10/02/2016

C'est la fête à Jornot !

danseur.jpgIl n'y a pas de scoop innocent. Qui, sinon une danseuse qui aurait fait tapisserie lors des « excès festifs » imputés au Procureur général de la République et Canton de Genève, aurait eu tant de hargne pour jeter le discrédit médiatique sur ce magistrat ? Réputé cassant et autocrate, le PG de Genève, ex militant de Vigilance passé au Parti libéral, gobé à son tour par le PLR est donc un homme mobile d'esprit et de corps. Qui songerait à le lui reprocher ? En outre, il paraît valser à merveille en changeant de cavalière et de parti politique avec la même célérité qu'il envoie le petit fumeur de H dans ses prisons surpeuplées. Une fois lassé de ses prouesses oratoires au Grand conseil, il saute à pieds joints dans le pouvoir judiciaire avec l'aisance d'un matou rôdeur auquel on ne la fait plus...


jornot.jpgLe Conseil supérieur de la magistrature vient donc de déclencher deux enquêtes disciplinaires sur les frasques festives alléguées  du Procureur (photo) qui a pourtant rétabli l'ordre au Parquet après le passage de son prédécesseur, un calamiteux et mémorable petit bouddha...

C'est la deuxième attaque médiatique qui frappe ce magistrat en l'espace de quinze jours. Un pur hasard ou une amorce de lynchage ? L' Illustré venait de révéler qu'Olivier Jornot aurait aussi péché en pratiquant le concubinage actif avec une de ses propres Procureures subalternes, ce que le règlement interdit. Hier¨, on stigmatisait les homosexuels. Voici qu'on s'en prend maintenant aux magistrats hétéro- sexuels:-) !

virevolte.jpg

 

Voici donc les puritains de retour ! Ce n'est pas la première fois qu'un haut magistrat est la cible d'une telle campagne de presse, proche du lynchage.

Le voisinage d'un appartement contigu de sa bien-aimée ne fait pas de l'amoureux un délinquant, pas plus que son nouveau "ménage commun" ne saurait frapper de nullité les décisions du Parquet, si l'on en croit les avis de droit de ténors du Barreau.

Précédemment, il vous souvient probablement du cas de Mark Müller, ancien conseiller d'État de Genève, surpris en galante compagnie dans une cabine privée d'une boîte de nuit genevoise. Une ébauche de rixe s'en était suivie. Sous la pression du conseiller d'État PDC P.-F. Unger, l'imprudent avait dû démissionner.

Il en était allé de même de Pierre Wellhauser, autre conseiller d'Etat, lynché car surpris au volant avec un taux d'alcoolémie dépassant la limite légale.

Certes, ces hautes fonctions exigent une conduite exemplaire mais n'oublions pas le rôle salutaire des bacchanales, pratiquées depuis la plus haute Antiquité et remises au goût du jour par l'institution du Carnaval.

bacchanales.jpg

(Bacchanales 1627 Moses van Uyttenbroeck)

Le Procureur visé par cette méchante dénonciation venue d'on ne sait où, témoigne, ma foi. de sa bonne santé physique et mentale par sa capacité de se lâcher de temps en temps et d'oublier le marais méphitique des affaires judiciaires dans lequel il a le nez plongé jour après jour.

D'autres gens de robe préfèrent, aux revigorantes joyeusetés festives, s'incliner devant un Bouddha thérapeutique vantè par les HUG sous l'appellation de méditation en pleine conscience, conformément aux adeptes de la secte Bhagwan-Osho. A chacun ses goûts !

En revanche, on serait plutôt enclin à reprocher avec plus de pertinence au Procureur général sa proximité affichée avec Pierre Maudet, conseiller d'État (son coreligionnaire du PLR) et sa promptitude à enfourner de petits délinquants dans la prison surpeuplée de Champ-Dollon. Sans oublier son refus de  révéler ses directives à propos des modes d'application du Code pénal. Elles resteront inaccessibles au public. Telle est la décision prise l'automne dernier par la Cour de justice qui a débouté l'Association des juristes progressistes et l'avocat Nils de Dardel. Les deux parties font recours devant le Tribunal fédéral, nous apprend La Tribune de Genève.

Le respect de la séparation des pouvoirs et la publicité de la justice sont des principes autrement plus fondamentaux que les virevoltes de notre Procureur sur la piste de danse un soir de fête...

espritdeslois.jpg

Quant à sa vie sentimentale, elle ne regarde que lui. Félicitons-nous qu'il en ait une et souhaitons lui des amours parfaites.

On sait où a mené la vie sexuelle pathologique du Duce et du Führer avec, respectivement Clara Petacci et Eva Braun. (jaw)

16:27 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

Commentaires

@Jaw Wahoo magistral pamphlet quand au dernier paragraphe concernant des amours parfaites ceci fait souvenir d'une époque ou des dames de très grande vertus paradaient au pied du Palais Fédéral pour qui l'on sait ce qui a fait dire très souvent à de nombreuses citoyennes ,nos anciens de Berne affichaient tout de même une mine beaucoup moins coincée
C'était des hommes des vrais en somme /rire
Très belle soirée pour Vous

Écrit par : lovejoie | 10/02/2016

S'envoyer en l'air c'est toujours mieux que de décapiter ses semblables dans l'espoirs de se taper des vierges au ciel.

Écrit par : norbert maendly | 10/02/2016

@norbert maendly enfin un phrase qui tient la route surtout que ceux critiquant les maisons closes le font le plus souvent par manque de confiance en eux et aussi très souvent par envie
Le célèbre tu ne convoiteras jamais la femme du voisin aura complexé et frustré beaucoup d'hommes
Pauvre monde qui développe des centres et encore des centres de bien être alors que Dieu créa la femme justement pour éviter à l'homme de se retrouver empêtré dans un groupe quelconque très souvent aux allures sectaires et dont il ne pourra plus se défaire

Écrit par : lovejoie | 11/02/2016

La séparation des Pouvoirs genevois est en souffrance depuis le fameux accord Maudet, Pouvoir exécutif & Jornot, Pouvoir Judiciaire.

Je retiendrai de cette affaire que dans la République de Genève, les "rois" élus ne sont pas obligés de respecter les lois qu'ils ont eux-meme rédigés.

Loi sur l’organisation judiciaire (LOJ)

Art. 9 Incompatibilités à raison de la personne
1 Ne peuvent être simultanément membres d’une même juridiction :
a) les conjoints, les partenaires enregistrés et les personnes qui font durablement ménage commun;
b) les conjoints et les partenaires enregistrés de frères et sœurs ainsi que les personnes qui font durablement ménage commun avec un frère ou une sœur;
c) les parents en ligne directe et, jusqu’au troisième degré inclusivement, en ligne collatérale;
d) les alliés en ligne directe et, jusqu’au troisième degré inclusivement, en ligne collatérale.
2 L’alinéa 1, lettre d, s’applique par analogie aux personnes qui font durablement ménage commun.
3 Les restrictions susmentionnées ne s’appliquent pas :
a) à la Cour de justice, pour autant toutefois que les magistrats concernés ne siègent pas dans la même cour;
b) aux juges prud'hommes pour autant toutefois que les juges concernés ne siègent pas dans le même groupe.

Écrit par : Steve Roeck | 11/02/2016

Il me semble qu'exiger que les magistrats respectent les lois est très différent de leur interdire de mener leur vie privée à leur guise.

Écrit par : Mère-Grand | 11/02/2016

Magnifique ! Pourriez-vous également nous livrer votre opinion sur Via Secura ? Merci !

Écrit par : Giodel | 11/02/2016

J'aime bien mais...
Rouler complètement bourré alors qu'il met à longueur d'année des gens en tôle pour ça, ça fait vraiment désordre.

Écrit par : Pierre Jenni | 11/02/2016

Les commentaires sont fermés.