12/10/2011

Primaires: Du pain, du vin et du ...scrutin !

sarko_cig.jpgDans son corset serré, la France a besoin d'air...
Son nouveau jeu social: des élections primaires.
Dans un pays grandiose où l'on ne vote plus
Qu'une fois tous les cinq ans et pour un président...
Pour ce sport addictif: pas de médicament.
Pour emporter la palme, faut pas avoir déplu.

Les paons défilent en rangs et se rêvent en grands-ducs
Pour poser leur séant ou l'anagramme de Luc
Sur le Trône envié et gagner la couronne
De ce monopoly réchauffé par les Roses.
Faut-il être Narcisse et tous ceux qui s'y osent
Au final nous diront le vrai mot de Cambronne.

Les pleurs de Ségolène attendrissent les foules.
Arnaud de Montebourg agite son bâton.
L'Aubry (tous aux abris!) prêchi-prêcha roucoule
Le placide Hollande  hausse quelque peu le ton.
La piétaille anonyme et les seconds couteaux
Jactent et pérorent en choeur comme des tourtereaux.

Pour jouer aux Ricains et emprunter leurs moeurs
Il faut payer en France: c'est pas cher, un euro !
La partie engagée: dehors tous les escrocs.
Démocratie factice qui masque les erreurs
Scandales et bakchich, pots-de-vin oubliés !
Un repris de justice, ou un fou à lier
Un queutard notoire ou un nain ambitieux
Tout est bon à ce jeu, même les plus vicieux.

Mais d'amours ancillaires ou de galanteries
Il n'en n'est plus question quand on veut le pouvoir.
Coups fourrés et traîtrises dans cette boucherie
Zappent tous les toquards en quête de Grand Soir.

Sondages et roucoulades, arguments et mensonges
Sont tous au rendez-vous de ce verbiage intense
Devant les cameras, les élus leur frein rongent
En attendant l'instant de se remplir la panse.

Ils se cherchent un papa, un nouveau sauveteur
Un Gauleiter suprême pour remplacer leur roi
Qui par inadvertance finit sur une croix.
Pour leur Empire déchu, pas signe de  rédempteur...

Donc de Louis Capet, le moule fut cassé
A vrai dire sous la lame de Monsieur Guillotin
Cette invention française et garantie grand teint
Au Musée on la trouve avec des cétacés.

Au fronton des Mairies, désormais sont gravés
Pour le grand bien du peuple les mots indélébiles
Du poète inconnu qui songe à votre bile.
A nos pauvres Français et ceux qui sont gavés:

Pour la santé durable: à votre pain et vin
Ajoutez une pointe de merveilleux... scrutin.



















03:38 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mirlitonnades | |  Facebook