07/03/2018

Non d'un chien ! (III)

cavalier-king-charles-4-111420.jpgAu premier jour de la bise noire qui glace les sangs des Genevois, je découvre que je boîte grave et ne possède plus qu'un unique gant de laine pour protéger mes engelures et gerçures. Ces satanés objets qui n'existent qu'en duo ont la sale habitude de se séparer. Et voici que l'ascenseur est hors-service : je vais devoir gravir à pied les 84 marches qui me séparent encore de Doggy. Au deuxième étage, je distingue une silhouette humaine qui s'agite dans la cage de l'ascenseur..


  • ascenseur.jpg- Z'en avec encore pour longtemps à bricoler ?

- Demain tout sera rentré dans l'ordre ! m'assure le mécanicien.

A chaque étage, je m'arrête pour reprendre mon souffle. Et parvenu à l'acmé de mon escalade, j'appuie enfin sur la sonnette qui fait tinter le carillon de Westminster. Doggy apparaît à peine la porte entr'ouverte. Il se précipite comme d'habitude vers la porte de l'ascenseur et trépigne en imaginant sa promenade.

Avec patience et ménagement, je lui explique que nous devrons exceptionnellement descendre par l'escalier.

kigcharles amazed.jpg

 - Par ici Doggy ! Attaque la première marche et les autres suivront ! Ton vétérinaire te dira que l'exercice te fera du bien. Suis-moi Doggy...Ne te fais pas lourd comme les enfants auquels on arrache le cornet de bonbons. Viens Doggy ...

Et je tire un peu sur la laisse mais Doggy freine des quatre fers  et ne veut quitter sa résidence qu'en ascenseur chauffé.

Je hausse le ton : Doggy, fais pas ton chien gâté sinon tu n'auras pas ta promenade !

Doggy s'est complètement figé devant la porte de l'ascenseur. Je tire un peu plus fort sur sa laisse, sans succès. Mon gentil Doggy trottinant en agitant sa queue s'est mué en femme de Loth, inamovible, statufié !

- N'insistez pas, me conseille sa maîtresse qui a assisté à toute la scène : quand il est buté, rien de le fait changer d'avis !

 - Je pourrais peut-être le porter ? Combien pèse-t-il ?

 - Il fait dans les dix kilos mais je crois qu'il faut renoncer. Attendons plutôt demain que l'ascenseur soit réparé.

Le Non ! de (ce) chien est irrévocable.

pannedelift.jpg

Contrarié et vexé de mon manque d'autorité sur ce dérisoire petit chien, je prends congé de Doggy et de sa maîtresse et me remémore la question que m'avait posée un jeune Algérien rencontré à Bab-el -Oued en 1973 : « C'est vrai qu'en Suisse, on peut acheter des biscuits pour les chiens ? »

J'avais dû avouer que cette pratique était courante en Suisse. L'assistance avant éclaté de rire.

Mais j'ignorais encore que des chiens aristocratiques suisses tels que les King Charles, pussent renoncer à leur promenade vespérale au prétexte ridicule que leur ascenseur est en panne.

Je vais donc m'occuper de ma propre claudication handicapante et de mes engelures puisque Doggy a décidé de se passer de mes services.

Un écarteur d'orteils et de la crème réparatrice pour les engelures (de La Roche-Posay) me sortiront d'affaire alors que je regagne mes pénates en affrontant les rafales de la bise noire et le grésil qui me fouette les joues pendant que Doggy, lui, pète joyeusement dans la soie.

Je me console de mon échec en me disant que je serai dispensé de jouer mon rôle de ramasse-crottes aujourd'hui.

caca-3.jpg

Autant vous prévenir que demain, Doggy, me réserve d'autres caprices.

 (A suivre)

00:23 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Cette bête finira par vous rendre mûr.

Écrit par : Pierre Jenni | 08/03/2018

Les commentaires sont fermés.