23/03/2011

Comment la presse romande fragilise la démocratie

Tirages en baisse et Cementit

downA qui la faute si les tirages des meilleurs quotidiens romands reculent à nouveau ? Le meilleur d'entre eux perd 6, 8 % de ses lecteurs, le second 4, 3 % .

Navrant. Désolant. Inquiétant.

Cherchons le coupable: est-il parmi les lecteurs incapables de discerner un imprimé gratuit d'un journal ? A la concurrence des chaînes de télévision et de radios publiques  qui vous apportent  des centaines de  sons et images par le câble, par voie numérique terrestre, par satellite ou via le Net  ? A l'Internet et à ses blogs chronophages ? Au cocooning des populations égotistes et égoïstes dont une bonne partie de l'existence consiste à jouer au "Salut ! T'es où  ?" en tapotant fébrilement sur les touches du dernier Smart Phone ?

Tous ces ingrédients jouent un rôle dans le délitement de notre presse romande, c'est vrai. Mais le moment n'est-il pas venu pour les principaux responsables, ceux qui la produisent et l'écrivent, de se remettre sérieusement en cause à la onzième heure ?

Tout se passe comme si le futile rédactionnel avait pris le pas sur l'utile, le facile sur le sérieux, la pensée instantanée  pavlovienne sur la réflexion, le ludique sur le grave, le binaire chirurgical sur l'opinion nuancée, le dérisoire sur l'essentiel, l'insignifiant sur le vital. Un sacré mélange où le renvoi brutal d'un entraîneur d'une équipe de foot passe avant l'adoption d'une loi fiscale ou sociale qui va toucher des millions de citoyens et d'entreprises. Des forêts entières sont abattues pour produire le papier des cahiers de sports-spectacle au prétexte que ce genre mineur attirerait les foules comme les papillons de nuit sur nos chandeliers. A la différence que ceux qui se brûlent le ailes ne sont pas les papillonants lecteurs mais bien les journalistes et deux autres grand oubliés: l'annonceur et l'actionnaire de presse.

Le grand perdant, à ce jeu-là, c'est pourtant la démocratie elle-même.

Pourquoi le journal quotidien est-il un produit qui a cessé de plaire ?

Lire la suite

02:04 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : media, journaux, tribune, genève, tirages, démocratie, baisse | |  Facebook

03/02/2011

"Fumée passive": vérités, vraisemblance, faux-semblants et réfutation

tensiometre.jpg«Un mensonge peut faire le tour de la terre le temps que la vérité mette ses chaussures.»  ( Mark Twain).

Suffirait-il aujourd'hui de se parer d'une blouse blanche et d'un titre universitaire pour se proclamer infaillible ? Non: encore faut-il consolider sa science, surtout lorsqu'elle est  molle, par une armure invicible: les statistiques. Comme le béton que l'on arme en le dotant de fers. Même nos cathédrales ne peuvent tenir debout par la force du Saint-Esprit sans le concours d'arcs-boutants. Il en va donc de même de la prose de nos nouveaux prophètes: seuls des chiffres sont capables de clouer le bec de détracteurs potentiels esprits forts et autres trouble-fête.  Un chiffre, voilà une flèche empoisonnée qui vous réduit tout récalcitrant à néant. L'arme de répression par excellence. Hélas, il se trouve toujours des esprits forts à oser contester de telles "preuves mathématiques, réputées  irréfutables. La Tribune de Genève qui avait, en toute bonne foi, publié de telles statistiques médicales pour étayer sa ligne rédactionnelle avouée anti-fumeurs, est tombée dans le piège d'une étude établissant un rapport de causalité entre la "fumée passive" et la prévalence de l'hypertension chez les enfants de parents fumeurs. Une étude made in Germany & Switzerland. L'illustre professeur Robert Molimard, inventeur de la "tabacologie" et grand connaisseur dans ce domaine, réfute ladite étude avec maestria et brio.

Lire la suite