leurs chaussures boueuses et abandonnent  leurs cigares fumants dans les tasses à thé. A real stampede ! La ruée vers l'exquise sulfureuse vêtue (court) d'un manteau de vison rose. On a frisé l'émeute. Chaque journaliste peut approcher la diva et lui poser UNE question. J'ai la consigne (venue d'un grand magazine « people » parisien) de me borner à lui demander : BB, es-tu heureuse ? Je prie l'envoyé spécial du magazine qui m'accompagne d'aller lui poser cette question unique car je suis le correspondant attitré du magazine à Londres. Il maugrée et refuse. Il est vrai que pour un agrégé de philosophie, une telle mission à question unique est nettement en-dessous de ses qualifications:-) . Bernard Thomas – car c'est de lui qu'il s'agit – me prie d'approcher la belle : BB, es-tu heureuse ? Et j'attends et note la réponse dont j'ai oublié la teneur. Au suivant ! Heureusement que j'avais préparé mon « scoop » en amont. J'en ai  même inclus le récit, avec d'autres souvenirs professionnels piquants, dans mon livre On m'a volé mon ego, paru en deux volumes chez PUBLIBOOK...Voici le passage en question.


Extrait de mon livre : On m'a volé mon ego (Tome I pages 172-176)

Il est vrai que dans ma vie de journaliste, il m’est arrivé, à mon insu, de publier des textes à contenu prémonitoire. Un exemple ?

sarne2.jpgEn 1966, Brigitte Bardot va tourner au Royaume-Uni À coeur joie, de Serge Bourguignon, avec Laurent Terzieff et Jean Rochefort. L’attachée de presse, à ma demande, m’a fourni le scénario qui prévoit un « baiser passionnel » avec zoom avant en gros plan entre BB et un jeune premier inconnu, Michael Sarne (photo). Celui-ci, play-boy accompli et assumé, est enchanté que je sollicite son interview avant l’arrivée de BB à Londres.

Sa photo et ses propos seront publiés en France à plus d’un million d’exemplaires. Il me reçoit dans un coquet appartement de plain-pied du côté de Reading, à l’ouest de Londres. Ce film représente « la chance de sa vie », dit-il, et il connaît déjà la soeur de BB, Mijanou, avec laquelle il a fait du ski nautique… et peut-être plus… dans une station balnéaire de la Côte d’Azur l’année précédente. À l’idée de tenir BB dans ses bras et de l’embrasser, il ne se sent plus de joie :

J’espère qu’on devra tourner plusieurs prises de la scène ! me confie Michael, tout émoustillé par cette perspective.

En regagnant mon domicile dans le quartier de Hampstead, je cherche un bon titre pour mon article et je choisis : « L’homme qui s’est juré de séduire BB ».

Hillman_Minx_Series_V.jpgQuelques semaines plus tard, le tournage commence. Il se trouve qu’une des scènes se tourne dans mon quartier, le « village » de Hampstead, au nord-ouest de Londres. J'ai tout le scénario en main et les lieux de tournage...ainsi que les horaires ! Quelques jours avant l'arrivée de BB à Londres, je gare ma Hillmann Minx bleu ciel au droit  de l’élégant cottage choisi par le réalisateur pour cette séquence.

paparazzi.JPGDes dizaines de paparazzis attendent déjà sur place l’arrivée de l’équipe de tournage et de la vedette. Mais un détail a échappé au producteur et au réalisateur : en Grande-Bretagne, le civis britannicus est roi et il n’est pas question de priver le public d’un accès à une rue sous le prétexte futile qu’on y tournerait un film. Le domaine public est sacré et inaliénable. Même Zanuck et Cécile B.DeMille doivent se plier à cette règle de bon civisme. BB débarque sous les crépitements des flashs des photographes.

Elle s’enferme aussitôt dans son cottage en boudant  et je vois la mine de Bourguignon qui s’allonge. Difficile de tourner dans ces conditions, en décors naturels, alors que la meute des paparazzis s’agglutine alentour.

À mon côté, se trouve Henri Bureau, alors modeste reporter-photographe :

Si je n’ai pas de photos exclusives de BB pour mon agence, ma mise de fonds pour ce voyage à Londres est perdue. Ah, si seulement je pouvais être à la hauteur de la voiture bleue ! Déjà que j’ai raté la scène où BB, assise sur les genoux du copilote, a piloté quelques instants (en zigzags) la Caravelle d’Air France qui l’amenait à Londres…Oui, elle a même tenu quelques instants les commandes de l'avion !(en double)

La voiture bleue, dans le champ de la caméra, est la mienne et je tends les clefs de contact à mon collègue reporter.

Il a de la peine à le croire ! Il ne s’agit là pourtant que de « hasard organisé ».

Il s’installe dans ma Minx bleu ciel, baisse la glace à la manivelle et prend une série de clichés exclusifs de BB boudant à la fenêtre et écartant par instants le rideau diaphane qui la protège de la meute des paparazzis. Henri Bureau qui devait devenir le fondateur et directeur d’une des meilleures agences de photos du monde – Gamma puis Sygma – est aux anges. Il n’y a pas de meilleur point de vue pour observer la farouche BB. Ses photos exclusives de BB seront publiées dans les plus grands magazines du monde. Son voyage à Londres en aura valu la peine.

L’équipe de tournage décide que les scènes prévues à Londres, et déprogrammées pour cause de force majeure, seront tournées en studio à Paris mais que celles prévues en Écosse se tourneront on location, sans moi bien sûr, car je ne vais pas renoncer à mes rares vacances pour si peu.

iciparis.jpgMon article sur « l’homme qui a juré de séduire BB »va paraître dans quelques jours. Je sais que BB et Michael Sarne logent dans la même auberge en Écosse, sur les lieux du tournage. Je décris une auberge typique avec force détails dans mon article qui se conclut par la phrase cryptique et polysémique de Stéphane Mallarmé : « Un coup de dés jamais n’abolira le hasard. » Dans le corps du texte, j’ai pondu une de ces phrases délibérément ambiguës – et inattaquables – qui gardent leur pertinence et validité, quelle que soit l’évolution de l’actualité, dans le genre : « Les deux amants, leur baiser passionnel échangé, devaient gagner aussitôt le premier étage par un escalier dérobé, voilà ce que prévoit le scénario. »

Or, au deuxième jour de tournage dans cette auberge, des touristes se plaindront d’avoir passé une mauvaise nuit, dérangés qu’ils furent par l’écho récurrent d’ébats dont nul n’a pu localiser l’origine exacte…

 

scottish-inns.jpg

La France entière, jusqu’au dernier village, arbore une immense affiche devant chaque Maison de la Presse, proclamant mon titre… prémonitoire : « L’homme qui a juré de séduire BB ». Avec le portrait du jeune premier, décidé à tout dans son élan de conquérant.

Autour de l’auberge écossaise, les paparazzis n’ont point relâché leur emprise. Leurs longs téléobjectifs sont de véritables canons de fusil de chasse braqués sur leur proie…

Pendant tout ce temps, je suis en villégiature et me promène à moto (louée) sur la Côte d’Azur, du côté de Juan-les-Pins. Pour regagner Londres, je passe par Paris, à la rédaction du magazine qui vient de publier mon article en « Une », et là, on m’informe que BB s’est fâchée tout rouge au saut du lit, en découvrant, dans son auberge écossaise, notre article d’allure prophétique. Les descriptions et les rideaux de chintz sont conformes à la réalité, comme si j’avais photographié ladite auberge en détail ! Les hebdomadaires français ont franchi la Manche pour être distribués en Écosse. Et la première lectrice en est BB, m’assure-t-on. Elle appelle la rédaction pour protester et menacer, une fois de plus, d’un procès. Mais elle sait ce qu’elle doit à la presse hebdomadaire « du coeur ». Les misères des « stars » consolent la midinette des tribulations de sa propre modeste vie. L’ère de la toute-puissance de la télévision n’a pas encore sonné. Le succès du boxoffice dépend encore en grande partie de cette « presse du coeur » à laquelle Évelyne Sullerot a consacré un de ses livres de sociologie : Les Olympiens.

bobzaguri.jpgLes concurrents sont fous furieux de notre apparent « scoop » : à l’époque, le dernier amant en date officiel de BB était en effet un certain Bob Zaguri (Photo). Michael Sarne a-t-il, oui ou non, partagé la couche de BB dans cette auberge écossaise ?

Bien malin qui le dira, mais on peut tout imaginer au vu de la réaction courroucée de l’hyper-star française du XXe siècle (après Martine Carol).

Comment saviez-vous qu’elle avait un nouvel amant ? se récrient les rédacteurs de l’hebdomadaire concurrent qui se font morigéner pour avoir raté notre « scoop » !

Mes intuitions et mes prédictions sont-elles le pur produit du seul hasard ?

 

(Souvenir tiré de mon livre (Tome I, pages 172-176 ) On m'a volé mon ego – Témoignage dune abomination vécue et vaincue – Chez PUBLIBOOK à Paris)


» BB, retour de Londres, se plaint d'avoir été traquée


» A Coeur Joie (extrait) sur youtube

05:14 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Bon sang qu'elle est moche, dedans comme dehors !

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 25/09/2014

Si vous publiiez une photo de votre faciès et de votre anatomie, peut-être nous serait-il possible de condescendre à effectuer une quelconque comparaison. Quoique presque inutile puisque tronqué d'avance !!!

A défaut, vous n'avez jamais été un pourvoyeur de devises poor l'Etat français comme cette grande dame l'a été !

Vous savez, il existe de bons lunettiers, de nos jours !

Écrit par : Dr Coucou | 27/09/2014

@victor-Liviu: Dis donc, les raisins sont-ils trop verts:-) ?

Jean de La Fontaine te le dit mieux que moi:

Le Renard et les Raisins

Certain Renard Gascon, d'autres disent Normand,
Mourant presque de faim, vit au haut d'une treille
Des Raisins mûrs apparemment,
Et couverts d'une peau vermeille.
Le galant en eût fait volontiers un repas ;
Mais comme il n'y pouvait atteindre :
"Ils sont trop verts, dit-il, et bons pour des goujats. "
Fit-il pas mieux que de se plaindre ?

Écrit par : jaw | 29/09/2014

Les commentaires sont fermés.