23/09/2015

AG des Dissident(e)s de Genève le 28 octobre 2015 à Genève

 

banniere_se_1_ora_prisonnier_2small550pix.jpg

 

Lancée sur le Net en 2008 et fondée sous forme d'association en 2009, notre action libertaire n'a cessé d'acquérir de légitimité au fil des ans, au fur et à mesure que les injonctions autoritaires et les interdictions ont commencé à se déverser comme un tsunami par des Etats dont la Confédération helvétique fait partie. Si l'interdiction de fumer dans les lieux publics, au prétexte fallacieux d'une prétendue « fumée passive létale » est à l'origine de notre action libertaire, les statuts de notre association (cf, art 4) comprennent bien d'autres buts idéaux que la défense de la liberté de fumer sans nuire à autrui ni l'incommoder.

Les armes d'intrusion massive déferlent maintenant à chaque seconde sur le Net., menaçant la sphère privée de chaque citoyen, possesseur ou non d'ordinateurs, de smartphones, de tablettes ou d'objets connectés. Le secret médical, celui des brevets, des affaires est constamment violé. Voici que la Confédération et une bande d'élus jobards applaudissent au projet d'installation de chevaux de Troie sur les ordinateurs de tous les usagers en Suisse ! La culture de la peur, savamment entretenue - car c'est un levier de domination par excellence-  fait perdre la raison à nos parlementaires suisses. Le Conseil fédéral s'était couché devant les exigences des yankees sans coup férir. C'est ainsi, par de telles intrusions illicites de puissances étrangères, que notre secret bancaire a volé en éclats. La leçon ne semble pas avoir été comprise et apprise.

Qui respecte l'esprit et la lettre de nos statuts associatifs est le bienvenu à bord des Dissident(e)s de Genève (DDG). La cotisation annuelle pour 2015 est prévue à CHF 30.- sous réserve de l'approbation de notre assemblée générale du 28 octobre.

Qu'attendez-vous pour défendre vos libertés résiduelles :-) ? (w)


SCAN1127.JPG

SCAN1128.JPG

16:06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.