27/12/2014

Comment contourner le "paywall" annoncé par TAMEDIA (II/II)

contourner.jpgTamedia va donc faire payer les informations consultées par ses lecteurs online dès la mi-janvier 2015. Pour les infos internationales et nationales, la perte sera minime. Le lecteur pourra se rabattre sur le fil des agences, en particulier de l'ATS. Pour le régional INEDIT , EXCLUSIF et pour le COMMENTAIRE c'est râpé : il faudra bel et bien sortir son gousset  pour savourer la matière inédite de La Tribune de Genève et de 24 Heures. Qu'en coûtera-t-il au lecteur pour lire le commentaire sur le dernier match du Genève Hockey Club ou de l'éditorial de Pierre Rütschi ? Le secret est bien gardé mais il existe une martingale pour continuer à lire plus de ...3000 journaux a bon compte ...


pressreader.jpgLe stratagème, parfaitement légal, porte le nom de PressReader

Pour la dérisoire somme de $ 0,99, (CHF 0,98) vous pouvez lire l'intégralité d'un des 3000 journaux offerts à la consultation à l'écran et parfois même au téléchargement.  Certains éditeurs vous autorisent même à imprimer voire à partager des articles avec des tiers.

En Suisse, on peut ainsi accéder et lire ainsi a 23 quotidiens dont La Tribune de Genève, 24 Heures, Le Temps, la NZZ, la BaslerZeitung, le Wall Street Journal (Europe). Les 700'000 Suisses de l'étranger sont particulièrement friands de cette formule.

En France : 200 publications ! (L'Editeur Condé-Nast – France vient de signer un méga-contrat avec PressReader pour l'accès à ses magazines)

En Grande-Bretagne : 523 publications

Etats-Unis : 418 journaux

Espagne : 46 journaux.

Outre sa formule à $ 0.99 par journal lu et/ou téléchargé, PressReader offre un abonnement mensuel à $ 29.99 offrant la possibilité d'accéder librement à toutes les publications que vous désirez dans le monde entier, en de multiples langues ! Y compris des hebdomadaires et magazines.

Toutefois, une cautèle existe : elle demande aux lecteurs de faire un usage raisonnable (« fair use ») de l'abonnement forfaitaire.

Actuellement, cet usage raisonnable limite les consultations ou téléchargements par mois à 100 pour un particulier ($ 29.99 par mois) , à 250 pour une société commerciale ( $ 99.99) et à 500 ($199.99) pour un usage professionnel.

Quant au partage d'articles, le plafond de l'usage raisonnable est fixé à 20 par mois et par usager privé, à 100 par mois pour les sociétés commerciales et à 200 par mois pour l'usage professionnel.

Le site de PRESSREADER permet de télécharger un logiciel qui facilite le visonnage des articles ainsi que leur sélection, leur impression (si autorisée) et leur partage.

L'abonnement est reconduit automatiquement mais peut être dénoncé en tout temps par l'une ou l'autre partie contractante.

Les achats peuvent se faire par carte de crédit ou Paypal ou d'autres voies selon où se trouve l'abonné dans le monde.

La société PressReader se réserve le droit de résilier un abonnement en cas d'abus.

Notre commentaire

 

bullhorn1.png

TAMEDIA serait donc bien avisé de ne pas pratiquer un tarif supérieur à celui de PressReader pour la consultation ou le téléchargement de ses articles online protégés par le "paywall" dont l'arrivée est annoncée pour janvier 2015.

L'une des conséquences probables pour l'éditeur est que son "paywall" rique fort de priver les blogueurs de matières locales , notamment politiques, sur lesquelles gloser et entretenir ainsi un contact direct avec ses lecteurs. Cette interactivité de bon aloi est menacée.

Compte tenu du rôle capital que joue la presse libre dans une société démocratique, l'introduction d'un "paywall" dans la presse résiduelle en Suisse romande, paraît un pari risqué.

Mieux aurait valu, pour la lecture online de notre presse, à notre avis, moduler le prix des abonnements selon les domaines d'intérêt choisis par le lecteur (affaires locales, nationales, culture, sports) et envoyer une facture mensuelle ad hoc plutôt qu'une annuelle exorbitante.

Il se trouve que depuis l'âge de douze ans, j'ai contracté une assuétude à la lecture de la presse. Voilà donc soixante-trois ans que j'ai commencé à lire notre presse romande (Gazette de Lausanne, La Nouvelle Revue, le Journal de Montreux, Le Bonjour de Jack Rollan, Curieux, Trente Jours ... tous disparus !.) avant d'y pondre ma propre prose.

Les compagnies de téléphonie mobile l'ont bien compris: le sur-mesures s'impose désormais. Avec facture échelonnée dans le temps...

Mon premier geste purificateur: jeter les cahiers de "sports" au panier sans y jeter le moindre coup d'oeil et sans regrets.

Bon. Je vous quitte car j'ai hâte de lire le journal unique du Surinam (en anglais)  accessible sur PressReader:-)

Et dimanche, je lirai encore le Sunday Times de Londres.

Ces incursions en terres exotiques  valent bien un voyage en bétaillère sur EasyJet, non:-) ?

 

Smiley_pouce.png

05:48 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Pour moi, c'est simple, j'en veux pour mon argent. Si la tendance se confirme, nous allons vivre un retour du journalisme d'investigation en opposition aux communiqués de presse repris en boucle et les journaux gratuits. L'idée à creuser serait de rendre la presse gratuite mais pour ceux qui veulent creuser un sujet ils devraient passer à la caisse.
L'idéal pour le consommateur serait évidemment de pouvoir accéder à tous les articles concernant le sujet en question, quel que soit le média.
J'espère juste que ce ne sera pas à nouveau Google qui va se profiler sur ce segment...

Écrit par : Pierre Jenni | 28/12/2014

Dans Adblock ou autre compatible, rajouter la règle:

##div#overlay_wrap

Écrit par : Chuck Jones | 13/03/2015

Les commentaires sont fermés.