21/02/2015

La levée du tabou de l'inceste au cœur des enseignements du gourou (II)

dsmivaddictedshrink.jpg»Nous vous révélions dans un premier épisode, les pratiques du psychiatre tantriste, Dr Samuel Widmer, usant de substances psychoactives thérapeutiques  en compagnie de ses 2000 adeptes réunis sous l'agreste appellation de communauté des cerisiers en fleurs. Ses deux femmes et ses 11 enfants complètent son bonheur. Pour soigner notre monde malade, notre gourou préconise aussi la levée d'un tabou, celui de l'inceste.


dsmivaddictedshrink.jpgPour ses adeptes, c'est la la clef du salut du monde. Pour ses adversaires, au contraire, il s'agit là d'une théorie controversée.

Selon Hugo Stamm, rédacteur du TagesAnzeiger, « celui qui se penche sur les travaux du psychiatre, à l'impression qu'il légitime l'inceste, c'est-à-dire la relation sexuelle avec sa parenté, par exemple entre un père et sa fille. »

Dans son livre «Das Inzesttabu», il décrit son rapprochement avec sa fille dans une baignoire et décrit la manière dont la fillette joue tous les jours avec le pénis de son père : « Nous apprécions tous les deux ce jeu ». S'il se soustrayait audit jeu, cela pourrait signifier pour la petite «  que la joie et la nostalgie d'une fusion » n'est pas la bienvenue. » Un signe « qui pourrait lui briser le cœur ». Son amour pour sa fille serait « inégalable en beauté et pureté ». L'inceste lui-même serait « un processus admirable ».

 

(Ci-dessous: image honteuse publiée par les militants anti-fumeurs)

dnfpixobscene.jpg

 

Selon la définition communément admise, c'est «  une union illicite entre des personnes liées par un lien de parenté entraînant la prohibition du mariage, dans une société donnée».

Le psychiatre Samuel Widmer s'élève avec véhémence contre cette conception. Il précise sa pensée dans ses livres. Il ne s'agirait pas de relations sexuelles abouties. Le psychiatre a sa propre définition. C'est celle «d'une attraction sexuelle entre nous tous, y compris entre adultes et amis, et entre un père et sa fille ou sa mère ou son fils.»

Il s'agirait de percevoir, de permettre et d'apprécier de telles relations.

Donc il ne faudrait plus cultiver le tabou de l'inceste mais au contraire mieux en prendre conscience et le lever et ne plus réprimer en nous nos désirs et sensations incestueuses mais au contraire en parler librement.

Un confrère du Dr Samuel Widmer, le professeur en psychiatrie Klaus Ernst, (décédé depuis lors), avait émis des réserves quant à ces idées sur l'inceste : « Le livre de Samuel Widmer nous incite à violer un principe consacré unanimement par la législation en ce qui concerne l'inceste : l'exploitation de personnes dépendantes. »

« La seule solution possible contre Dr Widmer serait un retrait du droit de pratique. »

 Une telle décision ne s'est jamais produite car le psychiatre a pu expliquer, à l'évidence, de manière crédible, qu'il ne s'agissait pas pour lui de relations sexuelles abouties.

 D'ailleurs, pour ce psychiatre, le tabou de l'inceste est la cause de pratiquement tous les traumatismes – oui -et du chaos et de la misère psychique du monde.

Citation : « Sans la levée du tabou de l'inceste il n'y aura pas de fin à la guerre, à la souffrance et pas d'amour non plus. »

Le psychiatre préconise donc une thérapie de l'inceste car il croit que « chacun est une victime de l'inceste et chacun est aussi auteur de l'inceste. »

Son accomplissement trouve son apogée chez ce singulier psychiatre dans cette déclaration : « La recherche dans la problématique de l'inceste est l'héritage que je laisse au monde. »

Une des autres activités importantes de l'établissement est offerte par les cours de tantrisme qui comprennent jusqu'à 90 participants. Dr Samuel Widmer précise : « On s'y réunit nus. Toujours en silence. N'y est invité que celui qui est prêt à tout »

« Celui qui a une vie sexuelle épanouie n'a pas le temps de faire la guerre. Ceux des hommes dont le pénis n'a pas accès à la féminité, se saisissent d'un fusil dont ils espèrent se servir librement pour tirer à leur guise ».

Sans exercer la puissance de sa liberté sexuelle : pas d'épanouissement personnel et pas d'amour !

Enfin, pour agrémenter l'ordinaire de la Communauté des cerisiers en fleurs, le psychiatre de Soleure shoote ses patients à l'ecstasy, au LSD et à la Ketamine.

Ce traitement est approuvé par l'Office fédéral de la santé publique sous le nom de thérapie psycholytique. (jaw)

cornetacoustique.jpg








podcast

La "méditation en pleine conscience"( Vipassana), l'une des ascèses les plus pratiquées chez les tantristes

 

 

 

 

 

 

20:37 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

@Jaw c'est toujours avec grand plaisir que je découvre vos article cependant une question me vient à l'esprit et si au lieu de condamner ce psy , nous lui accordions un regard de soutient en achetant son livre?
Acheter son livre reviendrait à être complice de cet Eugéniste car il fut sans doute condamné comme beaucoup d'autres psy surtout Allemands et qui malgré tout continuèrent d'exercer en toute impunité
On peut aussi se demander combien sont-ils a avoir trouvé refuge en Chine ou ailleurs pour continuer leurs ignominie ? tout comme beaucoup d'autres en Amérique du Sud
Et pour qui a vu de ses propres yeux des cerveaux d'enfants conservés dans du formol et provenant de ces psychiatres qui avaient à cœur de partager avec d'autres nations leurs avancées dans la cruauté humaine ,ce malaise éprouvé depuis 49 qui m'a conduit à chercher ,compulser des coupures de presses seules vraies compagnes de mon enfance quand par chance entre deux hospitalisations je pouvais retourner me réfugier dans les malles ancestrales j'ai enfin réalisé l'origine d'un dégout à chaque fois qu'il était fait mention mais en catimini comme il se doit ,de la 5me colonne très active en certaines régions de Romandie
Très belle journée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 22/02/2015

Comment comprendre que ce psychiatre de Soleure n'est pas traduit en justice?

Un père peut être attiré par l'un de ses enfants.

Mais il se doit de se contrôler.

L'enfant, qui l'aura senti, lui en saura gré.

Paix, lumière et joie culminent après l'ascension de l'ensemble de nos centres nerveux et de conscience, ou chakras: un "let's go"!

Long cheminement: domaine socioéconomique, santé psychophysique, amour, relationnel, pulsion spirituelle tout en travaillant, vivant, éprouvant, rencontrant. Telle formation accordée à nos dirigeants volontairement ouverts à la spiritualité, voire dès leur enfance, aurait de quoi changer le monde. Sacrée responsabilité parentale au cas où plus tard "mon enfant s'oriente côté politique ou... scientifique"!

Bon dimanche.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/02/2015

@Myriam Belakovsky il existe un problème de fond avec la justice
On sait par expérience qu'il suffit d'un rien pour que celle-ci soit mandatée .les conflits de voisinage ont grimpé en fléche et ce surtout depuis l'arrivée des natels qui photographient tout mais jamais ses propre défauts
Et la mode du* selfiage *à tout crin n'aura rien arrangé bien au contraire car la mode actuelle consiste surtout à faire parler de soi et peu importe les moyens c'est le résultat seul qui compte même au détriment de personnes ignorant l'existence de certains protagonistes qui n'ont à cœur qu'une seule chose semer la discorde et la zizanie sur un air très connu depuis longtemps et nommé jalousies en tous sens et genres
Quand à l'inceste celui-ci se pratique couramment aux USA afin d'honorer certains* Prophètes *
très belle soirée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 22/02/2015

@ lovejoie
Il y a une cinquantaine d'années la secte dont il est question aurait fait scandale ainsi qu'été objet d'une enquête. La quête de la vérité ne nécessite pas la prise de produits addictifs. S'il y a angoisse telle qu'il faut sous une forme ou une autre de ces produits c'est que la pratique "religieuse" ne convient pas... pas plus que par ces produits ou autres "recettes" recherches de paradis artificiels.
L'inceste empêche le passage disons du "col" de l'Œdipe par lequel l'enfant s'identifiant à son parent de même sexe s'en détachant prend son essor. Bettelheim qui déconseillait aux parents d'embrasser leurs enfants allait trop loin mais les jeux avec telles ou telles parties du corps de l'enfant ainsi, (point de vue personnel) que le baiser sur la bouche devraient être strictement bannis. A l'école, les enseignants à même de noter un changement d'attitude, de comportement, distraction, fatigue d'un enfant dépendant non respecté chez lui: visite de famille (quels sont les enseignants aujourd'hui qui pratiquent vu l'époque "plus que jamais" les visites de famille?

Exemple de situation délicate: un couple confiait son petit garçon aux bons soins de son parrain en cas de sortie. Un jour, la maman qui donnait son bain à l'enfant, à ses propos, réalise que le parrain abuse de son filleul (relations sexuelles "non abouties")! Voyant que sa maman est atterrée le garçonnet lui dit: "Mais, maman, pourquoi tu fais cette tête? ce qu'on fait avec parrain mais c'est...super"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/02/2015

@Myriam Belakovsky je retiens la dernière phrase car elle me fait souvenance d'une pratique qui exista réellement
Il appartenait à un oncle le plus souvent de donner les bases de la sexualité à l'enfant fille ou garçon
Et la réplique du petit garçon n'est pas dénuée de bon sens
Je ne sais pas vous pais pero les camps scouts m'ont ouvert les yeux sur la réalité d'un monde que la religion reniait car trop absorbé par les problèmes d'argent d'après certains pasteurs qui eux ne manquaient pas d'aller prendre les 4 heures avec la Jet Set grâce à nos sous déposés dans le petit noir hochant la tête à chaque pièce avalée /sans jeu de mots
Soyons prudentes on va encore nous dire ,vous fumez de la moquette/rire
très bon début de semaine pour Vous

Écrit par : lovejoie | 23/02/2015

Les commentaires sont fermés.