16/08/2011

Animations nocturnes gratuites à Plainpalais-Sud...

gangster.jpgQuel meilleur moment de la journée que...la nuit pour écrire ? Nul gêneur à la porte, aucun appel téléphonique importun. Le vacarme de la circulation s'est tu. Et la quasi-pleine lune en prime pour embellir le paysage urbain. Et, pour charmer l'oreille et favoriser l'inspiration, le Stabat Mater de Pergolèse.

Je m'emploie à pondre une chronique acide et humoristique pour ma future rubrique hebdomadaire du Grumpy Old Man pour Radio Frontier, nouvelle station de radio anglophone à Genève. Qui osera encore parler de la "vie trépidante" à Genève lorsque tout est silence, calme et sérénité ? Hélas, il arrive que de tels moments parfaits soient troublés par des animations nocturnes, aussi gratuites qu'inattendues..

Il est 0330 H. dans la nuit du 15 au 16 août 2011, lorsque notre attention est attirée par de bruyants trublions qui piétinent lourdement le pavé de la Rue Blanche en vociférant, au coeur de Plainpalais-Sud. Une petite rue de traverse, habituellement fort calme, de jour comme de nuit. Encore des crimino fumeurs-buveurs chassés d'établissements publics ?

Pas du tout ! J'entends cette menace, hurlée à plusieurs reprises par une voix de stentor:

- Arrête-toi où je tire ! Bouge pas où je tire !

Un mauvais film polar ? Une réminiscence de Chicago sous la Prohibition ? Le tournage d'une séquence publicitaire pour les marchands de coffres-forts ou de serrures inviolables ?

Non, nous sommes à Genève en 2011. Mmes Micheline Calmy-Rey et Isabel Rochat se répandent en regrets et consternations éplorées pour ces pauvres citoyens qui souffrent d'un "sentiment d'insécurité"dans la Cité de Calvin. Comme si la racaille d'ici et d'ailleurs ne véhiculait pas ce qu'il convient d' appeler une criminalité chronique. Souvent impunie.

Seule une "forte augmentation des agressions au premier semestre 2011" est concédée officiellement et du bout des lèvres...

Quant à la politique d'information sur les crimes et délits commis chaque jour à Genève, elle ne brille pas par sa transparence. POur ce qui est de la répression, La Radio suisse romande s'interrogeait fort à propos ce matin:

 

RSR 1 - La petite criminalité en Suisse est-elle le fruit d'une justice trop permissive?

 

RSR 1 - Forum: "Criminalité à Genève: la réponse de la justice" (Point de vue du Procureur général)


zapelli.jpeg


Un coup d'oeil par la fenêtre nous ramène à la réalité: il s'agit bel et bien d'une course-poursuite - à pied - entre gendarmes et criminels !

Au quatrième étage, je ravale mon "sentiment d'insécurité" et, interrompu dans mes réfléxions de "Viellard Grincheux", je me surprends à hurler comme un "Angry Young Man":

-Crapules, allez jouer ailleurs !

Ma femme, réveillée par le tumulte, me supplie de me taire:

- Maintenant, ils montent à l'étage quand ils sont contrariés.T'es pas à l'abri et on n'a pas de porte blindée !

Une demi douzaine d'hommes en noir passent sous mes fenêtres à la vitesse de marathoniens. Un policier ferme la marche, reconnaissable aux lettres fluorescentes incrustées dans le dos de son blouson: Police !

J'attends les coups de feu qui tardent à venir.

Fac ut ardeat cor meum... (jaw)

iStock_000001727007XSmall.jpg

16:44 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : genève, gangster, criminels, police | |  Facebook