07/03/2019

Le dernier Salon où l'on...roule !

  • Singer_Super_10_(1948)_(15659791161).jpgQuand on prétend jouer de la flûte traversière, on ne se présente pas avec des ongles aussi noirs !

Cette remarque, c'est mon professeur de musique de La Tour-de-Peilz (VD) qui me l'a adressée alors que je n'avais quatorze ans seulement ...

-C'est que je viens de réparer le carburateur de la voiture ! » ai-je dû avouer un peu penaud pour justifier mes ongles noirs.

- De quelle voiture parles-tu ?

- De la Singer 1947 de mon grand frère qui est au service militaire ! Il m'en a confié les clefs !

La leçon est aussitot interrompue alors que mon prof, stupéfait, est invité à voir de plus près le majestueux véhicule qui stationne dans son jardin ! C'est ainsi que prit fin ma carrière de flûtiste virtuose.


  • singer2.jpgJe ne dirai rien à tes parents ! Mais rentre chez toi prudemment sans détours et ne recommence plus ¨ ! Qui t'a appris à conduire ?

  • J'ai appris dans...un livre et je sais passer les vitesses non synchronisées sans les faire grincer grâce au double débrayage ¨ !

 

 

Ce fut là l'usage de « ma » première voiture automobile, objet de tous mes désirs ...après les filles...

Il y en eut bien d'autres depuis lors ...des filles et des voitures de plaisance.

J'ai dû en posséder plus d'une trentaine (de voitures et de motos d'occasion ) depuis l'âge de 18 ans. Du haut de mes septante-huit printemps, après avoir sillonné l'Europe entière, les États-Unis et le Maghreb, la Providence a bien voulu que je n'aie jamais eu le moindre accident. Je bénéficie même à ce jour d'un  rabais de 30 % pour bonne conduite sur mes assurances. Ma dernière voiture en date fut une Chevrolet 1989 il y a trois ans qui a succédé à plusieurs Cadillac et autres voitures de collection...

À ce jour, je viens de passer avec succès l'examen médical pour le permis de conduire mais je n'ai pourtant aucune envie de me racheter une moto ou une auto puisque mon véhicule favori est désormais une trottinette électrique hyper pratique pour promener ma Seigneurie à Genève.

etow.png

Le véhicule le plus extravagant que j'aie possédé fut une Morris-Cowley de 1929 alors que je résidais à Londres entre 1963 et 1967. J'ai dû m'en séparer contre mon gré... Les « bobbies » attendris ne me collaient jamais d'amende quand je stationnais à moitié sur le trottoir de la rue des journaux : Fleet Street.

- »What a beautiful horseless carriage! » s'exclamaient-t-ils avec émotion nostalgique...

  Un peu plus, ils auraient versé une larme au spectacle de cette antiquité roulante, produit du génie britannique.

J'ai donc acquis pour une bouchée de pain cette voiture de collection vintage de marque Morris-Cowley 1929 que j'ai chaussée de pneus neufs après avoir fait restaurer la capote chez un artisan spécialisé, très âgé. Le véhicule présente plusieurs défauts : roue voilée, pot d'échappement crevé, embrayage en liège défectueux et freins à tringles qui mériteraient d'être réglés. Malgré tout, je roule chaque jour dans cet équipage d'époque aux quatre coins de Londres qui compte 30'000 rues.  Un Anglais, passionné de vieilles voitures, me révèle l'existence d'un club des Morris-Cowley.

J'invite son Président dans un cinq-étoiles, le Savoy. Il est du genre prudent. Quinquagénaire, il ne cesse de regarder sa montre avec angoisse car c'est la première fois, dit-il- qu'il ne rentre pas à l'heure chez sa mère avec laquelle il cohabite... Au dessert, je m'enhardis à lui demander – avec ménagements- s'il est envisageable que je puisse être admis au club des Morris-Cowley puisque je contribuerais ainsi à pérenniser le patrimoine automobile de la Grande-Bretagne. La réponse est sèche et catégorique : Nous n'acceptons pas d'étrangers dans notre club ! Mon invité présidentiel prend congé et regagne le domicile de sa maman. Je finis la bouteille de bordeaux en songeant à mon pitoyable statut de foreigner ,variante édulcorée de l'Untermensch. Le lendemain, j'insère une annonce pour revendre ma Morris-Cowley dans le journal Exchange & Mart. Un hôtelier pur-sang anglais me la rachète. Je m'abstiens de lui demander ses papiers pour vérifier sa nationalité.

morris600pp13pix.jpg

Quant à ma VW de 1951, elle nous a amené sans encombre en trois jours de Montreux jusque dans le Haut Atlas. Sur la place Jemaa el-Fnaa, alors que je soufflais dans le carburateur pour le libérer des grains de sable qui l' obstruaient, j'ai découvert, quelques pas plus loin, un charmeur de serpent qui, lui, soufflait en même temps dans une flûte ensorcelante !

vw1951.jpg

Malgré la chaleur accablante, je fus saisi d'une crise de rire inextinguible par le cocasse de la situation.

charmeur.jpeg

Oui, c'était avant que l'Europe ne se dote d'autoroutes (hormis les Hitler Autobahnen) et bien avant que les Verts-Nuisants ne viennent jouer les trouble-fête..

Ma préférée la -DS Citroën 23 Pallas...

ds23palla.jpg

 

 

 

03:20 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | Whimsical

Commentaires

Très beau témoignage, merci.

Écrit par : Pierre Jenni | 07/03/2019

Répondre à ce commentaire

C'était une belle époque que celle des belles voitures!

Écrit par : Mère-Grand | 07/03/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.