25/09/2016

Le premier « complice du terrorisme »: Guy Parmelin !

etat-policiertrois.jpgLa pratique d'un alarmisme fondé sur des chimères est décidément un levier idéal pour faire avaler au peuple des couleuvres aussi repues que des boas constricteurs en train de digérer. Rien de plus facile que d'inoculer un venin paranoïaque dans les chairs des peuples crédules.

Nous voici donc frappés de la loi la plus liberticide jamais promulguée en Suisse en temps de paix !

En taxant les opposants de complicité d'actes de terrorisme, notre sublime agriculteur fédéral, s'est chargé d'une tâche urgente et impérieuse : en toute logique, il devrait déclencher sans délai des enquêtes approfondies sur chacun des quelque 768'000 citoyens qui ont osé le NON à son hystérie sécuritaire. Voilà donc les 768'000 présumés et désignés   coupables pour permettre à nos bataillons de limiers de se faire la main.


etat-policiertrois.jpgEn stigmatisant ceux des citoyens qui ont exercé leur liberté de vote de « complices des terroristes », Parmelin s'est rendu coupable d'une ignominie ... à moins qu'il ne se soit agi que d'une figure de rhétorique.

Sur sa lancée alarmiste, voici Parmelin donc bien placé maintenant , face à un peuple suisse terrorisé, pour exiger les crédits nécessaires à l'achat d'avions de combat brillants comme des sous neufs. Pour détecter, prévenir et frapper les terroristes, rien de tel que des Gripen améliorés ou des Rafale:-) !

À y regarder de plus près, cette loi sécuritaire est pourtant condamnée à se retourner contre ses auteurs et à affaiblir le Service de Renseignements de la Confédération en partageant, selon un usage établi bien imprudent, des monceaux de données avec des pays qui ne nous veulent pas tous que du bien.

Vous souvient-il du secret bancaire suisse « non négociable » qui a pourtant volé en éclats par l'intrusion systématique, depuis des années, des autorités fiscales et policières américaines dans les affaires de la Confédération ?

Vous souvient-il encore de l'invocation du « droit d'urgence » appelé à la rescousse par Widmer-Schlumpf pour se soumettre sans condition au chantage de l'Empire nord-américain et lui livrer aussitôt, telle une Judas en jupons, les clients de nos banques suisses et les noms du personnel subalterne de touts nos banques ?

Aucun secret n'est désormais réputé inviolable sur le plan informatique.

Quand on songe à la monstrueuse impéritie récidivante du Service de renseignements de la Confédération (SRC) au cours des dernières décennies, on comprend, sur la base de ces coupables précédents , que le SRC, en fliquant désormais des millions de « cibles » au moyen d'algorithmes agissant à la nanoseconde, contribuera à répandre les données les plus sensibles grâce à ce chalutage et partage sans discrimination avec des Etats-Tiers. Comment éviter que des milliers de citoyens parfaitement innocents se muent en autant de suspects ? Les cautèles destinées à prévenir les dérapages et l'intrusion illégitime dans les affaires de nos citoyens innocents, elles sont dérisoires et inefficaces.

La Suisse, sidérée par les actes de terrorisme commis à l'étranger récemment, vient de se tirer une balle dans le ...coeur en adoptant un pseudo-remède pire que le mal. Un crime contre la présomption d'innocence de tous ses propres citoyens !

Au chapitre des effets secondaires, rappelons que du même coup que pas moins de 768'000 votants – soit un tiers des citoyens - ont retiré ipso facto leur confiance aux Chambres fédérales et au Conseil fédéral.

L'affaire honteuse des fiches de 1989 n'est que roupie de sansonnet par rapport aux scandales inévitables et programmés découlant de la LRens.

Et s'il fallait une catastrophe sur notre sol pour démontrer l'inefficacité des actes d'intrusion dans la sphère privée des Suisses, le vrai « complice des terroristes » ne serait plus le tiers du corps électoral mais bien... Guy Parmelin soi-même !

Sa propagande mensongère vendue dans l'opuscule remis au corps électoral était pourtant patente : «  Le Conseil fédéral estime, sur la base de l'appréciation actuelle de la menace, que le SRC aura recours à de telles mesures dans une dizaine de cas par an .»

Dans le camp des opposants, on  a pu lire: "En 2015, le SRC a traité plus de 2.2 millions de requête d’information sur des personnes selon le rapport de la délégation des commission de gestion du parlement, il est permis de douter que seul une dizaine de cas sera traité."

"Les politiciens sont des analphabètes numériques. Il y a un désintérêt pour ces sujets."

Comme le souligne l'avocat Sébastien Fanti dans Le Temps: "Les avocats, les journalistes, les médecins ou les banquiers doivent se préoccuper d’une éventuelle intrusion dans leur ordinateur."

"Pour 1000 francs, vous avez déjà du matériel de très bonne qualité. Je m’attendais à ce résultat, je m’y suis préparé. Demain matin, je serai prêt."

Enfin, la surveillance de masse officialisée en Suisse présente un danger accru dont nul n'a parlé pendant la campagne : celui de « l'intoxication », arme d'attaque et de légitime défense redoutable.

Bonne chance à nos "barbouzes" pour trier les vrais innocents des faux coupables et le bon grain de l'ivraie :-) ! ! !  (jaw)

_ivraie_42502_7s.jpg

18:07 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Je ne sais pas ce que vous fumez, mais c'est de la bonne. Vous la trouvez où ? Ce sont vos copains de daech qui vous la fournit ?

Écrit par : Géo | 25/09/2016

Répondre à ce commentaire

Du tabac (encore) en vente libre en Suisse !

Au chapitre du respect de la syntaxe, on peut mieux faire que vous.

Et pour réfuter l'argumentation d'un adversaire, il en va de même.

Vos fumeuses remarques lapidaires en témoignent:-)

Écrit par : jaw | 26/09/2016

Répondre à ce commentaire

@Bonjour JAW Et vive la Stasi Suisse ! ce mal qui conduit irrémédiablement à la folie
Qui exhale des odeurs pires que celles d'une porcherie négligée
Ou comment se faire prendre à son propre piége mais l^ont ils seulement réalisé ?
Dans le temps à l'époque ou les vieux étaient encore requis pour conseiller les plus jeunes on entendait souvent une phrase ,dans chaque votation il y a un piège
On n'ose même pas imaginer le genre de questions qui seront posées entre jeunes au moment de la première rencontre ,notre pays ressemble de plus en plus à un Campus avec nombreuses dérives à la clé
Très bonne journée pour Vous Monsieur Widmer

Écrit par : lovejoie | 26/09/2016

Répondre à ce commentaire

Zut j'ai oublié ceci ,Que tous ces jeunes ou moins jeunes qui n'ont que la délation gratuite comme seul centre d'intérêt sans doute aussi pour combler un vide intellectuel, n'hésitant pas à violer la sphère privée que tous paient les préjudices causés à ceux qu'ils ont photographié sans autorisation de leur part !
Le citoyen Suisse qu'il soit gardien de cochons ou gardians d'oies à deux pattes ou pieds a des droits qu'il doit faire valoir on est pas aux USA

Écrit par : lovejoie | 26/09/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.