11/03/2016

EXIT l'autodétemination à choisir sa mort sans flichiâtres ?

suicide.jpg(jaw) Faut-il vraiment applaudir triomphalement le singulier succès de l'association EXIT qui excipe de ses 583 suicides assistés réussis en Suisse alémanique (+ 20 % de demandes depuis un an) et qui annonce des résultats à la hausse en Suisse romande ?

À l'appui de sa croisade et campagne de recrutement, EXIT cite publiquement comme un trophée le suicide assisté par ses soins de This Jenny, ancien conseiller aux Etats (GL). Disons-le d'emblée : si EXIT mérite nos applaudissements, cette association sans but lucratif, de nature effectivement altruiste et compassionnelle, voudra bien s'accommoder de quelques bémols que nous nous hasardons à exprimer.


codepenalsuisse.gifEXIT doit son existence à l'article 115 du Code pénal suisse qui punit « celui qui, poussé par un mobile égoïste, aura incité une personne au suicide, ou lui aura prêté assistance en vue du suicide ; (il) sera, si le suicide a été consommé ou tenté, puni de la réclusion pour cinq ans au plus, ou de l'emprisonnement. »

Il est donc autorisé pour tout mobile altruiste.

Certes, certes, la Suisse a été un des premiers pays à accepter le suicide assisté et nous ne pouvons que nous en féliciter.

Néanmoins, à y regarder de plus près, on s'aperçoit qu'EXIT accompagne son offre d'assistance de cautèles inadmissibles : le candidat au suicide doit être domicilié en Suisse. Quoi de plus facile pour des riches que de changer de domicile alors que les plus démunis ne peuvent se payer ce luxe ?Cette discrimination xénophobe est choquante.

Il faut en outre que le candidat « ait son discernement ». Qui en juge ? Des psychiatres à la noix dont on n'est pas sûr qu'ils aient eux-mêmes conservé leur propre »discernement » depuis qu'ils se servent abusivement du DSM V pour poser leurs singuliers diagnostics empruntés à leur science molle ?

Plus étonnant encore : le candidat doit fournir un dossier médical complet, rédigé par un médecin exerçant en Suisse. Voici donc encore une fois les blouses blanches de flichiâtres appelées à la rescousse, comme arbitres des élégances, pour un acte qui ne concerne que le seul suicidant.

doctors.jpg

Mais il y a mieux encore : pour avoir droit au service d'EXIT, il faut que le suppliant « soit atteint d'une maladie incurable ou d'une invalidité importante ou avoir des souffrances intolérables »

Qui, mieux que le candidat lui-même, pourrait en juger sans l'intervention inopportune de tiers, toujours prompts à se mêler de ce qui ne les regarde pas ?

Même bémol pour la dernière condition posée par EXIT: son offre est applicable aussi au suicidant atteint de « polypathologies invalidantes liées à l'âge » .

grumpyoldman.jpg

Est-ce à dire que ceux des vieux qui croupissent en EMS, privés de vin et de tabac par la gent des « préventocrates » et qui en ont tout simplement ras-le-bol de survivre dans cet état de déliquescence, n'auraient pas le droit de se suicider sans être contraints de solliciter l'avis de mille fâcheux que nul n'a sonnés ? Comme jadis les femmes devaient aller pleurnicher devant les "psys" pour obtenir un avortement si tel était le bon plaisir de ces doctes arbitres du bien et du mal:-) !

Idéalement, ce passage à l'acte devrait être personnel et solitaire.

 

Enfin, on peut s'interroger: Mourir à l'Hôpital, monopole d'EXIT ?

Les bénévoles au service d'EXIT méritent toute notre admiration. L'idéal serait pourtant que l'on pût se passer de tels accompagnateurs/trices et même de cette association,  toute compassionnelle soit-elle...

En effet, les directives anticipées ont désormais force de loi. La FMH permet de télécharger une version longue ou une version courte de ce document que chacun peut déposer auprès de son médecin traitant, de ses proches et des hôpitaux et cliniques de son choix.

La pratique a démontré que « l'acharnement thérapeutique » n'a - quoi qu'il en soit - plus guère cours dans nos établissements de soins.

Lesdites directives anticipées peuvent être rédigées sans ou avec l'appui de conseillers médicaux de son choix.

ll convient, à mon avis, de confirmer chaque année, au besoin en les amendant, ses propres directives anticipées pour éviter qu'un « psy » de service ne s'engouffre dans la brèche et ne déclare que ledit document rédigé quelques années plus tôt ne puisse être pris en considération au motif que l'expression de la volonté de mourir remonte à plusieurs années et que le candidat au suicide a peut-être changé d'avis depuis lors...

mortvolontaire.jpg

Enfin, si l'offre de la « potion fatale » et de l'accompagnement sont intégralement gratuits pour les membres d'EXIT, il conviendrait que cette association publie néanmoins ses comptes généraux en toute transparence dans un rapport annuel public. (Ceux de l'AG de 2013 ne sont pas accessibles actuellement sur son site).

Contrairement à une autre association semblable, en Suisse alémanique, EXIT n'emploie que très peu de personnel rétribué et ne fait aucun bénéfice sur le dos de ses membres, qu'ils passent à l'acte ou non.

On peut donc, oui, féliciter EXIT d'avoir vulgarisé, détabouisé et facilité l'assistance au suicide en Suisse grâce à notre Code pénal progressiste et libertaire mais l'on ne peut que déplorer les Fourches Caudines dressées sur le chemin libératoire que propose cette association.

doityourself.jpg

Certains membres d'EXIT, désireux d'échapper à l'évaluation préalable intrusive, intempestive, humiliante et subjective de tiers, recourent malgré tout au do-it-yourself, plutôt que de s'entendre poser à plusieurs reprises, d'une voix tonitruante, comme dans le (mauvais) film de Melgar une question du genre : - Alors Madame, vous êtes bien sûre de vouloir boire la potion ?

Un jour, peut-être, nos vieux captifs des EMS en viendront-ils aux mains pour se disputer la priorité d'accès à l'euthanasie pour tous ! (jaw)

03:09 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook

Commentaires

@JAW dés la fin de la guerre les suicides étaient monnaie courante et pour peu qu'on ait hérité d'un membre de la famille cette envie de se suicider pour x motifs souvent religieux ou mésententes avec de la pseudo parenté inventée on ne sait pour quelles raisons et vraie langue de vipère seul le gaz ou le train demeurait l'ultime solution pour en finir une fois pour toutes
Les enfants étaient utilisés comme catalyseurs émotionnels et tombaient malades comme des mouches avec pour seuls remèdes interventions chirurgicales et médications juste pour combler les manques
Aucun médecin n'était au courant ,tout se passait en silence mais l'humanisme régnait encore au sein du corps médical
Puis la médecine de pointe et tous les théoriciens New âge sont arrivés tout a été bousculé y compris dans le domaine alimentaire ce qui devait réduire les maux incurables ce qui n'est pas et de loin le cas puis Exit pour en finir une fois pour toutes avec ces théories car qui veut vraiment guérir doit aussi apprendre en tout premier à gérer sa vie et non se laisser instrumentaliser par les publicités et faux conseilleurs
J'avais signé Exit puis que je me suis aperçue que cette signature avait stimulé une rage de vivre afin de me dépolluer des tonnes de préjugés datant des années 1800
Et plus on me parlait d'Exit plus une envie de vivre et encore vivre m'a poussé à sortir et m'amuser ce qui pour notre génération faisait partie des interdits reliés à l'obscurantisme religieux
A chacun sa manière de vivre et mourir mais pour mourir dignement il faudrait peut être et avant tout pouvoir vivre dignement c'est à dire refuser toute allégeance mentale aux obscurantistes fondamentalistes et les autres
Donc Exit doit rester une décision personnelle à laquelle aucun tiers ne devrait pouvoir prendre part mais désormais avant toute intervention il est demandé au patient de signer une décharge afin d'éviter certains acharnements
Signer Exit ne doit pas devenir un acte banal surtout pas après un décés ,il faut attendre que le travail du deuil soit effectué avant de prendre toutes décisions importantes qui peuvent aussi nuire aux relations avec la descendance qui elle déjà dans la souffrance ne pourra jamais comprendre combien la perte de l'être ainmé peut conduire à des actes qui avec le recul sont jugés stupides par soi même , il faut bien l'avouer
Très belle journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 11/03/2016

Bravo!

Écrit par : Roger | 10/05/2016

Aux dernières nouvelles nous apprenions à propos d'EXIT qu'il n'est désormais plus question d'être incurablement malade pour obtenir cette délivrance finale.

Pour les croyants, la parole évangélique "On ne prend pas ma vie je la donne" ouvre une porte aux personnes concernées estimant avoir le choix d'arrêter leur parcours "ici-bas en cette vallée des larmes" parce que, précisément, souhaitant emprunter ce PASSAGE qu'est la mort avant de perdre le contrôle de leur corps et de leurs moyens psychiques ou psychologiques tout en laissant également à leurs proches un souvenir plus heureux que celui de souffrances interminables...

Il ne faut pas oublier qu'il y a des personnes qui sont, de leur vivant, en capacité de sortir de leurs corps et ainsi pour quelques moments atteignent d'autres mondes que ce monde présent... ainsi que des rapports médiumniques entre vivants et morts, témoignages, tel cet ouvrage: Vers l'Unité par Jeanne Morrannier Ed Fernand Lanore

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/05/2016

Monsieur Widmer,

Mon commentaire est pensé. réfléchi, j'espère qu'il sera publié (je n'appartiens à aucune secte) mais prends la liberté à l'occasion de citer les évangiles.

A propos de votre thème présent, EXIT, autre référence évangélique: "Ne pas avoir peur de ceux qui peuvent faire mourir votre corps mais votre âme..."!

Publiées, ces lignes, sans le commentaire concerné?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/05/2016

Oui, oui: l'ascèse bouddhiste de la Vipassana visant à séparer momnentanément le soma de la psyché et du pneuma est bien connue et réapparaît dans l'Occident chrétien sous l'appellation "purifiée" de "méditation en pleine conscience".

Elle est contre nature et expose depuis vingt-cinq siècle le méditant à l'irruption d'entités étrangères dans so corps et son psychisme. Sa réversibilité n'est pas garantie, de surcroît.

Quant au commerce avec les défunts - ou des entités qui usurpent leur identité - il est condamné dans l'AT et le NT de bout et bout. Il en va de même avec la relation mediumnique avec "les anges": le plus souvent,il s'agit de messagers d'origine chtoniennes (telluriques), d'âmes en peine qui cherchent un support charnel pour se manifester et exister de nouveau dans le monde incarné.

Qui voudrait vraiment prendre le risque d'embarquer de tels passagers clandestins aussi douteux ?

J'en parle longuement dans les deux Tomes de mon opus "On m'a volé mon ego", ouvrage disponible dans les Bibliothèques municipales de la Ville de Genève:

Tome I

https://www.publibook.com/on-m-a-vole-mon-ego-tome-i-jacques-andre-widmer.html/

Tome II

https://www.publibook.com/on-m-a-vole-mon-ego-tome-ii-jacques-andre-widmer.html/

Cet ouvrage se veut une mise en garde contre les "loups vêtus d'une peau d'agneau" au moment même où des pasteurs protestants sombrent dans l'occulte et vous vantent les bienfaits thérapeutiques du chamanisme et vous dispensent une leçon de lycanthropie en prime:-) ...

http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/hautes-frequences/7654447-le-printemps-des-chamanes-01-05-2016.html?f=player/popup

Écrit par : Jacques-Adré Widmer | 11/05/2016

Lycanthropie. Et moi qui me demandait pourquoi mes filles étaient dingues de ces histoires de loup-garou...

Écrit par : Pierre Jenni | 11/05/2016

Bonjour,

Vous avez mal retranscrit l'article 115. Voici la version correcte;

Art. 115
Celui qui, poussé par un mobile égoïste, aura incité une personne au
suicide, ou lui aura prêté assistance en vue du suicide, sera, si le suicide
a été consommé ou tenté, puni d’une peine privative de liberté de
cinq ans au plus ou d’une peine pécuniaire.

Écrit par : Daniel | 11/05/2016

Oui, mais...
Ce n'est pas demain la veille que nous verrons ces tiers fâcheux non sollicités diminuer leur emprise.
Un psy doit d'abord passer par deux ans de psychothérapie. C'est dire à quel point il doit se sentir atteint pour se soumettre à cet exercice.
Il sera donc formaté à telle ou telle école pour devenir un intégriste de la méthode. A défaut il perdra toute crédibilité s'il prend le risque de naviguer entre les diverses interprétations pour se faire une cuisine personnelle.
Puis il rejoindra les innombrables mouvements qui militent pour le remboursement de ces soins toujours plus prisés. C'est connu, l'offre crée le besoin.
Et comme, de nos jours, tout le monde s'improvise "coach", on n'est pas rendus !

Écrit par : Pierre Jenni | 11/05/2016

Monsieur Widmer, suite à une expérience douloureuse, vous donnez le sentiment d'avoir en l'occurrence un préjugé net.

Jung qui ne travaillait plus comme Freud (à part le fait qu'il recevait encore en privé ses analysants, contrairement aux chamans qui exercent en public) parvenait exactement au même dénouement, et vice versa côté chamans, par le revécu d'un drame du passé, de l'enfance, bien souvent, nommé abréaction) (Lévi-Strauss étude sur le rapport entre chamanisme et psychanalyse).

Bernard Werber est l'auteur d'une roman: Les thanatonautes (sorties de corps)!

A l'EPFL l'âme, par les travaux, la démonstration, est réelle.

la réincarnation étudiée par Matthieu Ricard, bouddhiste, ainsi que la méditation. Auparavant, avant d'être moine, Matthieu Ricard était scientifique.

L'Apôtre Paul (seconde alliance, Bible): "C'est maintenant que vous croyez que vous êtes vivants que vous êtes morts et quand vous serez morts que vous serez vivants."

De quoi rêver, imaginer, chercher... apprendre, étudier, non?

La science fiction,son aspect prophétique d'anticipation prévoit des sortes de Maisons du Grand Sommeil ou Départ... sans "fichiâtrie"!

Pour certains Gospels... chef de gare! Dieu nous appelle à monter dans le train qui nous conduit au paradis (où "les bons amis désolés (se retrouvant) essuieront leurs yeux désolés"... enseigné par un maître de chapelle au Valentin appelé à servir magnifiquement la musique, le fondateur de l'Ensemble Vocal de Lausanne, Michel Corboz.

Françoise Dolto (1938-1988) Une vie de correspondances Gallimard a travaillé à délivrer des malades d'"identifications aliénantes"!

Depuis très longtemps les médecins sont interpellés par la possible réalité de l'âme de leurs patients et si les pasteurs, désormais, élargissent l'horizon "sans chercher à leurrer ou abuser leurs paroissiens", qui s'en plaindrait ou "condamnerait"!?

Je perdis mon mari. Au cimetière, quelques jours plus tard après l'enterrement, comme j'avais pleuré, j'attendais assise sur un banc qu'un homme à l'entrée sorte ou rentre en se dirigeant quelque part. Le temps passant, il me fallait rentrer. Dès que j'arrivai auprès de l'entrée cet homme se dirigea vers moi, passa son bras autour de mes épaules exactement comme le faisait mon mari et me parla aussi doucement que lui. Puis je m'en fus mais le clair regard des yeux bleus de cet inconnu évoquait celui de mon mari et, soudain, je fus plus qu'émue sans comprendre exactement quoi. Il y avait eu quelque chose de stupéfiant.

Très malade mon mari refusait de sortir et comme je me lamentais une personne de passage trouva le moyen de me dire de prendre la laisse du chien au crochet, dans le corridor, pour la passer autour du cou de mon mari afin de lui faire faire quelque pas dehors...

Ce homme, à l'entrée du cimetière, portait une laisse autour de son cou mais tout le temps que je passai à attendre qu'il s'en aille je ne vis aucun chien, il n'appela aucun chien et s'en fut de son côté sans siffler ou appeler un chien... qui ne vint pas.

Le Zohar, Livre des splendeurs (mystique juive) nous enseigne qu'à sa mort le défunt reste auprès de sa dépouille (en l'occurrence mon mari au cimetière, donc) puis cet aspect de son âme disparaît.

En restent, de l'âme, deux autres aspects(voir Le Zohar).

Bonne soirée à vous, Monsieur.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/05/2016

Il y a une suite.

Cet inconnu se dirigea d'un côté opposé au mien appelé par des voix d'enfants et cet instant résonne en moi

(travaillons un instant à la fois chamanisme et psychanalyse)

Par un livre de Bernard Werber, modeste initiation au chamanisme: Le miroir de Cassandre

et, selon Françoise Dolto, en toute simplicité ce que ressenti (sans chercher à deviner ou présenter telle ou telle "hypothèse" en lisant ce témoignage du cimetière


A la façon de Bernard Werber le titre d'une œuvre musicale, en l'occurrence celui d'une chanson

Laissons passer les enfants de la nuit... Hughes Aufray

A chercher et entendre comme toujours avec jubilation.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/05/2016

Monsieur, une nouvelle fois, je souhaite que vous acceptiez de publier la conclusion de mon témoignage car tout comme vous je connais les périls qui guettent ceux qui cherchent la vérité.

Mais j'ai noté qu'il y a des signes avertisseurs.

La petite initiation au chamanisme, par Bernard Werber, signifie que nous sommes invités à redécouvrir les forces vives en nous comme autour de nous.

Aucune secte. rien du tout.

Le yoga que je pratique librement s'est pratiqué dès les temps les plus anciens et l'Eveil de Kundalini, yoga étudié et pratiqué par Yung s'enseignait au Temple de Jérusalem au temps du Christ: par simple concentration intériorisée sur nos centres nerveux et de consciens.

Nulle publicité.

Merveilleuse chanson d'Hughes Aufray.
Sans plus, encore une fois, libre de toute inféodation tant aux églises qu'aux sectes.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/05/2016

Ce qui me fait le plus rire malgré tout c'est d'entendre les contre Exit , la peine de mort ,la procréation assistée et qui donnent pleins pouvoirs de vie et de mort sur leur propre personne grâce à Big Data se pliant ainsi aux ordres d'un Maitre Universel
Je pense à ces stupides contrôles programmés pour avertir d'un taux de cholestérol trop élevé et le bon alors on en fait quoi ?
Par chance nous avons aussi un taux de bon cholestérol mais comme tout ce qui pourrait faire vraiment plaisir ne doit pas être terrestre en tous cas pour le monde d'aujourd'hui il est évident qu'en jouant sur la peur celle.ci permet de vendre des médicaments ou allez savoir se jeter sous le train en se faisant tirer le portrait pour se faire assister en direct par les faux trente millions d'amis
On vit vraiment dans un monde de Ploucs dirait ce cher Grock qui prendrait certainement grand plaisir à en faire de savoureux pastiches pour le plus grand bonheur de tout le monde

Écrit par : lovejoie | 15/05/2016

Les commentaires sont fermés.