04/09/2015

La photo obscène masque les causes du drame

pinchio.jpgNon, je ne m'apitoierai ni plus ni moins sur la photo volée du cadavre de l'enfant noyé qu'à l'annonce de centaines de milliers d'autres victimes de la guerre en Syrie et d'ailleurs. Cette photo est obscène car, oui, elle « révolte la pudeur » .Elle masque pourtant les causes du drame qui se situent en amont.

De surcroît , son auteur s'est rendu coupable d'une « intrusion on private grief » , c'est-à-dire d'un empiètement sur le deuil d'autrui.


vxo8slzq.pngDepuis quand est-il légitime d'instrumentaliser la photo de la dépouille de victimes innocentes pour mobiliser les affects de la tourbe qui, à la réflexion sur les causes des drames, préfère s'émoustiller en contemplant avec une joie secrète ces délicieuses catastrophes qui n' arrivent qu'aux aux autres ?

A contempler ses cadavres exquis, le badaud en oublierait-t-il  de réfléchir ?

Rien de tel pour obscurcir la raison que l'exhibition de l'impudique, pratiqué comme l'un un des Beaux-Arts.

La sidération des peuples demeure un stratagème classique pour mieux les asservir.

Ladite photo du cadavre , toute choquante soit-elle, ne dit pourtant rien des responsables de la soudaine invasion, parfaitement orchestrée, d'une Europe imposée aux peuples et qui vantait la frontière unique de son périmètre, protégé d'un tel cataclysme, par les prétendus dispositifs filtrants de Schengen, Dublin et...Frontex.

L'intrusion massive et si abrupte d'étrangers en situation irrégulière en Europe (hormis une minorité de réfugiés qui, eux seuls, méritent accueil et protection) n'est probablement pas le fruit du seul hasard.

Selon Info Direkt citant une note d'un agent de l’Österreichischen Abwehramts (Service de renseignement militaire autrichien), les États-Unis financeraient le trafic des migrants de la Libye vers l’Union européenne. Impossible à vérifier mais tout à fait plausible face à l'impéritie de l'Union européenne et au retentissement tonitruant escompté de l'invasion dans l'opinion publique par la mise en œuvre d'un tel stratagème grossier.

pouleauxoeufsdor.jpg

 

L'expédition de migrants de toutes origines et de toutes espèces: une nouvelle arme d'intrusion massive pour se rapprocher de la gouvernance mondiale ? C'est précisément parce que cette hypothèse est incroyable qu'elle doit être prise en compte.

En effet, la masse de miséreux qui déferle sur l'Europe, comment est-elle capable de financer les passages par voie maritime alors que les passeurs embusqués, rarement pris sur le fait, exigent, selon la thèse officielle, la bagatelle de 7000 à 14 000 € par personne transportée dans leurs navires de fortune que l'on n'ose qualifier de noye-chrétiens ?

La vérité, c'est drôle : personne n'y croit ! (in Monsieur Bonhomme et les Incendiaires de Max Frisch) (jaw)

vxo8slzq.png

 

 

18:27 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

Commentaires

Merci Monsieur Widmer enfin un article claire et réaliste dépoussiéré de toute émotivité personnelle
La déontologie du brai journaliste ne dit-elle pas que celui-ci doit écrire ses articles sans essayer d'influencer les lecteurs ?
Très bonne journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 05/09/2015

Vos propos riches de bon-sens élargissent la vision que veut nous en donner le courant médiatique uniforme et unilatéral.
Le site MPI, l'information sans concession, développe cet élargissement. Ce matin-même, il nous présente divers articles sur le sujet dont :
http://www.medias-presse.info/selon-le-premier-ministre-australien-la-mort-du-petit-aylan-donne-raison-a-laustralie-qui-a-stoppe-limmigration-clandestine/38110?utm_source=wysija&utm_medium=email&utm_campaign=Mailing+quotidien.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 06/09/2015

Voici un tout autre site, Boulevard Voltaire, dont l'article :
http://www.bvoltaire.fr/christianvanneste/machine-a-decerebrer-sest-mise-marche,203877
en dit long sur la façon dont on cherche à imposer une pensée unique.
Quand on constate les nombreuses difficultés dans lesquelles se débattent les pays d'Europe et dont sont conscientes les populations qui vivent le quotidien, comment peut-on imposer le principe de solidarité sans tenir compte de la réalité très concrète de ce que représente l'accueil d'une multitude d'êtres humains avec leurs divers besoins quotidiens aggravés encore par une situation de stress?

Écrit par : Marie-France de Meuron | 06/09/2015

de toutes manière avec le numérique et les nombreux studios de cinéma aux mains des différentes sectes on est en droit de se montrer méfiant face à l'authenticité des images
On sait que toutes ces mouvance n'ont qu'un rêve ,faire chuter tous les gouvernements

Écrit par : lovejoie | 06/09/2015

Je ne suis pas un fan des diverses théories de complots.
Mais j'observe que la gouvernance mondiale que vous évoquez est déjà une réalité puisque la finance dirige le monde et que les grandes sociétés transnationales sont en passe d'avaler tous leurs concurrents avec la complicité non avouée des organes alibis de contrôle de la concurrence.
C'est Uber qui m'a réveillé sur mon terrain.
http://posttenebraslux.blog.tdg.ch/archive/2015/07/24/tisa-ttip-la-gauche-tient-son-os-268951.html

Écrit par : Pierre Jenni | 07/09/2015

Des tragédies telles que celles qu'illustre la photographie en question il y en a des milliers par jour à travers le monde: maladie, faim, tortures, violes et autres illustreraient les deux faces les plus horribles du destin humain, celle qui est due à la vie et à la survie elle-même et celle qui est due à la face sombre de la nature humaine.
Si elles nous parvenaient toutes en images, nous serions détruits de désespoir et de culpabilité de survivre (et même dans la joie parfois) et d'appartenir au genre humain.
En même temps nous ne devons pas oublier que ce n'est que fort récemment dans l'histoire que nous sommes devenus témoins de ce qui se passe loin de nous. Rien n'a en réalité changé depuis bien des siècles, sauf que nous voyons maintenant ce qui notre regard ne pouvait voir autrefois et que, par l'intermédiaire des moyens de communication modernes nous savons ce que nous ne pouvions pas savoir autrefois.
Chacun de nous reste en fait face à la tâche, plus difficile peut-être que pour nous ancêtres, de trouver le moyen de rester assez sensible dans cette nouvelle manière de vivre sa vie, assez sensible pour essayer d'agir lorsque nous en avons la force, tout en nous préservant suffisamment pour garder la capacité de voir aussi ce qu'il peut y avoir de beau et de bien dans l'existence humaine et de le célébrer avec ceux que nous aimons.

Écrit par : Mère-Grand | 07/09/2015

Bravo Jacques. Tu as tout résumé et compris. Quant aux autres... on va voir ... Bisous

Écrit par : madeleine | 11/09/2015

Les commentaires sont fermés.