30/03/2012

La carpe, le lapin et...le goupillon: partouze létale ?

trioblackpix.jpgLe mariage de la carpe et du lapin se complique par  l'immixtion du goupillon. Ce singulier ménage à trois, pour avoir refusé le secours d'un voisin obligeant mais jugé peu fréquentable, nous  réserve des ébats houleux.

Chacun aura reconnu dans la métaphore les deux composantes du PLR et le PDC, une Entente ainsi revue et corrigée à laquelle il manque, pour être complète, le concours d'un Parti suisse historique: l'UDC.


On savait les libéraux de la rue des Granges prompts à faire la petite moue face aux "choucrouteux radicaux" et plus réservés encore à l'encontre de ceux qui allaient "prendre leur mot d'ordre" à Rome comme les communistes allaient prendre jadis le leur à Moscou. Désormais, ils pataugent dans la même bouillie composite.


Les premiers ingrédients ont formé une étrange émulsion, une fois la substance radicale ajoutée au mélange gélatineux, enrichi de quelques gouttes d'eau bénite pour former la quintessence alchimique tripartite de la politique genevoise.


Et c'est cette  potion à trois ingrédients qui est censée venir à bout du camp rose-vert à l'élection complémentaire au Conseil d'Etat (gouvernement) de la République et canton de Genève !

Ladite mayonnaise n'a pas pris.

C'était en effet sans compter la survenance d'un destrier monté par une blonde cavalière qui ne fait pas de quartiers...

celineamaudruz.jpg


Par dessus monts et vaux, l'émissaire UDC
Son  alliance, en cadeau, au beau trio offrit.
Dédain, mépris, dégoût et petit air pincé
Elle reçut en retour du camp de nos aigris.

 

onefm.png

OneFM : "L'UDC s'allie au MCG"

 

Voilà donc, en vers comme en prose ce qui Genève agite.

Les personnages de cette comédie ubuesque, à enjeu ministériel, apparaissent dans la distribution suivante...

Anne-Emery TORRACINTA
Députée au Grand Conseil (Parti socialiste 2005-2013)

torracinta.jpg

Perçue comme compétente, cette candidate au Conseil d'Etat, a baigné dans le combat socialiste depuis le bac à sable, élevée qu'elle fut par Claire Torracinta-Pache (sa mère, députée PS, elle aussi - 1985-1997) et par Claude Torracinta, son père, journaliste perçu comme trop progressiste par l'Establishment pour être nommé à la tête de la Télévision suisse romande, institution qu'il a marquée par son émission Temps Présent et où ses attitudes autoritaires lui valaient parfois de ses sociétaires le surnom de "Torranoïa". Chez les T, on pratique la politique en famille. Un peu comme chez les Knie. Souhaitons à la candidate de mieux gérer les affaires publiques que son père: à la tête de l'Hospice général, il a découvert, en cours de mandat, un trou de dizaines de millions de francs !  Nous sommes donc ici en présence d'une concurrente gavée de dogmes et d'idéaux généreux et altruistes dès le berceau. Rigide dans ses escarpins. Peu de charisme.  Pour favoriser la construction de logements pour tous à bon marché, elle préconise une politique de préemption des terrains communaux, alimentés par un futur et virtuel Fonds. Vite une loi ! Un voeu pie. C'est bien court. Soutenue par les Verts. N'a jamais exercé de mandat électif dans un Exécutif.

Pierre MAUDET
Conseiller administratif Ville de Genève (Exécutif), 34 ans.(Parti libéral radical -PLR)

maudet.jpg

Capitaine à l'armée mais insubordonné: "Ueli Maurer (Conseiller fédéral, "ministre des Armées suisses) est le plus grand danger pour la Suisse". A le front de proposer un "Vrai Rapport", fort critiqué dans les media et les milieux de l'armée. Autoritaire: envoie ses agents de police municipaux coller des amendes sur le pare-brise de voitures de luxe appartenant à de généreux donateurs d'une oeuvre de charité qui tient son bal annuel. (Ils ne reviendront pas !) Peu de charisme. Ce jeune Zorro, souvent présomptueux, enivré par son  ambition, veut griller les étapes et ne s'étonne nullement qu'on lui demande s'il veut devenir conseiller fédéral. Très autoritaire, suffisant, voire cassant au besoin. Europhile chronique. Droit (dans le foin de) ses bottes. C'est là tout ce que le Parti libéral-radical (PLR) a trouvé pour remplacer des personnalités marquantes de l'Histoire de Genève, telles que Robert Ducret, Olivier Reverdin, Bauer-Lagier, Gilbert Duboule etc.

L'un de ces deux candidats (Torracinta/Maudet) aurait dû l'emporter haut-la-main à l'élection partielle au Conseil d'Etat (juin 2012) mais voilà qu'une fine stratège, la présidente de l'UDC-Genève, la jeune et blonde conseillère nationale Céline Amaudruz ( 32 ans)  vient bouleverser la donne en annonçant, contre toute attente, que son Parti fera cause commune avec le Mouvement des citoyens genevois (MCG - tendance populiste) et son bouillant président Eric Stauffer ! L'UDC, apparemment, en avait assez de jouer les sherpas pour le PLR et le PDC sans jamais obtenir la moindre contre-partie.

Consternation dans les rangs ! La rente de situation séculaire du PLR auquel s'accroche une remorque brinquebalante, celle du Parti démocrate chrétien (PDC), est directement menacée.

Eric STAUFFER
Député au Grand Conseil, fondateur et président du Mouvement des Citoyens genevois (MCG). Cons. administratif d'ONEX 48 ans

stauffer_er.jpg
Homme politique et leader naturel inné dans la mouvance du populisme, ce candidat n'a peur de rien et ne l'envoie pas dire. Beaucoup de charisme et sachant caresser l'électeur dans le sens du poil. Il dénonce les abus à tour de bras, qu'il s'agisse d'hyper-salaires abusifs versés à des directeurs de régies publiques (e.g. Services industriels de Geneve) ou d'attaquer la barbarie de Khadafi détenant des otages suisses à Tripoli. Courageux, parfois même à la limite du téméraire. Il a appartenu tour à tour au Parti libéral puis à l'UDC avant de lancer, avec un succès considérable, son MCG qui séduit de larges couches de la population genevoise, réputée frondeuse. Orateur aussi emporté que convaincant, il excelle à se mettre en scène et à coller à l'actualité lorsqu'il s'agit de défendre une cause ou de dénoncer des abus. Dans l'intérêt public.Son mandat à l'Exécutif de la Ville d'Onex (GE) aurait poli ses plus grossières aspérités sans entamer la combativité et la dégaine du personnage le plus connu de la République et Canton de Genève. Le MCG allié à l'UDC disposent donc d'un excellent candidat auquel il ne répugne nullement de descendre dans la rue à la rencontre directe du peuple qui l'a élu.

Laurent SEYDOUX
Conseiller administratif de Plan-les-Ouates (45 ans)

laurent_seydoux.jpg

Peu connu. Apparence sérieuse.  "Passe bien le tube" (caméra de TV). Sa nouveauté et celle de son Parti à Genève peuvent lui servir d'atouts.  Il se cite ainsi: " Ce qui est important pour moi en politique: le contact, l'échange et la solidarité avec les autres. Anticiper et réaliser. Ce qui me fascine chez les Vert'libéraux: La capacité d'être pragmatique et de proposer des solutions concrètes. Ce pourquoi je m'engage dans la vie: "Je m'engage pour donner ce que j'ai eu la chance de recevoir. Ma citation préférée: « Let it be » (The Beatles). Pourrait grapiller des voix chez les Verts, le PS, le PLR et le PDC puisqu'on ne le connaît pas au niveau de la politique cantonale.

 

Alexis ROUSSEL

Vice-président du Parti pirate

Juriste spécialisé en questions informatiques et réseaux sociaux

alexis.jpg

Cet homme au sein d'un parti qui veut protéger la sphère privée, très menacée, et militer pour une société plus "ouverte et transparente" pourrait bien attirer de nombreux jeunes absentionnistes accros à l'Internet et aux réseaux sociaux. Le Parti pirate vient de remporter plusieurs sièges dans l'élection d'un Land allemand, à la plus grande surprise des autres partis. Si ce Parti parvient à mobiliser les jeunes absentionnistes, il pourrait siphonner des voix aux VERTS et au PS notamment. Sympathique, beaucoup de charisme et d'entregent. Ne se fait pas d'illusion sur l'issue de l'élection partielle. Comme un premier tour de psite pour les élections au Grand Conseil, àla proportionnelle, en 2013. A observer avec attention...


Voilà pourquoi le  PLR et PDC s'enfoncent ensemble inexorablement  vers une mort programmée. Ce mouton à trois pattes claudique "grave".

cible.jpgLe coup de boutoir du MCG soutenu par l'UDC pourrait même porter un coup fatal à leurs adversaires, surpris par cette alliance inattendue et durable.

Si le PDC refuse de pencher désormais vers une droite dure, "souverainiste, sécuritaire et euro-hostile",  il s'expose à coup sûr à une mort lente ou subite annoncée.

Le PLR était déjà en proie à une grave crise interne. A vouloir s'obstiner à limiter son alliance au seul PDC, il est responsable de l'effritement de son électorat... déjà fort maigre.

Le PDC et le PLR sont donc désormais placés devant des choix cornéliens, à défaut de quoi, lors des élections cantonales de 2013 (pour  les 100 députés au Grand Conseil  et les 7 Conseillers d'Etat), leur place sur l'échiquier genevois s'en trouvera réduite à une peau de chagrin.

Caveant consules ! La frange maudetienne du PLR et et les ouailles du PDC seraient bien inspirées de prendre conscience que les harmonies d'un quatuor sont plus agréables à l'oreille de l'électeur que les stridences d'un trio mal accordé et jouant faux.

Le coup d'archet staccato dont ils ont usé pour écarter l'UDC de leur stratégie imprudente, peut se révéler d'une grande portée... (jaw)

trioviolons.jpg

 

01:27 | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : genève, politique, élections, partielle, conseil, etat, candidats | |  Facebook

22/03/2011

Elections:que vont faire tous ces masos dans cette galère ?

startingblock.jpgLa course aux Exécutifs, jeu favori de masos pathétiques ?

La basse-cour la plus caquetante et jappante de la République et Canton est celle des commentateurs politiques qui jactent et pondent fébrilement sur ces blogs en attendant le jour fatidique du 13 avril 2011, date-butoir au crépuscule de laquelle les communes genevoises  seront à nouveau dotées de dirigeants. Leur pouvoir est pourtant bien limité à Genève par rapport aux Exécutifs de communes d'autres cantons. Napoléon a imprégné les lieux de sa marque impériale: les forces centrifuges doivent être contenues comme les cerclages de fer enserrent les barrils de vin mousseux sous pression. L'appellation de la charge est franchement miteuse: "conseiller administratif". Dans le genre rébarbatif, ça craint et tous s'en accomodent pourtant !  Les autres ont des Municipalités, des Présidents, des Syndics. Genève ? De simples personnages "administratifs" placés sous la haute autorité du Canton. Ca évoque des sortes de greffiers améliorés. De simples ronds-de-cuir obéissants, experts pour  ranger gomme et stylos sans hâte dans leurs plumiers, une fois avoir "fait mes heures".  Ou à des ados sous tutelle dont il faudrait se méfier... Malgré l'étiquette peu sexy, ils sont 204 candidats à briguer les 137 postes à pourvoir dans nos 45 communes. Ils étaient 1800 à conquérir les 900 sièges des Conseils municipaux, ces derniers salons où il est encore permis de s'engueuler et de se réconcilier à la buvette après s'etre entre-déchirés sur la forme et la couleur des vespasiennes, la hauteur des trottoirs et l'arrosage des voiries publiques. La plus grande Commune est celle de la Ville de Genève qui gère pourtant plus d 'un milliard de francs pour un territoire pas plus grand qu'un mouchoir de poche, peuplé d'enfants gâtés qui écrivent aux journaux pour se plaindre que le tram 12 est reparti trop tôt en claquant ses portes au moment même où Mme Duraton allaitait son dernier-né, debout sur le trottoir...

Lire la suite

02:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, candidats, motivation, narcissime, maso | |  Facebook