29/12/2015

La transplantation « pour tous » ?

poumons.jpgPlutôt que de maudire chaque automne l'augmentation des primes dues à nos caisses-maladie obligatoires (LAMAL), mieux vaudrait se féliciter que notre industrie médico-pharmaceutique soit chaque année plus florissante. D'autres États-nations préfèrent investir dans les canons pour gaver le très vorace secteur militaro-industriel, l'une des principales sources d'enrichissement pour les actionnaires avertis... Ceux des assujettis à la LAMAL qui ne pourraient pas payer leurs primes obtiennent des subventions de l'Etat ou mieux : ils sont soignés gratuitement.Quels fâcheux auraient-ils le front de pester contre cette forme de justice redistributive confortant l'idéal de justice sociale tout en assurant la bonne marche d'une industrie fort lucrative ?

L'arbitre des élégances de notre présent blog, Jean-François Mabut, se demande, à juste titre, combien a coûté aux HUG la transplantation salvatrice d'une paire de poumons d'une fumeuse « récalcitrante » au bord de l'asphyxie. Ladite transplantation, il est vrai , s'est effectuée à l'étranger : dans le canton de Vaud, au CHUV, mondialisation oblige :-) !


Peut-être la transplantée l'a-t-elle été à partir de poumons récupérés sur des défunts fumeurs, réputés les meilleurs ?

poumons.jpg

Gageons que s'il obtient une réponse à son interrogation, le pouls de notre éminent confrère inquisiteur risque de battre la chamade ! Dans le magazine mensuel des Hôpitaux Universitaires de Genève (DDG), Pulsations, le récit de la fumeuse repentante est agrémenté d'une photo de la très souriante Nicole .

coeur.jpg

Par son témoignage (sollicité ?), elle participe nolens volens à la campagne de recrutement ciblant les donneurs d'organes. D'une pierre deux coups, l'héroïne de Pulsations contribue ainsi à banaliser voire à encourager le recours à ladite technique pour tous (centenaires compris ?). Elle contribue à fournir  une abondance d'emplois à une myriade de blouses blanches tout en boostant le commerce de médicaments que les patients transplantés doivent prendre leur vie durant.

La chasse aux cadavres exquis est ouverte !

L'ancien parlementaire zuricois Felix Gutzwiler qui entretenait des rapports très étroits avec Big Pharma avait lancé le bouchon trop loin en exigeant désormais que tout habitant de la Suisse qui n'aurait pas expressément exprimé sa volonté contraire, serait considéré d'office comme donneur d'organes obligé. Ce don d'organes par négligence fut repoussé par ceux de nos élus à Berne qui en avaient fustigé le caractère outrancier et outrageant pour les cadavres encore tièdes.

Il est vrai que si la transplantation d'organes à coeur battant, déjà banalisée, s'imposait demain comme droit du patient, la question se poserait de savoir quelle catégorie de mauvais citoyens il conviendrait d'exclure a priori en invoquant leur violation désinvolte et persistante de la doxa hygiéniste du moment.

Quoi, z'avez pas mangé vos cinq fruits et légumes par jour ? Pas de transplantation ! Vous étiez fumeur ?  Tant pis pour vous ! Vous pratiquez un sport dangereux ? Pas de transplantation ! Vous buviez de l'alcool ? Transplantation refusée !

Bon pour la cohésion sociale:-)  !

On voit où peut mener une telle dérive médicale. Pour l'instant, les comateux éthyliques seront encore accueillis et soignés dans nos hôpitaux sans devoir payer intégralement de leur poche pour leur nuit de dégrisement.

marché organes.jpgEnfin et surtout, jetons un coup d'œil sur le marché clandestin d'organes, absolument interdit dans la plupart des pays...

 

More on The Red Market book

 

 

 

 

 

À propos de coût de la médecine (et non de la santé !), jetons un coup d'œil aux statistiques publiées par la Suva ... La saine pratique des sports plombe, elle aussi, le coût de la médecine:

 

suvacoutparcas.jpg

 

 

suvadeux.jpg

 

21:55 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.