06/06/2018

L'euthanasie active pour motifs non egoïstes admise par l'ASSM: la FMH grince des dents

seringue-10ml-de-remplissage-avec-aiguille.jpgLe monopole de l'assistance au suicide pour motifs non egoïstes d'EXIT et de DIGNITAS est enfin brisé en Suisse: l'Académie suisse des sciences médicales (ASSM) en a enfin reconnu l'opportunité et la légitimité de tels gestes libérateurs.. La Fédération des médecins suisses (FMH) rechigne et grince des dents. Le passage à l'acte est doté de strictes cautèles. Les associations privées telles qu''EXIT et DIGNITAS, pionnières à succès, ont donc encore de bonnes raisons d'exister.


Lmains.jpge 6 juin 2018 est à marquer d'une pierre blanche au catalogue de la levée des tabous en Suisse: après la solution dite "des délais" pour l'avortement ainsi que le statut pour objecteurs de conscience, voici que l'euthanasie active pour motifs non-égoïstes est admise ...sous conditions par l'ASSM.

Les "soins palliatifs" tels que pratiqués à ce jour  à l'insu des patients et des familles aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) n'ont donc plus de raisons d'exister. Au lazaret excentrique desdits "soins palliatifs", on devra renoncer à affamer les patients en attendant que leurs organes se délitent jusqu'à ce que mort s'ensuive ...à moins que les patients eux-mêmes ne réclament encore cette cruelle méthode lente, génératrice d'hallucinations et autres symptômes angoissants. Du véritable faisandage de chair humaine comme j'ai eu l'occasion de le dire à haute voix avec rage à la face de Dr X le 13 octobre 2017, un médecin de langue allemande: "eine unverschämte Heuchelei" = une hypocrisie éhontée

Une injection ou ingestion d'un produit létal induisant une sédation profonde irréversible est admise désormais par l'ASSM pour autant que les patients soient déclarés capables de comprendre leur décision irréversible après plusieurs entretiens avec des blouses blanches

Qui va juger de l'état mental des candidats au suicide assisté sinon les farceurs qui exercent leur singulier art sous la dénomination de... psychiatres ? Ceux-là même qui amusent les tribunaux par leur volapük au rythme de leurs expertises déjantées tout en exonérant les juges de prendre leurs propres décisions souveraines. N'est-ce pas donner un pouvoir de vie et de mort exorbitant à de tels loustics dont l'insanité mentale avérée et récidivante a valu, dès les années 1950, à des milliers de patients d'être décérébrés par la pratique immonde des lobotomies ?

A cette réserve près, chacun peut néanmoins se réjouir de la détabouisation de l'euthanasie active pour motifs non egoïstes dans nos hôpitaux publics suisses.

Le coût de la santé ou plutôt celui de la... médecine a tout à y gagner.

EXIT et DIGNITAS, je le crains, ont malgré tout encore de beaux jours devant eux.

(jaw)

 

RTS -Débat sur l'assouplissement des directives pour l'assistance au suicide en Suisse

16:16 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Quels sont les motifs "égoïstes", en clair?

Ne pas attendre les possibles grands dégâts de l'âge avancé pour tirer sa révérence?

Penser aux autres, également: les coûts fous des EMS au service non des personnes résidentes mais au service, comme en tout, désormais, des bénéfices réalisables?

Écrit par : MB | 06/06/2018

Merci pour cet article clair, je partage entièrement votre point de vue sur ce sujet, mais hélas vu les résistances je pense aussi qu'Exit n'est pas prêt de disparaître!
Bonne journée.

Écrit par : grindesel | 07/06/2018

Bonjour JAW Très bon article quand au commentaire précédent le mien on ne peut que relever l'esprit de solidarité existant entre Suisses
Il prouve s'il en était besoin que c'est un leurre
En somme on réalise le rêve d'Hitler et de Mengele .sans doute auraient ils voulu un camp d'extermination pour les seules personnes âgées
Enfants on a voulu nous tuer .âgés on résistera que cela plaise ou pas
Bonne journée

Écrit par : lovejoie | 07/06/2018

Dans la bonne direction en effet, mais encore loin du choix libre de mourir.

Écrit par : Mère-Grand | 07/06/2018

lovejoie,

Vous arrive-t-il de visiter des personnes âgées en EMS qui vous avouent que chaque soir elles s'endorment en souhaitant ne plus se réveiller le lendemain?

D'autres, en EMS, également, malheureuses au point d'en avoir perdu la foi (les aides soignants n'ont pas du tout forcément la vocation qu'il faut pour approcher les personnes âgées et le règlement de maison concernant les EMS accueillant les personnes sans ressources est indigne: on fait la toilette, on parle juste de la pluie et du beau temps mais on ne discute pas avec les les résidents et dès la toilette terminée on quitte la chambre.
Pas de veillées sympa, les résidents "réduits" au plus tôt en fin d'après-midi.
Médication imposée.

La vie est dure, le temps n'est plus à Hitler et aux siens. Inutile d'en revenir éternellement à ces horreurs, y compris celles du Dr Mengele.

regardons donc les horreurs et crimes d'aujourd'hui sans oublier la mauvaise foi ambiante avec la bêtise qui l'accompagne.

Écrit par : MB | 07/06/2018

Vous soulignez MB à juste titre la médication imposée dans les EMS dont les résidents ont 9 médicaments par jour alors que les personnes âgées vivant à domicile n’en prennent que 5, selon une étude d’un assureur suisse.
https://www.tdg.ch/geneve/ems-residents-9-medicaments-jour/story/29482886

C'est vrai que les résidents sont soumis à des contrôles plus stricts qui peuvent s'expliquer quand il s'agit de problèmes physiques mais non quand il s'agit de manifestations d'humeur où tout être humain a droit à une présence les aidant à vivre leurs états d'âme et non à les anesthésier par des produits chimiques. En vivant intensément ce qu'ils ont à vivre en fin de vie, ils seraient plus vite libérés de leur existence terrestre.
J'ai le témoignage d'un musicothérapeute qui venait animer des personnes en EMS.
Evidemment, cette démarche faisait remonter des sentiments enfouis. Le personnel soignant lui a signifié que ce n'était pas bon que les patients soient agités la nuit suivante, donc on se contentait de les calmer au lieu de les accompagner dans la revivance de leurs souvenirs. Le musicothérapeute, convaincu de son travail a continué selon les règles de son art et s'est vu très vite mis à la porte de l'établissement.
Je ne vais pas m'allonger sur d'autres exemples.

Si des personnes âgées désirent mourir mais n'y parviennent pas, il vaut la peine de rechercher avec elle, par une ou des thérapies appropriées, le hic qui les retient sur terre. Ce hic peut être aussi en relation avec des personnes très proches.
Je me souviens d'une dame qui voulait conserver sa soeur simplement sous le prétexte que c'était sa "petite soeur" alors que celle-ci ne survivait que par moult instruments et techniques médicales. Un jour, la dame avec une foi profonde s'adresse à Dieu et Lui dit : "Si Tu le juges bon, emmène ma soeur".
Le lendemain la soeur était décédée....

Écrit par : Marie-France de Meuron | 08/06/2018

Les commentaires sont fermés.