06/05/2018

Les HUG nouveaux sont arrivés ! (I)

betrand-levrat.jpgRien de tel qu'une plongée au pays des blouses blanches, fût-elle sous contrainte, pour juger de leur travail, de leurs méthodes et de leur équipement. Avec bonheur, la Direction a changé. Sept années que nous n'avions plus savouré les rapides délices d'un séjour aux HUG ! Tous nos sens donc en éveil... Nous écarquillons nos yeux en découvrant le nouveau « bâtiment des lits », merveille de l'architecture genevoise dont l'entrée passe par un large couloir d'accueil où de placides baleine au plafond ondulent pour faire passer la pilule.


Moins ostentatoire mais combien plus révolutionnaire : nos HUG nouveaux ont été « dégrusonnés » et libérés de son faux prophète.

Le carnotzet pince-fesses a disparu.

Un nouveau directeur général a été choisi. Approuvé à l'unanimité ! Ouf !

Bertrand LEVRAT: rapport d'actvité 

Les soldats-moines anti-fumeurs du style Rielle ont renoncé à réveiller brutalement les patients pour leur imposer des interrogatoires d'anamnèse visant à établir combien chacun fume de cigarettes par jour avec, en prime, une carte forcée pour une thérapie de sevrage bidon...

Pourquoi suis-je ici ? La cause tient en un mot : dyspnée. J'étouffais quand je me suis résolu à alerter le 144  alors que mon oxymétrie avait déjà atteint le niveau très bas de 41. Il était quatre heures du matin...

Je remarque aussitôt que les chambres à deux lits ont remplacé les dortoirs à six ou huit lits et que la salle d'eaux est dotée désormais de porte-savonettes.

Mais ce n'est pas tout: de même que, dans les bons restaurants, on vous demande : l'aile ou la cuisse ?, aux HUG, vous avez le choix entre PORTE et FENETRE. Un choix limité, à vrai dire, puisque ce choix est doublé de la règle du premier arrivé, premier servi.

NB: Si vous êtes vraiment claustrophobe, faites-vous établir d'avance un certificat attestant cette phobie par un médecin FMH. Une tentative de simulation ne passerait pas la rampe des diagnosticiens. Et vous risqueriez, de sucrcroît, de finir en psychiatrie sur caprice au doigt mouillé d'un tel spécialiste...

premierarrivé.jpg

00:06 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Vous décrivez très bien le cadre des HUG nouveaux en tant que journaliste qui observe tout! Mais qu'en est-il de l'ambiance humaine concomitante, au niveau de l'accueil, des soins et des thérapies puisque c'est d'abord l'être dyspnéique qui a perçu le lieu?

Écrit par : Marie-France de Meuron | 06/05/2018

Là, vous avez raison, Docteure: il est très difficile de faire comprendre ce qu'est un orgasme à un anorgasmique ou à un édenté ce qu'est un mal de dents. Je m'emploie donc modestement à raconter mon vécu. Au fil des chapitres, je ne désespère pas de faire ressentir au lecteur ce qu'est une détresse respiratoire. A vrai dire, j'ignorais encore à 77 ans qu'un tel phénomène pût exister.

Écrit par : Jacques-Andre WIDMER | 06/05/2018

@ JAW

Un édenté n'a-t-il pas préalablement, avant d'être édenté, connu le mal de dentS?


Au vu du rapport d'activité présenté par Bertrand Levrat faudrait-il pour qu'advienne le progrès en ceci ou en cela que nos dirigeants passent par les mille et un maux qui agressent leurs citoyens?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/05/2018

Bon rétablissement, Jacques-André ! On voit que ta plume n'en a pas souffert et c'est tant mieux.

Écrit par : Bernd Palmer | 07/05/2018

Les commentaires sont fermés.