04/02/2011

Ma chère Zsa Zsa Gabor, te souvient-il ?

Ma chère Zsa Zsa,

zsazsagaborlatest.jpgOui, oui... je sais, tu ne manques jamais de corriger la prononciation de ton prénom  lorsqu'elle est écorchée: seuls tes familiers le savent (et je crois en être après nos multiples rencontres, à Londres dans les années 1960)  : ça se prononce Ja-Ja : Tu es d'ailleurs intraitable sur ce qui pourrait paraître un détail aux non-initiés. .Et je te sais même bien capable de sortir de tes gonds pour ceux qui ignoreraient cette idiosyncrasie phonétique car tu affiches fièrement tes origines hongroises. M'en voudras-tu si je rappelle que tu es née une année avant la fin de l'Empire austro-hongrois ?  Tu y tiens comme à tes rivières de diamants, tes colliers de perles et toute cette précieuse quincaillerie que tu arbores tous les jours et non seulement comme d'autres belles, les soirs de fête. Car chaque jour fut pour toi un jour de fête. C'est du moins l'impression que nous en avions quand tu nous octroyais le privilège de t'approcher: un astre qui ne s'éteint jamais.

Lire la suite

16:16 | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : zsa zsa gabor, londres, cinéma, septième art, diva | |  Facebook