10/02/2017

Genève: une pétition pour protéger le suffrage universel !

kickout.jpgOn pensait que le suffrage universel était un droit inaliénable, acquis de haute lutte, dans nos contrées. Il n'en est rien si l'on considère attentivement les pratiques dérivantes du Grand conseil de la République et Canton de Genève. En effet, le citoyen qui choisit de porter un candidat sur sa liste électorale, n'a aucune garantie, en cas d'élection, que ce dernier ne soit chassé, zappé, épuré, proscrit et réduit au rang de potiche en cours de législature, sur simple caprice d'un auto-proclamé "chef de groupe". Cette pratique consiste pour l'agent expulseur à prononcer un diktat à l'encontre d'un élu qui a cessé de plaire. Le banni, dès le prononcé de son expulsion, ne peut plus siéger dans les commissions parlementaires. On lui arrache donc ainsi l'essentiel de son influence puisque c'est dans ces commissions que se préparent les décisions avant les débats en séance plénière. Nul jusqu'ici n'avait encore remarqué cette manière cavalière d'arracher à nos élus  la plus grande partie de leur pouvoir. Par voie de pétition au Grand conseil, il aura donc fallu que notre association libertaire des Dissidents de Genève (DDG)  soulève ce lièvre... En signant notre pétition, vous contribuerez ainsi à  consolider le suffrage universel menacé de manière chronique et récidivante par ces pratiques de proscriptions qui font tache dans notre démocratie locale. Le régime des demi-députés doit cesser ! 

Télécharger la pétition ici

grandconseil.jpg

Hors partis (Privés d'accés aux commissions parlementaires au 12.02.2017)

horspartis.png

15:30 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Quand on voit ce qu'on voit et qu'on sait ce qu'on sait, on est bien content de penser ce qu'on pense.
Parait que c'est un dicton vaudois.
Qui croit encore à notre démocratie parlementaire, à peine semi-directe ?
Et quand enlèverons-nous le pouvoir des mains de ceux qui sont en place depuis toujours et qui s'y accrochent ?
Ce jour viendra. Les outils numériques vont le permettre.
Espérons juste qu'il ne sera pas trop tard.

Écrit par : Pierre Jenni | 10/02/2017

Les commentaires sont fermés.